Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 01:25
Alors voilà une fic dont j'ai eu l'idée il y a déjà pas mal de temps. L'histoire n'est absolument pas finalisée, et encore moins écrite, mais les choses se précisent peu à peu dans ma tête. Mais je ne peux pas vous faire de prévision de parution, je suis absolument trop nulle pour ça.

Comme vous vous en doutez, cette fic va évoluer dans le monde hippique. Je le connais assez bien mais les concours me sont inconnus, alors si vous repérez une faute, n'hésitez pas à me le dire!

Et dernière chose: pas de plagiat et il s'agit d'une fic avec des relations homosexuelles explicites (pas dans cette partie, mais à venir. Je n'allais quand même pas vous livrer un lemon dès le début! XD). Donc les mineurs, les homophobes et tous les autres en -phobe, la croix rouge est faite pour vous!

Sur ce, bonne lecture! Et un petit com est bienvenu! ;-)






     -Monsieur Mikaël Blowsworth?
-Oui?

Le jeune homme se retourna et essuya ses doigts pleins de terre sur son jogging. Puis il serra énergiquement la main tendue de l'homme qui se tenait à l'entrée du box tout en le détaillant minutieusement. Celui-ci portait un costume trois pièces dans les tons gris, très élégant, avec de belles chaussures noires, impeccablement cirées: une tenue soignée qui contrastait en tout point avec celle du cavalier.

-Bonjour, je suis l'inspecteur Peter MacLean.
-Salut! A votre place, je changerai de tenue avant de me promener dans les box, répondit Mikaël nonchalamment avant de reprendre ce qu'il était en train de faire: curer les sabots de son cheval.
-Pourquoi?
-Vous risqueriez de vous salir.
-Dans ce cas là je resterai à l'extérieur du box, sur une zone à peu près propre, plaisanta l'inspecteur. A moins que vous ne m'obligiez à venir vous chercher.
-Pardon? demanda Mikaël, surpris.
-Je dois vous conduire sous la tente médicale, expliqua-t-il.
-Ah… et pourquoi?
-Je suppose que vous êtes au courant de la rumeur concernant une possible affaire de dopage dans le milieu hippique.
-Bien sûr. Qui ne l'est pas ici? Et je dirai même que c'est plus qu'une rumeur… C'est vraiment pitoyable, soupira le cavalier. Mais je ne vois pas en quoi je suis concerné: ce sont les chevaux qu'on dope et le mien a subi les prélèvements sanguins et urinaires tôt ce matin.
-Il se trouve que la fédération veut mettre un terme le plus tôt possible à cette mauvaise publicité. C'est pourquoi la police a pris des mesures extrêmement restrictives. En plus des chevaux, tous les cavaliers doivent subir un contrôle anti-dopage.

Rendu de mauvaise humeur par cette nouvelle, Mikaël lança rageusement son cure-pied dans son sac et referma la porte du box brutalement. Jéricho protesta contre ce manque de courtoisie à son égard et il dut l'apaiser d'une caresse sur le chanfrein. Puis il suivit sans un mot l'inspecteur, tout en pestant intérieurement contre celui-ci. Au bout de quelques minutes de marche, ses récriminations furent interrompues par un bourdonnement incessant de voix et celle, très proche, du policier. L'inspecteur lui indiquait une tente parmi toutes les autres qui se trouvaient sur l'aire réservée aux cavaliers et à leurs staffs.

-Vous voyez la grande tente là bas? Celle où il y a deux policiers à l'entrée? C'est là où ont lieu les prélèvements.

Après avoir parcouru quelques mètres, ils arrivèrent devant l'entrée et l'inspecteur salua ses collègues avant de passer sous la tente. Il dut cependant en ressortir aussi sec: Mikaël ne l'avait pas suivi et restait obstinément planté à l'extérieur.

-Alors vous venez? lui demanda-t-il, étonné par l'attitude du plus jeune.
-Oui, oui, j'arrive, répondit-il en suivant de mauvaise grâce l'inspecteur qui était de nouveau sous la tente.
-Alors voilà le topo, commença à expliquer Peter. Vous vous allongez sur un lit, une infirmière vient faire une prise de sang. Après, on viendra vous chercher pour que vous pissiez dans un gobelet… de façon stérile bien sûr.
-De façon stérile? demanda, incrédule, Mikaël.
-On vous expliquera. Vous avez des cabines là-bas pour faire ça à l'abri des regards indiscrets. Ensuite quand c'est fait, vous signez le registre et vous pouvez retourner vous occuper de votre cheval.
-Et si j'ai pas envie de pisser, je fais comment? l'interrogea sèchement Mikaël, que toute cette procédure énervait de plus en plus.
-En général, quand on est stressé, on a envie de pisser. Et juste avant un concours, vous êtes forcément stressé, répondit calmement l'inspecteur, légèrement décontenancé par le ton du jeune homme. Et puis il paraît qu'il ne faut que quelques gouttes…
-Et la prise de sang, c'est obligatoire? continua-t-il sur le même ton, sans montrer l'angoisse qui sourdait en lui depuis plusieurs minutes.
-Oui.
-Alors je vous remercie de tout cœur monsieur l'inspecteur, déclara Mikaël d'un ton solennel mais fortement ironique, car grâce à vous, je vais réussir à rater le concours d'aujourd'hui. Franchement, je ne sais pas comment vous remercier.

Devant l'étonnement de Peter, Mikaël lui lança un regard méprisant, avant de reprendre sur un ton beaucoup plus froid et dur.

-Je ne supporte pas les piqûres et la vue du sang.

Il se retourna sans un mot de plus et alla rejoindre ses collègues, laissant là un Peter MacLean dérouté par la personnalité de ce cavalier, génie parmi ses pairs si l'on en croyait la presse spécialisée.


     Mikaël sourit à quelques connaissances avant de se diriger directement vers un homme âgé d'environ une quarantaine d'années qui ne cessait de lui faire des signes de la main. Dès qu'il fut à portée de voix, l'autre commença à lui parler.

-Salut Mikaël! Comment vas-tu par cette belle journée ensoleillée? demanda-t-il avec emphase comme il avait l'habitude de le faire.
-Ca pourrait aller mieux… s'il n'y avait pas tous ces trucs de dopage et tout, soupira le jeune.
-Tout à fait d'accord avec toi. Ceci dit, je comprends pourquoi ils t'ont appelé, dit-il sur le ton de la confidence avant de continuer beaucoup plus fort à l'adresse de tout le monde. Je crois que les tests d'aujourd'hui vont révéler la nature du talent de notre petit génie national! Parce qu'avec tous les prodiges que tu nous as faits en si peu de temps, ça cache certainement quelque chose de pas net!

Il partit alors d'un grand rire, rapidement accompagné par les autres personnes présentes, qui savaient pertinemment qu'il ne s'agissait que d'une plaisanterie. Mikaël, par contre, ne sembla pas particulièrement enchanté par la taquinerie de son aîné: son sourire était crispé et son rire beaucoup moins franc que les autres.

-Le seul truc de louche sous mes prodiges comme tu dis, c'est le travail bien fait, répondit-il encore légèrement crispé. Le truc pas net par contre, il est chez toi, parce que faire des parcours de ce niveau-là à presque 46 ans, ça tient pas de l'exploit mais du miracle.

Cette fois-ci, le rire de Mikaël fut beaucoup plus franc et toute l'assemblée se joignit à lui. Les boutades échangées entre les deux hommes avaient réussi à détendre l'atmosphère et à faire oublier pour un temps cette sombre histoire de dopage qui planait sur le concours. Lorsque les rires se furent calmés et que les conversations reprirent leur cours, les deux hommes échangèrent leur point de vue sur le parcours.

-Alors Will? T'as fait la reconnaissance?
-Oui. Et toi?
-Ouais, je l'ai faite tout à l'heure. Qu'est-ce que t'en penses?
-Je me trompe ou tu essaies de soutirer des informations au vieux lascar que je suis? plaisanta une nouvelle fois le plus âgé, du nom de William Hawlbird.
-Non, pas du touuuut, répondit Mikaël sur le ton le plus innocent possible.
-Tant mieux. Parce qu'en tant que tuteur et formateur, je me dois de te demander ton avis avant de te demander le mien, continua-t-il sur un ton très docte. Alors élève Mikaël, que pensez-vous de ce parcours?

L'élève en question pouffa avant d'exposer les réflexions qu'il s'était faites.

-Le 1 et le 2 pas de problème. La courbe pour arriver sur le 3 est un peu chaude, surtout que c'est un double, donc on peut pas prendre le premier n'importe comment si on veut espérer passer le deuxième. Et puis les deux foulées qu'ils nous ont mises m'ont l'air assez courtes, donc faudra pas rentrer trop vite. Après, l'oxer numéro 5 ne devrait pas poser de problème majeur. Faudra juste penser à bien ré-équilibrer le cheval après le double. Le 6… le 7… pas de problème non plus. Juste bien négocier la ligne brisée. Ensuite le 8 est assez chaud pour un triple. L'abord est facile, pas de problème pour passer le vertical. Ensuite deux longues foulées où il va falloir pas de mal de puissance pour sauter l'oxer. Puis une petite foulée, et un vertical super haut. Là je sens qu'il va y avoir des barres. Je sais pas trop comment faire: on doit changer l'équilibre du cheval à plusieurs reprises dans la même ligne et ça va être dur. Donc je crois que je vais y aller au feeling… Ah Danielle m'avait parlé d'un truc pour le 8, attends deux secondes… Danielle! cria-t-il d'une voix forte pour se faire entendre de toute la tente.
-Oui?

La femme qui avait répondu à l'appel de Mikaël était à peu près du même âge que William et d'une corpulence telle que le jeune homme s'était demandé à plusieurs reprises comment son cheval réussissait encore à sauter.

-Comment tu m'as dit que tu faisais pour le 8?
-Alors à mon avis, je rentrerai assez fort puis… dis-moi Mikaël, t'es pas un peu pâle? demanda-t-elle, un peu soucieuse.
-Eh mais c'est vrai ça! s'inquiéta soudain William. Allez viens t'asseoir là, lui conseilla-t-il en désignant le lit duquel il se leva.
-Merci, mais ça va, protesta le jeune homme, bien qu'il sentit que sa tête commençait à tourner et qu'il perdait ses repères. Je me sens bien…
-Arrête de dire n'importe quoi, l'interrompit d'un ton autoritaire son aîné. Tu tiens à peine sur tes jambes.

Il lui prit le bras pour l'amener sur le lit mais Mikaël s'écroula sans avoir pu faire un pas. Heureusement, l'aîné réagit assez vite pour que sa tête ne heurte pas le sol. Puis il porta le jeune inconscient jusque sur le lit. Une fois allongé, il lui souleva les jambes et les massa tandis qu'une infirmière s'approchait. Celle-ci lui prit rapidement la tension et confirma ce que le vieux cavalier avait suspecté: une petite baisse de tension. Elle demanda alors à tous ceux qui n'avaient plus rien à faire ici de bien vouloir sortir, pour que le jeune homme puisse se reposer dans le calme. Mikaël reprit très rapidement ses esprits et se massa vigoureusement les tempes pour essayer de chasser un mal de tête naissant. Entre temps, William avait cessé de lui masser les mollets et s'était assis sur une chaise à côté du lit. Il regardait son cadet anxieusement, se demandant pourquoi il avait fait ce malaise.

-Ca va Mikaël? Tu te sens mieux?
-Oui oui, ça va. C'est juste que les piqûres et le sang, c'est pas trop mon truc.
-Tant mieux, soupira-t-il avant de continuer sous le regard étonné du plus jeune. J'ai cru que c'était plus grave. Mais tu penses être en état de faire le parcours?
-Oui ça devrait aller. Et puis je ne peux pas ne pas faire ce parcours. Il y a pas mal d'argent à la clef et tu sais aussi bien que moi que j'en ai besoin.
-Oui, mais quand même. Je ne voudrais pas qu'il t'arrive des bricoles pour une stupide histoire d'argent. Franchement, je préfèrerai que tu déclares forfait: t'es encore tout pâle.
-Non, hors de question que j'abandonne. Tu sais très bien que je déteste ça. Et puis une fois que je serai sorti de ce temple de l'horreur, tout ira mieux, plaisanta Mikaël, le sourire un peu crispé en apercevant les tubes de sang que transportait une infirmière.
-Après tout, tu fais comme tu veux, t'es un grand garçon…
-Exactement!
-Mais avant de sortir faut que tu donnes un peu de ton sang et de ton urine, rappela-t-il.
-Ah oui, j'avais oublié ce léger détail, grimaça le plus jeune. Euh… ça te gêne de rester avec moi pour la prise de sang?
-Non, du tout. Mais va d'abord pisser dans le gobelet, comme ça, ça sera fait.

Mikaël acquiesça et se dirigea vers une cabine pour uriner après avoir demandé à une infirmière comment faire pour que ce soit stérile. Il revint quelques minutes plus tard et fut tout de suite pris en charge par une autre infirmière qui commença à désinfecter une zone de son bras gauche. Dans son autre main, elle avait placé une balle en caoutchouc pour qu'il se détende, mais il préféra la laisser tomber par terre et à la place agrippa une des mains de William.

-Attention, je vais piquer.

Mikaël laboura la main de son collègue et y laissa la trace de ses ongles. Les yeux fermés, il entendait l'infirmière changer de tubes et se demandait nerveusement combien de litres de sang elle allait lui prendre et combien de temps ça allait encore durer.

-C'est bon, c'est fini. Appuyez fort sur la compresse s'il vous plaît.

Mikaël mit deux doigts sur la compresse et tenta d'appuyer. Mais sa main était beaucoup trop faible: la compresse glissa et tomba sur le sol. L'infirmière lui en redonna une propre et ce fut finalement William qui appuya fortement, jusqu'au moment où elle mit un sparadrap.

-C'est bon, vous pouvez partir après avoir signé ici. Et continuez à appuyer très fort sur le pansement si vous ne voulez pas qu'un bleu apparaisse.

Elle les reconduisit jusqu'à l'extérieur puis les abandonna pour retourner à son travail. William prit le premier la parole et s'adressa assez inquiet à son compagnon qui ressemblait plus à un cachet d'aspirine qu'autre chose.

-T'es sûr que tu veux faire le parcours? T'es blanc comme un linge et t'as les genoux qui tremblent.
-Euh… oui oui. Je suis sûr, affirma-t-il après une courte hésitation. D'ailleurs je suis en retard: je dois poser mes crampons et mes bandes et je dois me changer. A tout à l'heure!

Sur ces quelques mots, il fila en direction du box démontable de sa jument, le pas légèrement incertain. William le regarda partir, un peu rasséréné par l'expression du visage de son cadet: il était souriant et confiant, et commençait peu à peu à reprendre des couleurs. Lorsqu'il ne put plus le voir, il se dirigea à son tour vers son box, pour emmener son cheval au paddock.


     Plusieurs heures après la fin du concours, tout le public avait déserté les gradins ainsi que les stands et la plupart des camions étaient en train de partir. Seul un camion ne semblait pas être dans les préparatifs de départ. Un cheval bai était encore attaché sur son côté droit et un jeune homme était assis, la tête dans les mains, sur les marches de ce qui faisait office de sellerie. Il semblait totalement abattu et coupé du monde. Un homme plus âgé s'était accroupi en douceur devant lui et attendait une réaction éventuelle de sa part.

-Euh… Mikaël… Je peux te parler? commença William, craignant la réaction de son collègue en pleine déprime. Tu vas pas me jeter comme tout à l'heure et gueuler sur tout le monde? C'est bon?

Mikaël ne bougea pas, puis releva la tête, fit un vague oui de la tête, et replongea dans sa profonde contemplation du sol. Malgré les cheveux qui lui cachaient une partie du visage, William avait nettement vu les yeux rougis par les larmes et les sillons que celles-ci avaient laissés sur ses joues.

-Eh Mikaël, qu'est-ce qui va pas?

Le jeune homme s'étrangla en entendant la question.

-Ce qui va pas? Tu me demandes ce qui va pas? T'as pas les yeux en face des trous toi!

Le ton commençait à monter et William sentait qu'il allait recommencer à s'énerver.

-Eh oh, tout doux Mikaël, t'as dit que t'allais pas t'énerver.

Celui-ci remarqua à peine l'interruption mais baissa quand même le ton et se remit à parler plus calmement.

-Ce qui va pas, c'est que j'ai foiré mon parcours. J'ai jamais aussi mal monté qu'aujourd'hui! Tu te rends compte? 24 points! J'ai fait 24 points! Putain de merde! J'avais jamais fait autant! En plus de ça, j'ai dépassé de 11 secondes 69 le temps limite et j'ai fait une chute avec destruction d'obstacle sur le dernier. Ce qui me fait 17 secondes 69 de dépassement! Presque 18 secondes! C'est énorme!
-D'ailleurs, je voulais savoir: tu t'es fait mal quand t'es tombé? Tu t'es quand même pris le chandelier en pleine face!
-Non ça va, je me suis un peu écorché la lèvre. Et puis j'ai mal à la hanche et à la main gauches, mais ça va passer, comme d'habitude…

Le jeune marqua une pause pour rassembler ses esprits. Ses yeux avaient cessé de détailler le sol pour maintenant errer vaguement, observant quelque chose d'indéfini par dessus l'épaule de son aîné. Ses mains, qui pendant un temps avaient torturé ses cheveux bruns, se tordaient entre ces genoux, signe assez évident de son anxiété. Quelques larmes continuaient de couler de temps à autre mais le pire était le sourire sans joie qui commençait à se dessiner sur ses lèvres.

-Les journaux vont se faire une joie de relater mon "exploit". Ca va être très drôle je sens. Ils vont mettre ça en première de couverture avec de gros titres attrayants, genre "Le génie se casse la gueule" ou encore "Un parcours catastrophique pour le prodige". Et puis en-dessous, en plus petit, la question fatidique: "Mikaël Blowsworth, le prodige du monde hippique, serait-il mêlé à la sombre histoire de dopage qu'on soupçonne dans le milieu?". Et tu sais quoi, je crois bien que c'est ça qui me fait le plus mal, de savoir que tous ces gens peuvent se retourner contre moi en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire…
-Tu sais Mikaël, c'est qu'une bande de cons. Faut pas les écouter.
-C'est pas ce que tu disais il y a quelques mois quand ils m'interviewaient. A ce moment-là, ils étaient bien les journalistes, ils faisaient un super boulot et tout et tout, si je me souviens bien ce que tu disais, lui opposa le jeune, qui avait, pour le malheur de l'aîné, une très bonne mémoire.
-Ouais, bon, c'est pas tout à fait la même chose. L'autre fois, ils avaient aussi interrogés d'autres pointures du milieu hippique qui donnaient un avis très positif sur toi. et puis c'est pas le sujet. Maintenant, ce dont il faut se préoccuper, ce ne sont pas les journalistes, mais ton parcours et les raisons de ton échec. Parce que sans vouloir enfoncer le clou, c'est un bel échec aujourd'hui.
-Je sais, j'en suis pas fier. Mais après tout, l'échec fait partie de la voie vers la réussite. Donc je me dis que ça me fait du bien de me casser la gueule une fois de temps en temps, et ensuite de me relever pour repartir de plus belle… Sauf que là je sais pas si je vais réussir à me relever, acheva-t-il dans un murmure.
-Pourquoi? T'as tout ce qu'il te faut pour continuer: du talent, un coach super, un cheval du tonnerre, ainsi que d'autres chevaux de concours géniaux, et un aîné en la personne de moi qui te soutient et t'aide autant que possible. Alors je vois pas du tout pourquoi tu ne te relèverais pas!
-Eh ben moi, je vois déjà tout le scandale médiatique, et surtout le bouche à oreille dans le milieu qui va faire qu'on va me regarder bizarrement. J'aurai l'impression qu'on murmure sur mon passage et qu'on dit des trucs dégueulasses dans mon dos. Ca va me miner le moral ça, et sans moral, je pourrai pas continuer.
-Là c'est toi qui te mines le moral tout seul. Ce qui compte, c'est que tu sois en accord avec toi-même. Toi, tu sais que tu n'as rien à te reprocher: tu n'as pas trempé dans cette affaire de dopage…

Matthew attendait une brève confirmation de ce qu'il venait de dire mais celle-ci ne vint pas. Alors il alla la chercher.

-Rassure-moi: tu n'as rien à voir dans cette affaire de dopage?
-Non, bien sûr que non, affirma Mikaël, légèrement surpris par la question. Tu sais très bien que si j'ai foiré mon parcours, c'est à cause de la prise de sang et tout.
-Oui, je sais. Je voulais juste l'entendre de ta bouche. Donc je disais que tant que tu es sincère avec toi-même, les autres, tu t'en fous un peu et tu peux les envoyer se faire voir, pour rester poli. D'accord?

Mikaël hésita un instant, son regard allant de droite à gauche, avant d'acquiescer. Cependant, il éleva une objection à son collègue.

-Disons que je réussis à maintenir mon moral au beau fixe malgré la tempête, il reste le problème de Jéricho.
-Comment ça le problème de Jéricho? Ton cheval est super!
-Certes, mais je ne l'ai pas sorti souvent en concours. Ca doit faire la troisième fois aujourd'hui, et ça s'est très mal passé. J'ai bien senti qu'à la fin il commençait à devenir plus respectueux des obstacles, qu'il accélérait à chaque fois que le public applaudissait. Je crois que je vais devoir refaire une grande partie du boulot de ces derniers mois.
-Et ben dans ce cas, refais-le! Ca te fera pas de mal et à lui non plus. Et puis c'est pas non plus comme si ça t'empêchait de sortir en concours. T'as d'autres chevaux avec lesquels tu peux sauter ou dérouler une reprise de dressage.
-Mouais… T'as peut-être raison, finit-il par admettre.
-Bien sûr que j'ai raison!
-Bon, ok. Mais ceci étant dit, je sais pas ce qui me retient d'aller foutre mon poing à cet inspecteur de malheur qui m'a fait foiré le CSO de tout à l'heure, déclara Mikaël, le ton empli de colère tout juste contenue.
-Peut-être parce que tu sais que c'est pas vraiment de sa faute… Bon, on arrête de ressasser tout ça. On aura bien le temps de philosopher sur ton parcours quand on verra la vidéo. Mais là maintenant tout de suite, ce qu'il faut que tu fasses, c'est embarquer Jéricho, affirma l'aîné, assez pressé de quitter les lieux et de revenir chez lui.
-Ok, tu me donnes cinq minutes et c'est fait.

A ces mots, il quitta les escaliers sur lesquels il était assis et attrapa la couverture qui traînait sur le sol de la sellerie. Il la mit sur le dos du cheval et s'apprêta à le faire monter dans le camion lorsque William lui fit remarquer qu'il avait oublié de poser les protections. Mikaël se traita alors d'imbécile et avec l'aide de son aîné, entreprit de mettre rapidement des guêtres, des cloches et un protège-queue à Jéricho. Puis il put enfin l'attacher dans le camion. La porte automatique fut relevée et les deux hommes s'installèrent à l'avant: William au volant et Mikaël près de la fenêtre, laissant la place du milieu vide. Après quelques manœuvres pour se mettre dans le bon sens, ils s'engagèrent à la suite du minibus du staff vers la sortie.


     Le camion était arrêté depuis plusieurs minutes à la demande de l'homme qui réglait la circulation à l'intérieur du club. Ils allaient devoir attendre encore de longues minutes avant de pouvoir reprendre la route vers New-York. William tapotait machinalement le volant et Mikaël soupira fortement, éreinté par cette journée éprouvante. Au bout d'un moment, il se décida de mettre la radio pour tromper l'ennui, mais les grognements insatisfaits de son aîné à chaque fois qu'il changeait de fréquence le décidèrent de mettre un CD. Après quelques recherches, il réussit à retrouver la pochette à CDs dans le bordel qui régnait dans la cabine. Il hésita longuement entre un album des Clash et une compilation des Beatles, puis finit par opter pour les Beatles, qui seraient plus reposants pour son esprit. Alors que les premières notes se faisaient entendre dans l'habitacle, la porte côté passager s'ouvrit. Mikaël ne tourna pas la tête, ignorant magistralement l'inconnu qui se trouvait en équilibre plutôt précaire sur les marches du camion. Mais lorsque celui-ci prit la parole, son sang ne fit qu'un tour et il se crispa immédiatement.

-Bonjour messieurs! Puis-je me joindre à vous quelques minutes?
-Bien sûr inspecteur, montez! répondit aussitôt William, ne laissant même pas le temps au jeune d'ouvrir la bouche. Mikaël, pousse-toi et fais une place à MacLean.
-Et si j'ai pas envie? répliqua-t-il, en fixant le policier dans les yeux.

Mikaël n'appréciait pas du tout Peter MacLean et le lui faisait sentir. Il avait décidé de tout faire pour le mettre mal à l'aise et la lueur mauvaise qui brillait au fond des yeux du jeune homme donnèrent à l'inspecteur un avant-goût de ce qui l'attendait en pénétrant dans ce camion.

-Mikaël, t'arrêtes de faire le con et tu t'assoies au milieu, lui intima William. T'es plus un gamin alors tu fais plus de caprices. Voilàààà, c'est bien, ajouta-t-il alors que le jeune s'était déplacé avec une mauvaise volonté évidente. Maintenant vous pouvez monter inspecteur. Et claquez bien la porte: elle a un peu du mal à se fermer.

Peter prononça un faible merci avant de faire claquer bruyamment la porte et de s'installer confortablement. Ses yeux détaillaient l'intérieur de l'habitacle, complètement en désordre, et il laissa un silence plutôt lourd et pesant s'installer. Seule la voix de John Lennn chantant She loves you réussissait à faire retomber un tout petit peu la tension qui s'installait progressivement. Plusieurs chansons plus tard, l'inspecteur reprit la parole, son regard s'attardant sur son voisin.

-En fait, si je suis monté dans le camion, c'était parce que je voulais vous faire mes excuses…
-J'en veux pas! l'interrompit Mikaël d'un ton dur cachant une colère froide qui s'amplifiait de plus en plus au contact du policier.
-Je comprends tout à fait que vous ne les acceptiez pas, reprit-il le plus calmement possible, s'étant préparé à ce genre de réaction. Mais je veux quand même vous les présenter. Alors voilà: je m'excuse et je suis sincèrement désolé que vous ayez raté votre parcours.

Peter attendait nerveusement la réponse du cavalier. Non pas que son pardon lui importait particulièrement, mais il avait l'impression d'avoir fauté dans son travail. Cependant Mikaël resta obstinément silencieux pendant plusieurs minutes, essayant tant bien que mal d'y voir clair dans toutes les pensées qui tourbillonnaient dans son esprit. Et entre les envies de violence envers son voisin de droite et la petite voix qui lui disait que celui-ci n'avait fait que son travail, la lutte était acharnée. Quant à William, il observait légèrement anxieux son cadet. Il savait que celui-ci pouvait devenir très violent quand il le voulait et il avait peur de le voir massacrer à coup de poings le policier.

-Vos excuses et votre désolation, j'en ai rien à foutre, finit par dire Mikaël d'un ton las. Vous pouvez les garder pour vous parce que ça ne changera rien à ce qui s'est passé. Grâce à vous, je suis dans la grosse merde et je vais avoir les huissiers au cul.

Peter le regarda, étonné par les révélations que venait de lui faire le jeune homme. Il ne comprenait pas: il avait un talent monstre, gagnait concours sur concours et était reconnu dans la sphère hippique. Alors comment pouvait-il se trouver "dans la merde" et avec "les huissiers au cul". Il hésita un moment avant de lui faire part de ses réflexions et ce fut au tour de Mikaël de lui lancer un regard surpris, qui devint rapidement haineux.

-Vous comprenez pas? Vous comprenez vraiment pas? C'est drôle mais je pensais que les inspecteurs étaient des êtres intelligents. Apparemment je me suis trompé, faudra que je m'en souvienne la prochaine fois que j'en rencontrerai un. Ce qui va sûrement arriver vu que cette histoire de dopage n'est pas prête de se finir!

L'ironie du plus jeune avait atteint sa cible en plein centre et Peter, dont le rouge était monté aux joues de colère, bouillonnait intérieurement. Il voulait lui dire ses quatre vérités à ce petit gamin prétentieux mais il se retint assez longtemps pour entendre le reproche que faisait William à son cadet.

-Il n'est au courant de rien alors c'est normal qu'il ne comprenne rien. Tu devrais lui expliquer au lieu de te moquer de lui.
-Lui expliquer quoi?!? Je devrais lui expliquer quoi à ton avis?!? explosa Mikaël, libérant toute sa rage et sa colère en criant le plus fort possible. Lui expliquer que je me suis endetté jusqu'au cou pour pouvoir monter à cheval à ce niveau? Que j'ai plus un rond et que je peux pas rembourser mes banquiers? Que je dois payer la scolarité de mon petit frère et de ma petit sœur parce que mes parents ne le peuvent pas? Que je dois payer les cautions de mon grand frère à chaque fois qu'il fait une connerie? Que tous les mois je dois payer une partie des factures de mes parents parce qu'ils ne s'en sortent pas avec leur salaire de misère? Que je me suis fait viré de ma chambre de bonne pour cause de loyer impayé? Que maintenant je loge au club et qu'en échange je dois m'occuper des chevaux? Alors?! Dis-moi ce que je dois lui expliquer! Dis-moi Will!
-Mikaël, calme-toi, tenta l'aîné en sachant pertinemment que cela ne servait à rien.
-Ta gueule!! Je m'énerve si je veux! J'en ai marre Will! Marre! Marre, marre et marre!

Il laissa alors sa tête tomber dans ses mains, cachant ainsi son visage, et sanglota silencieusement. William fut soulagé de voir que sa colère était retombée et ne lui fit aucune remarque, de peur de l'attiser de nouveau. Cependant, Peter  n'eut pas la même présence d'esprit et prit la parole d'un ton mal assuré.

-Je suis désolé, je ne…

Il ne put continuer plus avant car Mikaël avait relevé la tête et le regardait d'une façon telle que l'inspecteur ne pouvait plus prononcer un seul mot.

-Sortez, dit d'un ton froid et dur le cavalier. Sortez de ce camion avant que l'envie de fracasser votre tête contre le pare-brise ne me prenne.
-Mais je… , tenta de protester Peter.
-J'AI DIT: SORTEZ D'ICI!!! Vous êtes con ou complètement bouché?!? s'emporta alors de nouveau Mikaël, faisant sursauter les deux autres occupants.

Peter ne se formalisa de la question et s'empressa de sortir sans un mot. Alors qu'il allait refermer la porte, il posa sa carte de visite sur le siège passager, expliquant que pour se faire pardonner, il était prêt à lui offrir un café et le tenir au courant de l'avancée de l'enquête. Puis il ferma définitivement la porte et le calme retomba dans l'habitacle. Celui-ci fut de nouveau envahi par la douce voix de John Lennon et bercé par ce son mélodieux, Mikaël ne tarda pas à s'endormir, complètement épuisé.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Legere Brise 05/08/2009 17:09

Bonjour!Je viens te tomber sur ton blog, l'histoire a l'air simpa =). Je fais du cheval depuis un petit moment et suis une grande passioné, alors le sujet me plait bien^^Je me permet de te faire une petite remarque :les proteges boulet sont utilisés pour les parcours de CSO uniquement, pour le transport, ce sont des guetres (guetres d'antérieurs ou de postérieurs). Il arrive que des cavaliers qui n'ont pas beaucoup besoin de transporter leur cheval et qui n'ont pas les moyens utilisent des proteges boulet, mais pour un champion c'est surprenant ^^Sur ce, je vais continuer ma lecture!Bisous

Skorpan 18/08/2009 00:38


Bon, déjà bienvenue sur le récit! =D Ca me fait plaisir de voir une autre passionnée de cheval ici.

Et pour les protecs, t'as raison. Je me suis un peu emmêlée les pinceaux. Dans mon cours, on est obligé de transporter quasiment à chaque fois les chevaux, mais comme le trajet est très court, on
met guêtres/protège-boulets/cloches, d'où la confusion. Je corrigerai un peu plus tard, mais merci d'avoir relevé la faute. ;-)

Bisous, et même si c'est un peu tard: bonne lecture! =D


Merlin 29/05/2009 18:15

Hello ! J'avais découvert ton blog il y a un petit bout de temps déjà et je m'étais dit qu'il faudrait que je vienne lire ta fic, ce que j'ai fait et jusque là ça me plait bien ^^. J'aime bien ton style c'est facile à lire et je vais d'ailleurs m'empresser d'aller voir la suite.

Skorpan 29/05/2009 20:00


Tant mieux si ça te plaît! =) Et à voir tes autres coms, la suite te plaît aussi. :P
J'irai faire un tour sur ton blog quand j'aurais le temps (vu que je pars ce soir, c'est tendu là tout de suite maintenant ^^), mais j'aime bien la présentation.


Absynthe 03/10/2008 20:43

Coucou ^^
Première chose, je suis étonnée de ne pas être tombée sur ton blog plus tot
Je suis TROP contente de trouver une histoire avec des chevaux, je suis à fond dans le milieu, même si pour moi les concours c'est proscrit, c'est marrant certes, mais je déteste ce que les gens font de leurs chevaux. On dirait qu'ils les prennent pour des mobilettes à les pousser plus loin, toujours plus haut, toujours plus de perfection ridicule. A la fin on a des chevaux completement névrosés. C'est là que j'entre en scène lol. Moi je travaille (gratis, c'est pour les chevaux, pas les cavaliers, pis jai pas de diplome, juste de la patience) les chevaux immontables, ou qui ressemblent plus à rien etc. J'ai eu un cheval de horse ball à reprendre, il tournait en national. j'ai jamais eu autant de mal avec un cheval, il était dingue, mais en fin de compte j'ai réussi à le rendre adorable (yahou) ^^
Fin bref jvais pas te raconter ma vie dans le milieu tu t'en fous sans doutes ^^
Alors oui donc j'en étais ou? Grrr structure du commentaire 1-Blabla inutile, 2- te feliciter pour l'histoire, 3-Te parler de ton commentaire.
Donc :
2: Cette histoire me plait vraiment ^^ Je crois que ça me serait pas venu à l'esprit de faire un truc dans le milieu des concours. C'est très original ^^. Jai trop l'habitude des baisodromes des concours de TREC jcrois xD Du coup ça m'avait pas éffleurée.
Breffouille, j'aime beaucoup Mikaël, il a un sacré caractère et une vie pas follichonne, et pour peter, le pauvre, il a un sacré sang froid, y a pas beaucoup de flics qui auraient rien dit sous la crise de nerfs du ptiot ^^.
Donc j'ai vraiment hate de lire la suite, du coup j'aborde vite lepoint 3 ^^
3:
Merciiii pour ton commentaire ^^. Ca me fait vraiment plaisir de voir que mon histoire te plait, personnellement elle me lasse, mais vu que c'est la plus lue, je la continue... Celle qui me passionne pour le coup c'est le Grenat Bleu, jsuis à fond dedans, mais je crois qu'il va falloir que je la réécrive, jsuis vraiment limite au niveau de l'écriture, t'as du t'en rendre compte.
Toi par contre c'est parfait vraiment ^^
Jsuis contente aussi que mon humour fonctionne sur toi ^^, yen a souvent qui le pigent pas xD
T'en fais pas pour la critique, je bénis les personnes qui osent me dire ce qui cloche dans mon écriture. Et oui, t'as tout à fait raison pour les points de vue, je les fais un peu à la va vite, mais c'est surtout que ça fait très longtemps que je suis sur lhistoire, et que je ne suis pas régulière dans mes majs, donc joublie fréquement le pdv du chapitre précédent etc. Enfin bon, tu as tout à fait raison, faudrait que je refasse tout, mais jai vraiment pas le courage (tu vois le nombre dhistoires que j'ai...)

Heuuuu à force de raconter un peu tout et nimporte quoi je me suis perdue, jai du oublier plein de choses désolée.
Bref bisous, je continue la lecture ^^

Skorpan 03/10/2008 22:25


O_o la longueur du com! *toute contente*

Décidément, je me dis de plus en plus que j'ai bien fait de choisir le monde hippique comme univers pour ma fic. Mes lecteurs/trices ont l'air d'apprécier! :D Perso, j'aurais bien aimé faire des
concours pour voir jusqu'où je pouvais aller. Mais j'ai été dégoûtée lors de quelques CSO intra-clubs: je pouvais pas choisir mon cheval (c'était tirage au sort -_-') et je suis tombée à cause du
jury. Mais maintenant, ce qui me fait le plus tripé, je crois bien que c'est la même chose que toi: travailler des chevaux compliqués. Ma prof sait que j'adore les chevaux névrosés qui courrent
partout alors elle me les donne. Par exemple, j'ai récupéré un ancien cheval de compet' (courses de haies) qui pouvait pas voir un obstacle sans foncer dessus, pas aller au petit galop etc. Et ben
un an après, il est montable par des petits niveaux, sauf au saut où il est encore un peu taré mais je l'aime comme ça. ^^ Et moi de voir son évolution, aussi bien en carrière qu'au box, ça me fait
très chaud au coeur. Bref, j'arrête là avec mes histoires.

Je suis contente que t'aimes Mikaël, parce qu'avec lui, je crois qu'on va en voir des vertes et des pas mûres! XD Surtout que c'est la 1ère fois que je "dirige" un perso comme ça, alors il risque
d'il y avoir des passages un peu à la one-again. Et c'est vrai qu'en y réfléchissant, c'est étonnant que Peter n'ait pas réagi. Je crois qu'il était trop sous le choc! XD Mais j'y penserai de lui
faire piquer une colère de temps en temps...

Et pour le point 3, je te comprends quand tu dis que tu as la flemme de tout ré-écrire. C'est chiant et puis l'histoire a tendance à partir ailleurs. ^^ Et puis ça permet de voir nos erreurs
passées et de ne pas les commettre à nouveau. J'irai lire Le Grenat Bleu un de ces jours.

Bref, merci beaucoup pour le com, les compliments, les critiques... Ca me fait très plaisir. =D
Bisous


rafa 10/09/2008 22:11

D'abord je me suis pas moquée ouvertement de Mikael, j'ai juste dit qu'il en faisait trop, surtout contre Peter et que ce dernier n'avait vraiment pas à s'excuser. Mais tu vas dire que c'est son caractere alors je me tais.
En tout cas, j'aime beaucoup et j'espere que tu vas continuer vite.

Skorpan 10/09/2008 22:22


Ben oui, je vais dire que c'est son caractère à Mikaël! Tout le monde ne peut pas être aussi gentil que toi, ma Rafa! :P Et puis je sais que Peter n'avait pas à s'excuser, mais bon il fallait bien
que je trouve un moyen pour qu'ils se revoient. ^^
Et maintenant que j'ai suité ma fanfic, je vais pouvoir m'atteler à celle-là! :D
Et merci pour le com! Promis demain je ne te ferai pas chier (enfin j'essaierai ^^).


Hoshi-x 10/09/2008 14:37

C'est Superrrrr Trop bien !!!
C'est bien sa change un peu que ce soit dans le monde hippique ^^
Le lemon c'est pour bientot ? [moi perverse ? meuh nan ! xD]
Enfin bref' continue c'est Super ^^


BisouXXX

Skorpan 10/09/2008 16:08


Et ben dis donc, j'ai l'impression d'avoir ben fait de choisir le monde hippique comme cadre de mon histoire. ^^
Et le lemon, c'est pas pour bientôt du tout (enfin je crois, parce que mes persos ont tendance à prendre le contrôle de mes fics, donc ça arrivera peut-être plus tôt que prévu ^^).
En tout cas, merci et t'inquiète, je vais continuer: la suite est un peu écrite mais sur papier.


JoY 10/09/2008 00:11

Bonsoir^^
Je passe enfin sur ton blog! Je ne garantis pas que mon commentaire sera aussi long que les tiens (que j'adore lire au passage) mais je vais faire de mon mieux!

J'aime beaucoup ce début.
Je comprends tout à fait Mikaël et sa réaction face aux prises de sang, à une époque, j'étais pareille!
Le milieu est hippique, c'est assez original, bravo pour cette idée. Si tu t'y connais un peu, ça devrait aller. Moi, je n'y connais rien, alors je ne remarquerai pas les erreurs^^
Tout le monde n'a pas l'air très clair dans cette histoire hehe Je veux savoir qui ment et qui dit la vérité lol

On va revoir le petit inspecteur Peter??? Je l'aime bien XD
Voila mon avis, j'attends la suite avec impatience^^

Bisous

Skorpan 10/09/2008 01:43


Bah heureusement que tu l'aimes bien, parce qu'on va le revoir souvent Peter. ^^ Bah oui, c'est quand même lui qui va être en charge de l'enquête (enfin pas tout seul non plus). Et tu vas voir
(dans assez longtemps je pense) qui ment et qui dit la vérité. D'ici là, j'aurai le temps de vous embrouiller encore plus. ^^

Pour le milieu hippique, comme j'évolue dedans (comme amateur simplement hein!), ça m'a paru plus simple de prendre ça comme cadre. Et puis les mecs qui font du cheval m'ont souvent laissé sur le
cul, parce qu'en général onretrouve à peu près le même type de mecs partout: plutôt mignon, fin comme un fil de fer et doué. ^^

Bref, ça m'a fait plaisr de lire ton com. Et rassure-toi, pour l'instant c'est le plus long que j'ai eu. ^^ J'essaie d'écrire la suite assez vite.


naishou 09/09/2008 21:37

Pauuuuuvre Mickaël... Je le comprends tout à fait, il en a pas fini avec les problèmes...
C'est un bon début, ça change de milieu, ça c'est clair, lol. Le caractère de Mickalël me plaît bien, surtout quand il s'énerve, ce pauvre chou qui a peur des prises de sang (ça aussi je le comprends tout à fait....). J'aurai quand même bien aimé voir l'inspecteur lui dire ses quatre vérité, ça aurait pu être marrant :p
J'aime beaucoup Will aussi, dans son rôle de bon samaritain, il joue un peu le père, le protecteur (il en faut toujours un, après tout^^).
Vivement la suite !
Gros bisous !

Skorpan 09/09/2008 22:27


:D Ca fait plaisir à lire un avis comme ça! Surtout qu'une de mes amies s'est foutue ouvertement de Mikaël et de sa peur des prises de sang! XD (et je sens qu'elle va me le resortir quand on ira
faire notre don du sang la semaine prochaine ^^).

Sinon, pour l'engueulade de Mikaël par Peter, ça va peut-être venir, faut que j'y réfléchisse. Tu viens de me donner une idée! Merki!

Et t'as parfaitement cerné Will, le gentil tuteur de Mikaël. Moi aussi je l'aime bien Will, j'aurai bien aimé avoir quelqu'un comme ça en équitation...

Et j'espère pouvoir écrire la suite pour la fin de semaine ou le début de la semaine. J'ai pas encore l'habitude de mener deux fictions de front (j'ai une fanfic en cours autre part), alors c'est
un peu dur à gérer mentalement pour l'instant.


Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!