Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 10:09
Désolé pour le retard, petit imprévu familial. Voilà la suite maintenant, juste avant de partir pour la manif des médecins. :-P






     Il était à peine huit heures et demie et l'immense terrain du club hippique de Norfolk grouillait déjà de monde. Les gens allaient et venaient rapidement entre les différentes installations, soit avec un cheval au bout d'une longe, soit avec un quelconque équipement dans les bras. La personne qui avait le plus impressionné Mikaël avait été un vieil homme qui avait réussi à transporter quatre selles d'un coup, ainsi que les quatre filets qui allaient avec. Touché par la difficulté du groom, il lui avait proposé son aide, que celui-ci avait fortement appréciée, et après avoir déposé les selles à l'endroit indiqué, Mikaël était revenu se poster à l'entrée du club. Accoudé à une vieille barrière en bois, il palpait nerveusement sa poche de jeans où reposait son téléphone portable. La veille, Peter lui avait dit qu'il serait là vers huit heures du matin, et il était en retard. Cela inquiétait Mikaël, même s'il n'osait pas se l'avouer. Soudain son téléphone vibra et précipitamment il décrocha.

-Allô Peter?
-Euh… non c'est My. T'es où?
-A l'entrée. Pourquoi?
-Ah c'est bon je te vois! Ne bouge pas, j'arrive!

Le jeune homme n'eut pas le temps de rajouter un mot de plus que déjà la communication était coupée, et avant même d'avoir l'idée de rechercher son amie dans la foule, celle-ci se trouvait à côté de lui.

-Alors beau gosse? Comment ça va? demanda-t-elle enjouée.
-Ca va, ca va, répondit-il avec un demi sourire.
-Ca m'a pas l'air. Tu devrais aller dormir un peu Mikaël. L'épreuve ne commence qu'à 10h, et tu passes dans les derniers. Donc si tu te mets à cheval à 9h30, ça devrait être bon.
-J'ai pas envie.
-Mais t'es debout depuis 4h du mat', tu dois être crevé, insista la jeune femme.
-Je te dis que je n'ai pas envie, My. Et puis, je commence à avoir l'habitude de me lever tôt, avec tous ces concours.

My se tut: Mikaël n'avait pas tout à fait tort, surtout qu'elle l'avait déjà vu tenir éveillé plus de vingt-quatre heures sans broncher. Cependant, quelque chose dans son attitude la chiffonnait. Alors, elle joua aux devinettes.

-Serais-tu stressé Mikaël?
-Non, pas du tout. C'est rien que du dressage ce matin. J'ai déroulé ma reprise je ne sais combien de fois, et je la connais par cœur. Pas de souci, affirma-t-il d'un ton nonchalant, capable à lui seul de faire enrager tous ceux qui peinaient aux épreuves de dressage.
-Je sais que t'es doué Mikaël. Mais je me disais qu'il y avait peut-être autre chose qui te stressait, hasarda-t-elle.

Il lui jeta un regard circonspect, puis soupira: encore une fois, elle avait deviné ce qui le tracassait.

-C'est Peter…
-J'en étais sûre! triompha-t-elle. Alors comment va-t-il? Vous vous êtes revus? Vous êtes… elle hésita un instant avant de murmurer à son oreille, rouge comme une pivoine, vous êtes allés plus loin?
-Calme ta joie My, on est juste amis.
-Ah bon? T'en est sûr maintenant?

Elle semblait presque déçue, et Mikaël ne voulut même pas imaginer le scénario qu'elle avait monté toute seule dans sa tête, avec pour acteurs principaux lui et Peter.

-En tout cas, lui en est sûr. Mais ne t'en fais pas pour moi, va.
-Bien sûr que je m'en fais pour toi! répliqua-t-elle de façon véhémente. T'es mon meilleur ami, et je t'ai jamais vu aussi heureux que depuis que tu l'as rencontré. Et tu sais? J'ai réfléchi à notre conversation de l'autre fois, et à mon avis t'es amoureux de lui! C'est pas possible autrement. Vous vous êtes appelés plein de fois cette semaine, et à chaque fois que tu voyais son nom sur le portable, t'avais un sourire immense collé au visage. Là tu stresses à cause de lui, et tu t'interroges sur ce que tu ressens pour lui alors que d'habitude, c'est clair comme de l'eau de roche. Donc tu l'aimes, c'est obligé.
-Nan mais, comment tu décides des sentiments des autres toi! rigola-t-il. Pour l'instant on est amis, et ça me convient très bien. Tout est encore très embrouillé dans ma tête, alors je me cale sur les sentiments que lui éprouve, et comme ça y'a pas de problème.
-Attention Mikaël, ça va finir par te jouer des tours, de toujours montrer les sentiments que les autres attendent de toi.
-Je sais, mais au moins, ça me permet de mieux le connaître. Alors je me dis que c'est pas plus mal, tant que je n'ai pas éclairci le bordel qu'il y a dans ma tête.
-Si tu le dis… dit-elle sans grande conviction. Mais tu sais que tu peux toujours venir pleurer sur mon épaule si t'as un problème. Et même si tu n'en as pas! Petite sœur My sera toujours là pour toi, fit-elle avec un grand sourire.
-Oui, je sais, répondit-il en ébouriffant ses cheveux. Maintenant, tu peux me laisser s'il te plaît? Je le vois qui arrive.

Elle tourna la tête et grâce aux indications de Mikaël, elle reconnut l'inspecteur, qui était habillé cette fois-ci d'un jeans bleu foncé, d'un T-shirt à l'effigie d'AC/DC et d'un pull négligemment jeté sur ses épaules. Une paire de lunettes de soleil et une casquette complétaient l'ensemble.

-Il est quand même pas mal dans son genre, commenta My.
-C'est ça, c'est ça, maintenant, tu te barres, dit-il gentiment en la poussant vers les boxes.
-Oui, oui, la gêneuse s'en va, confirma-t-elle en déposant un baiser sur sa joue. Mais n'oublie pas: neuf heures et demie à cheval.

Il hocha la tête et d'un regard explicite, il lui demanda une nouvelle fois de foutre le camp.
My ne se fit pas prier plus longtemps et s'en alla à grands pas vers le box le plus près. De là, tout en caressant le chanfrein d'un cheval rouan, elle put voir Peter aborder Mikaël avec un grand sourire, et entamer la conversation. Elle les observa quelques minutes encore avant de partir retrouver son coach, et sur le chemin, elle se dit que décidément, ces deux-là formeraient un joli couple si jamais ils se mettaient ensemble. Depuis que l'idée de la possible homosexualité de Mikaël lui avait traversé l'esprit, elle s'y était peu à peu ancrée, et My, en fouillant dans ses souvenirs, trouvaient de plus en plus d'arguments qui venaient étayer cette hypothèse. D'abord, le fait que, mis à part pour cette étudiante en droit un peu trop bourgeoise, Mikaël n'avait jamais éprouvé quoi que ce soit de fort pour une femme, ni entretenu une relation qui allait au delà de deux semaines; alors qu'elle-même avait déjà eu plusieurs petits amis de longue durée. Bien sûr, elle savait que cela n'était pas une preuve en soi: plusieurs de ses connaissances masculines étaient dans le même cas, sans être pour autant gays, à sa connaissance. Pourtant, le non-enthousiasme que Mikaël éprouvait pour parler de ses relations, aussi bien sur le plan sexuel que sentimental; l'intérêt vif qu'il portait aux ébats de My, et tout particulièrement au ressenti de son partenaire; ainsi que ses quelques commentaires, plus que flatteurs et sensuels, sur d'autres hommes qu'ils croisaient dans la rue; tout cela réuni faisait plutôt pencher la balance en faveur de l'homosexualité. Le dernier argument auquel elle avait pensé avait été fourni des années plus tôt par son amie suédoise Johanna. Lors de vacances dans son pays d'origine, My avait montré à Johanna une photo de Mikaël, qu'elle venait alors de rencontrer. Celle-ci, en apercevant le cliché, s'était exclamé: "Oh nom de Dieu! Pourquoi tous les beaux gosses sont gays!?! C'est chiant à la fin!" La phrase avait marqué My, et celle-ci était restée abasourdie plusieurs minutes avant de pouvoir retrouver la parole. Après quelques explications, il se trouvait que Johanna connaissait un jeune homme gay qui avait exactement la même dégaine que Mikaël, et que par association, elle en avait déduit que Mikaël était gay lui aussi. Sur le coup, My avait rigolé, trouvant farfelu le raisonnement de son amie. Mais maintenant qu'elle y repensait, elle ne trouvait plus l'idée si bête.

Cependant, elle n'était sûre de rien, et c'était à Mikaël que revenait la décision de choisir son orientation, ou plutôt de la découvrir. Car pour My, ce n'était pas une question de choix: la sexualité, quelle qu'elle soit, faisait partie de l'individu lui-même, et il ne pouvait pas en changer. Il pouvait seulement la masquer, et c'était quelque chose qu'elle refusait de voir se produire pour Mikaël. Alors elle était prête à l'aider de tout cœur pour démêler ce qu'il ressentait, quitte à le pousser dans ses retranchements par son audace.


     Peter s'approcha tout sourire de Mikaël, et avant que celui-ci n'ouvre la bouche, il demanda.

-C'était pas My qui était avec toi, là tout de suite?
-Si, pourquoi? répondit Mikaël, étonnée par cette entrée en matière.
-Nan, pour savoir, je n'étais pas sûr. J'irai la saluer plus tard. Au fait, je suis vraiment désolé pour l'attente. Sonia m'a un peu pris la tête ce matin, donc je suis parti un peu en retard et je me suis tapé quelques bouchons.
-Y'a pas de problème, mentit Mikaël, qui s'était fait un sang d'encre devant le retard conséquent de l'inspecteur.
-Et puis, bonjour tiens! reprit Peter, avec toujours le même sourire scotché aux lèvres. Comment tu vas?
-Bien, bien, merci. Et bonjour à toi aussi, fit Mikaël, lui rendant son sourire.
-Ah bon? T'es pas trop stressé?
-Nan, pas vraiment. Le cheval, c'est mon domaine, c'est là où je me sens le mieux, alors je suis rarement stressé aussi longtemps avant une épreuve. Par contre, quand je rentre en piste, c'est une autre paire de manche, dit-il en se moquant gentiment de lui-même. Mais j'essaie de faire de mon mieux pour rester calme, parce que sinon, je refile mon stress à mon cheval, et c'est très mauvais.
-Ok, je comprends…
-Mais au fait, pourquoi t'es pas en costard cravate comme l'autre fois, Pete?
-Parce que je suis en congé, répliqua-t-il. Pour une fois, je ne viens pas pour le travail, mais uniquement pour le plaisir de voir des chevaux, et leurs cavaliers bien évidemment.

Un sourire sincèrement heureux vint éclairer le visage de Mikaël, et Peter se fit la réflexion qu'il était magnifique ainsi. Mais brutalement, ce sourire s'effaça pour laisser place à un visage anxieux et quelque peu effrayé.

-Mais… ça va pas poser de problème avec ton boulot que tu vois l'un des…

Mikaël rechignait véritablement à employer ce terme, mais n'en trouvant aucun autre, il se résigna.

-L'un des suspects, reprit-il avec une moue de dégoût. Et Sonia, elle va pas être en colère quand elle saura que tu es ici par plaisir, et non pour ton travail? Ou alors peut-être qu'elle le sait déjà, et qu'elle n'a pas voulu venir. Ca veut dire que… Oh mon dieu!
-Calme-toi, Mikaël. Calme-toi, lui intima l'inspecteur, alors que le cavalier parlait de plus en plus vite, et jetait de vifs coups d'œil autour d'eux. Pour mon travail, ne t'en fais pas, j'ai vérifié: normalement l'équipe qui bosse aujourd'hui ne me connaît pas, ou de loin. Alors franchement, pour qu'ils reconnaissent en l'homme cool et fan de hard rock que je suis aujourd'hui l'inspecteur en costume trois pièces toujours austère, il faudrait qu'ils soient extrêmement doués. Et honnêtement, j'en doute. Mais ne t'inquiète pas, continua-t-il alors que Mikaël s'apprêtait à protester, je fais gaffe. Et à l'avenir, je pense qu'il vaudrait mieux qu'on se rencontre dans des endroits plus privés. Parce que sinon ce sont tes collègues qui vont finir par faire l'association entre moi et l'inspecteur.
-Merde, j'y avais pas pensé, s'alarma Mikaël. Il vaut peut-être mieux qu'on ne nous voit pas ensemble aujourd'hui.
-Attends, tu veux me dire que j'ai fait tout ce chemin pour ne pas passer une seule seconde avec toi?!? s'exclama-t-il, faussement outré, mais suffisamment pour que Mikaël le prenne au sérieux.
-Mais non, c'est pas ça que je veux dire. Mais si jamais…
-Relax, Mikaël, le coupa Peter. C'est par la suite qu'il faudra faire plus attention. Mais pour aujourd'hui, je t'assure que tout se passera bien, du moment que tu évites de me présenter à tous tes amis.

Mikaël rigola franchement à l'évocation de cette idée incongrue et l'atmosphère inquiète se détendit d'un seul coup. Cependant, Peter remit sur la table un des sujets d'angoisse de Mikaël, pour s'assurer que cela ne le perturberait plus de la journée.

-Quant à Sonia, elle est persuadée que je suis ici pour le boulot, et je lui ai dit que je ne rentrais que lundi matin. De toute façon, elle ne s'intéresse pas vraiment à ce que je fais en dehors de la maison quand cela ne la concerne pas, donc pas de souci à avoir de ce côté là.
-Ouf! souffla le jeune homme. J'ai cru que j'allais me faire lyncher par ta future femme en furie! pouffa-t-il, avant de continuer plus sérieusement. Nan mais franchement, nous foutre à la porte parce que My a émis l'hypothèse que tu n'étais peut-être pas fidèle, c'était abusé!
-Tout à fait d'accord avec toi! D'ailleurs je lui ai bien fait savoir. Je ne sais pas si elle a compris, mais en tout cas…
-Attends, t'assoies pas là! s'exclama Mikaël, alors que Peter prenait ses aises sur la barrière en bois.
-Pourquoi? demanda-t-il en redescendant lentement par terre.
-Parce que le bois est vermoulu, regarde, expliqua-t-il en pointant la barre à des endroits précis. Ca risque de casser à tout moment.
-Il devrait mettre un panneau de danger devant, pour pas qu'on monte dessus, suggéra Peter.
-Pourquoi?
-Bah, parce que c'est dangereux. Et si quelqu'un monte dessus, il risque de se faire mal.
-Mais personne ne va monter dessus, Peter. Ca se voit qu'elle n'est pas en bon état la barre.
-Moi je l'ai pas vu, se défendit-il.
-Oui, mais toi t'es pas habitué aux clubs, et à tout ce qui touche au cheval. Nous on l'est, alors on sait ce qu'on doit faire, et ce qu'on doit pas faire.
-Et tu penses qu'ici tout le monde est familier de l'équitation et des concours, rétorqua Peter, qui s'étonnait de la nonchalance de son ami.
-Nan, mais ceux qui n'y sont pas habitués n'oseront jamais s'aventurer ici. Ils vont rester dans le coin vraiment dédié aux concours. Et là bas, tout est nickel, parce que sinon ça ferait tâche.
-Mmm, je suis pas convaincu…
-C'est pas grave. Il suffit que tu me croies, affirma Mikaël avec un aplomb doté d'une pointe d'arrogance, adoucie par son sourire franc.

Une fois de plus, Peter se surprit à penser que le sourire de Mikaël l'embellissait véritablement, et il y succomba, acceptant alors les évidences que venaient de lui asséner le jeune cavalier.

-Bon, très bien. Maintenant, qu'est-ce qu'on fait? Tu me fais faire un tour du propriétaire?
-Bien sûr! répondit joyeusement Mikaël. Et en prime, t'auras droit à plein d'explications sur le monde du cheval! Mais pour le petit bonus, il va falloir attendre encore un peu.
-Quel petit bonus? l'interrogea l'inspecteur, avant de presser le pas pour le rejoindre, alors que Mikaël s'était déjà éloigné d'une dizaine mètres en direction du manège.
-Bah, celui que tu as rajouté lors du dîner. Que je devais t'apprendre à monter à cheval. Pour tout te dire, je ne t'en veux pas d'avoir un peu modifié notre accord. Ca me fait même plaisir. Mais ici, j'ai aucun cheval pour débutants, et je vais pas demander au club de nous en prêter un. Et il est totalement hors de question que tu montes sur un de mes chevaux de concours! affirma-t-il en se retournant et en le pointant du doigt d'une manière accusatrice.

Peter acquiesça sans rechigner: l'idée de monter pour sa première fois un cheval qui valait plusieurs dizaines de milliers de dollars l'effrayait un peu, à vrai dire. Pourtant cela ne l'empêcha pas de remarquer la possessivité dont venait de faire preuve Mikaël à l'égard de ce qui lui tenait vraiment à cœur, et ses chevaux, comme il aimait à les appeler, même s'il n'était véritablement propriétaire que de Jéricho, en faisaient partie. Mais, cette possessivité légèrement agressive était largement compensée par une attention de tous les instants, comme il avait pu le constater au fil des conversations téléphoniques de la semaine passée. Alors après tout, la personne qui son ami chérirait plus que ses chevaux n'aurait pas à se plaindre, à son avis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Farah 03/05/2009 16:36

Ca commence à jaser dans le couple hétéro...j'adore cette suite ainsi que la précédente que j'ai lue avant et j'attends la suite avec impatience.Bon courage!!!

Skorpan 04/05/2009 00:11


C'est sûr, ça jase dans le couple Sonia/Peter! Tiens je devrais refaire une scène avec eux deux, rien que pour m'amuser! :-P

Merci pour ton com, ça fait plaisir. =) J'espère que ton impatience ne sera pas déçue. Enfin, normalement, connaissant la suite, elle ne le sera pas! XD


Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!