Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 19:50

Les urgences, c'est quelque chose de particulier (je reviendrai sur leur fonctionnement dans un autre article), mais en tant qu'externe, c'est là qu'on s'aperçoit que les livres c'est bien beau, mais ça reste des livres. Et que les patients, en dehors des services (où ils sont "rangés, triés" par pathologie, par organes défaillants), ont des maladies qui ressemblent souvent à pas grand chose.

 

Mais des fois, on a des illuminations. Des coups de génie. Des fois, tu peux te dire: celui là, je sais ce qu'il a. Et ça m'est arrivé. Au moins une fois.

 

Un patient que j'avais vu en fin de soirée. Aucun interne n'était dispo pour que je le lui présente à ce moment là. Ni aucun chef. Alors je vais voir d'autres patients en attendant. Faut désengorger la salle d'attente. Prendre ceux qui attendent depuis 3-4h. Et puis entre temps, un interne se "log" sur le patient (il s'enregistre comme s'occupant du patient). Lui l'a fait par erreur, sans s'en apercevoir. Moi je crois qu'il l'a vu. Bref, un téléscopage comme il peut y en avoir quand il y a beaucoup de monde. D'autant plus que le patient ne réclame pas, il se tient tranquille. Forcément il dort. Et nous on finit par aller dormir aussi.

Et puis le matin, aux trans (transmissions, le passage de témoins en quelque sorte entre les médecins de nuit et ceux de journée), où on s'interroge sur qui est ce patient. Personne ne l'a vu à part moi finalement. Alors on me demande de le présenter. Dès le réveil, c'est dur. Je comprends pas la moitié des questions qu'on me pose, au sens littéral: j'ai l'impression qu'on me parle pas français. Et puis finalement, j'abandonne et je dis: "Pour moi, c'est une décompensation oedémato-ascitique d'une cirrhose d'origine alcoolique non connue." Le médecin qui me posait les questions m'a regardé comme si je ne savais plus ce que je disais et a conclu qu'il fallait revoir le patient, comme si ce que j'avais fait n'avait aucune valeur.

Finalement, le patient a été transféré en hépato-gastro, et le diagnostic est le même que le mien.

 

Je me suis sentie fière a posteriori.

 

Un des rares moments où les PCR ne m'attirent pas tant que ça.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!