Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 15:56

Je sais, ce n'est pas une suite de Crampons et autres fantaisies hippiques. Mais j'ai du mal à me remettre à cette fic. Pour l'instant je me consacre plus à How does it feel? Je viens de commencer la 3ème partie, et mes lecteurs me boostent à fond. Et puis j'avoue que le scénario est plus clair dans ma tête aussi que pour Crampons. ^^ Donc voilà, c'est un petit OS que je vous offre.

Je remercie chaleureusement Fidlansi, parce que c'est en me promenant sur son blog (malheureusement en train d'être supprimé) que j'ai découvert son principe d'interviews. Le thème du 1er interview m'a tout de suite plu et j'y ai réfléchi pendant une bonne semaine: "Si j'étais un homme, je serais homosexuel." Alors je vous laisse découvrir ce que mon cerveau est encore allé inventer en lisant cette phrase. ;-)

NB: il y a encore des prénoms plus ou moins suédois, et qu'il faut bien entendu prononcer à la suédoise! :-P
-Jonatan >> Yonatane
-Björn >> Byeuh-rn
-Pelle >> Pélé
-Lindberg >> on prononce bien toutes les lettres, même le N et le G.
-Johan >> comme en français, enfin je crois: Yohane (en prononçant le H)





     Si j'étais un homme, je serais suédois, j'habiterais Stockholm et je m'appellerais Jonatan. J'aurais commencé la guitare à l'âge de six ans, en piquant celle de ma maîtresse d'école. Mes parents, me voyant de plus en plus passionné, m'inscriraient dans un cours collectif de musique, où j'apprendrais à jouer de la guitare et à chanter. Là-bas, je rencontrerais Björn, avec qui je nouerai des liens très forts. Par la suite, il deviendrait mon meilleur ami.


     A l'école, je ne m'amuserais pas beaucoup, trouvant les cours inintéressants et embêtants, à part ceux de musique. Mais j'aurais toujours des notes correctes, pour faire plaisir à mes parents. Et aussi par peur qu'ils ne décident de supprimer mes cours de guitare. A douze ans, j'arrêterais de prendre des cours de guitare, parce que je trouverais les autres trop nuls. A partir de ce moment là, j'essaierais de composer mes propres morceaux. Mes cahiers seraient couverts de petits bouts de partitions et de notes de musique. Cependant, même si mon esprit vagabonderait entre les clés de sol et les clés de fa, mes notes resteraient constantes, mon caractère timide m'incitant à me faire remarquer le moins possible. A 13 ans, j'aurais essayé de monter un groupe de rock avec Björn. Mais j'aurais laissé tomber au bout de quelques mois parce que Björn préférerait s'intéresser aux filles. Je ne comprendrais pas son attitude: les seules choses intéressantes à mes yeux seraient alors la musique, et puis peut-être les garçons. En tout cas, les filles ne mériteraient même pas que je leur consacre une pensée. Je lui en voudrais alors un peu, mais lui pardonnerais bien vite: il ne serait pas mon meilleur ami pour rien. Quant à la guitare, je continuerais à jouer et à composer tout seul dans mon coin.


     Au lycée, je mènerais ma petite vie tranquille d' "élève moyen, n'exploitant pas assez ses capacités". Les professeurs m'aimeraient bien, et me laisseraient tranquilles. Un jour, vers novembre de ma première année, je m'arrêterais devant le panneau des petites annonces pour trouver s'il y avait des propositions de baby-sitting: j'aurais besoin d'argent pour acheter des cadeaux de Noël à mes parents et à ma grande sœur, qui serait de cinq ans mon aînée. Ce serait alors que je verrais une toute petit affiche où il y aurait marqué qu'un certain Pelle Lindberg cherchait un batteur, un chanteur, un guitariste et éventuellement un claviériste. Seul le terme "chanteur" n'aurait pas été barré. Je me pencherais alors pour en savoir un peu plus: le genre de musique jouée, et peut-être même le numéro de téléphone de ce Pelle. A ce moment là, une masse se jetterait sur moi et m'écraserait le visage contre la vitre du panneau d'affichage. Ne se souciant absolument pas de la rencontre douloureuse entre mon nez et la vitre, la masse s'écrirait:

-Dis dis dis!! Tu joues d'un instrument?

Et je répondrais alors distraitement, trop soucieux de savoir si je saignais ou non du nez:

-Oui, de la guitare… Et je chante aussi.
-Parfait!! s'exclamerait l'inconnu, m'entraînant alors par le bras vers la sortie.

Je me débattrais un moment, puis abandonnerais la lutte: l'inconnu serait trop fort pour moi. De plus, son rire magnifique me donnerait envie de mieux le connaître. J'apprendrais alors rapidement que Johan, puisque ce serait son nom, était le guitariste du groupe dont je regardais l'annonce quelques instants auparavant. Le groupe s'appellerait Acidulate, et cela ferait des mois qu'ils cherchaient un chanteur. Johan ne cesserait de dire que je tombais à pic, et il rajouterait tout bas pour ne pas que je l'entende: "Et pas seulement pour le groupe." Après quelques essais, je serais définitivement pris comme chanteur et guitariste.


     Mes années de lycée se passeraient bien: des notes toujours correctes, des parents contents, une sœur quittant le cocon familial pour s'installer avec son copain, et Acidulate qui marcherait de plus en plus. Enfin, tout se serait bien passé si, lors de ma dernière année de lycée, je n'avais pas eu la subite envie d'embrasser Johan en plein concert. Sur le coup, il aurait joué le jeu, et aurait répondu à mon baiser. Mais après le concert, en coulisses, il m'aurait enguirlandé, disant qu'à cause de moi, il avait raté quelques accords. Puis quand les autres seraient partis, il m'aurait glissé à l'oreille: "Mais t'embrasses super bien. Merci pour tout à l'heure!" Il m'aurait alors planté là, comme un con. Et moi, trop étonné, je n'aurais pas réagi. Au bout de plusieurs semaines de réflexions intenses, de prises de tête, de mauvais plans drague avec des filles, et beaucoup de sourires et de regards en coin avec Johan, on sortirait enfin ensemble. Et notre première fois ensemble aurait été un souvenir ineffable, que je ne pourrais pas évoquer ici, car vraiment trop intime. Elle marquerait aussi la première fois où on se serait avoué nos sentiments, avec un "Je t'aime" murmuré sur l'oreiller.


     On aurait vécu huit années de bonheur à l'état pur, le paradis sur terre. Bien sûr celui-ci aurait été un peu entaché à l'annonce de ma sexualité à ma famille. Tout le monde aurait rejeté ma différence, prétextant que j'étais anormal. J'aurais par conséquent coupé les ponts avec tout le monde, sauf avec ma sœur, qui m'aurait accepté tel que j'étais, sans même se poser de question, tout comme je l'avais fait lorsque je m'étais découvert gay. Du côté de Johan, ses parents auraient été plus tolérants et auraient sauté de joie quand il aurait annoncé qu'il avait trouvé l'homme qui le rendrait heureux toute sa vie. C'aurait été le premier coup dur porté à notre couple, mais il n'aurait affecté en rien notre relation. Le deuxième coup dur aurait été la dissolution de Acidulate, les autres ne voulant plus continuer. Johan aurait encaissé le coup beaucoup mieux que moi, puisqu'il aurait son travail d'architecte d'intérieur qui le passionnerait. Quant à moi, mon petit boulot de fonctionnaire bien propre sur lui ne me satisferait pas. La musique et Johan représenteraient tellement tout pour moi que j'aurais l'impression qu'on avait tué une partie de moi. J'aurais essayé de former un autre groupe mais cela n'aurait pas marché, et je déprimerais de plus en plus. Le troisième, et dernier, coup dur porté à notre couple, ce serait moi qui le porterait. Un jour plus déprimant que les autres, je serais allé boire dans un bar, et j'aurais fini ma soirée dans un lit inconnu. Je me sentirais affreusement coupable, comme le dernier des salauds, et je déciderais à tout avouer à Johan sur le champ. Celui-ci le prendrait très mal et me mettrait à la porte de notre appartement. Je logerais alors pendant plusieurs semaines chez ma sœur et son mari, un peu en dehors de Stockholm. Elle hésiterait à me loger, puis nous réussirions à trouver un accord: je ferais le test du VIH, qui se révèlerait négatif, et j'habiterais chez elle. Là-bas, je me ressourcerais et tous les jours, j'écrirais de longues lettres à Johan, que je n'enverrais jamais. Un jour, je recevrais un coup de fil de Björn, mon meilleur ami, m'apprenant qu'un célèbre groupe suédois avait besoin d'un guitariste remplaçant sur leur tournée. Je partirais aussitôt, fourrant tout en vrac dans mon sac.


     Je ferais connaissance avec le groupe et m'entendrais très bien avec ses membres. Je m'entraînerais pendant plusieurs jours avec eux, et le premier concert se passerait très bien. Ils parleraient même de m'engager comme second guitariste. On fêterait ça dignement et au moment d'avaler ma troisième bière, je recevrais un coup de fil de ma sœur. Elle aurait trouvé les lettres adressées à Johan, que j'aurais oubliées de prendre, et les aurait envoyées. Je l'engueulerais, je la traiterais de tous les noms, puis je pleurerais et la remercierais. Puisque après tout, elle aurait fait la seule chose dont je n'aurais pas été capable: oser lui dire "Je t'aime" après l'avoir trahi.


     Et maintenant, j'attendrais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Skorpan - dans One-shot
commenter cet article

commentaires

Clemzy 04/06/2010 18:39



Magnifique.


J'aime vraiment le style! Original, inovent, captivant....Je n'avais jamais lu d'OS écrit de cette façon! Désolée si je m'excite, mais j'adore vraiment trop le concept! =D


La fin est un peu tristounette, même si elle annonce un futur positif, mais rien à faire! J'aime trop les "vrais" happy end! ^^



Skorpan 06/06/2010 00:04



A la base c'était parti d'une idée de Fidlansi, si mes souvenirs sont exacts. C'était une sorte de défi, mais elle avait arrêté alors j'ai publié ici. Et au final, j'ai écrit la vraie vie dont
j'aurais rêvé. En Suède surtout.

Styara 23/12/2008 18:41

c'est beau.

j'espère que ton attente n'aura pas été veine, car tu mériterais une seconde chance.

Skorpan 24/12/2008 05:12


A toi de voir si l'attente aura été vaine ou pas. ;-) Je laisse l'entièreté du choix au lecteur.
Merci beaucoup pour ton com, ça fait plaisir. =)


Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!