Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 20:28
Bonne lecture! =D



Crampons-59.jpg

     Une fois propres et habillés, les deux hommes quittèrent leur appartement, et se mirent à la recherche d'un café. Il était midi un peu passé lorsqu'ils trouvèrent enfin un établissement qui avait l'air de proposer quelque chose de mangeable, en plus d'être bien décoré et pas trop cher. Mikaël râla car ce n'était plus l'heure du brunch, et que la serveuse refusait strictement de lui servir un croissant, un peu de confiture et un bol de céréales. Il se rabattit donc sur quelque chose de plus classique pour un déjeuner, et un quart d'heure plus tard, ils furent servis.

-L'omelette du chef?
-C'est pour moi, fit Mikaël, le ton froid, toujours un peu énervé qu'on lui ait refusé son brunch.

La serveuse déposa le plat, une omelette avec du bacon et des haricots verts, devant Mikaël de façon un peu brutale. Elle sembla s'en rendre compte puisqu'elle déposa l'assiette de Peter plus délicatement.

-Et donc, les pâtes au saumon sont pour vous, monsieur, conclut-elle avec un grand sourire pour Peter.
-Tout à fait, confirma-t-il en lui rendant son sourire, quoiqu'en moins enthousiaste.

Elle allait partir lorsque Peter lui demanda de leur apporter du pain et une carafe d'eau. Toujours souriante, elle acquiesça et deux minutes plus tard, elle leur apporta ce qui leur manquait, avant de les laisser déguster leur déjeuner -à défaut de brunch- tranquillement. Mikaël s'attaqua assez rageusement à son omelette, et ce ne fut que lorsque trois haricots verts furent éjectés successivement de son assiette qu'il consentit à se calmer, et à manger plus proprement. Quant à Peter, l'énervement de son compagnon semblait l'amuser, même s'il n'en comprenait pas bien la cause.

-Quelque chose te tracasse? lui demanda-t-il en rigolant à moitié. Parce que t'es en train de faire un véritable génocide de tes haricots et de ton omelette.
-Roooh! Ca va! Arrête de te foutre de ma gueule! répliqua-t-il aussitôt, mais le sourire pointant aux coins de ses lèvres était visible.
-Alors, alors? Enervé?

Mikaël ne dit rien le temps d'avaler deux bouchées d'omelette, puis avoua.

-Moui, un peu...
-Et puis-je savoir ce qui énerve mon petit ami en cette journée ensoleillée et prometteuse?
-Peut-être le fait que mon petit ami, justement, se fasse draguer par la première pouffiasse venue, déclara-t-il, mi-moqueur mi-énervé, tout en enfournant une bouchée de haricots agrémentés de bacon.
-La première pouffiasse ve... répéta-t-il avant de comprendre. Ah! La serveuse tu veux dire!
-Hmm...
-Mais elle ne me draguait pas...

Mikaël lui fit des yeux noirs et Peter se rétracta: il ne valait mieux pas le mettre véritablement en colère, surtout qu'il avait en bonne partie raison. La serveuse lui avait fait de l'œil, avait cherché à attirer son attention de plusieurs manières et avait été beaucoup plus sympathique avec lui qu'avec son compagnon de table. Il fallait dire aussi que le presque scandale qu'il lui avait fait au début du repas pour tenter d'avoir un brunch n'avait pas joué en sa faveur.

-Bon d'accord, elle me draguait un peu. Mais moi j'ai été correct. J'allais pas l'envoyer bouler non plus.
-Ah, mais je ne te reproche rien. C'est juste elle. Elle m'horripile...

Un sourire joueur, légèrement malsain, éclaira son visage, et Peter se surprit à sourire également. Certes il avait un peu peur de ce qu'il allait faire, mais il pressentait que cela allait surtout être drôle.

-Au fait, ça te dit de remonter à cheval? demanda soudain Mikaël, changeant de sujet sans prévenir.
-Bien sûr! Pourquoi tu me demandes?
-Nan, pour être sûr, après ta première fois. T'es quand même tombé, et il y en a qui arrêtent rien que pour ça.
-Je suis pas comme ça: je n'abandonne pas à la première difficulté, tu devrais le savoir, plaisanta-t-il.

Mikaël rougit légèrement, sentant l'allusion à leur propre histoire. Puis il expliqua à Peter le plan qu'il avait monté pour lui permettre de monter à cheval assez régulièrement, sans pour autant éveiller les soupçons. Peter trouva l'idée assez farfelue mais fut ravi. Le temps de finir leur plat, ils mirent les détails au point, et lorsque la serveuse arriva pour débarrasser la table, Mikaël étaient en train de raconter quelques anecdotes hilarantes à propos des concours, et de l'équitation en général.

-Vous avez fini messieurs? demanda la jeune femme, qui regardait beaucoup plus Peter que Mikaël.
-Oui, tout à fait.

Elle commença à rassembler les couverts sur les assiettes.

-Prendrez-vous un dessert ou un café?

Cette fois-ci, son regard était fixé sur Peter, mais ce fut Mikaël qui lui répondit.

-Pas de café, mais on prendra une part de tarte aux framboises... pour deux.

Surprise, et un peu gênée, elle se retourna vers son interlocuteur.

-Je vous apporte donc deux cuillères?
-Non, une seule suffira...

Il lança un regard sans équivoque à Peter avant de continuer.

-On a l'habitude de tout partager... n'est-ce pas?

Mikaël passa très légèrement sa langue sur sa lèvre supérieure, et Peter, dont les yeux commençaient à s'emplir de désir, joua le jeu.

-Oui... tout...

La serveuse, troublée, s'empressa de récupérer leurs assiettes, et un peu plus tard, elle leur apporta leur part de tarte, avec une seule cuillère ainsi qu'ils l'avaient demandé. Lorsqu'elle se fut éloignée, les deux hommes se mirent à rire, le plus discrètement possible.

-T'es vraiment pas possible toi! "On a l'habitude de tout partager"... reprit-il avec un ton des plus sensuels. Je te jure, je m'en souviendrai de celle-là!

Mikaël lui fit un sourire malicieux avant de prendre un morceau de tarte et de lécher délibérément sa cuillère de façon suggestive.

-T'inquiète, si tu l'oublies, moi je te la rappellerais.

Peter acquiesça et reprit la cuillère pour manger un peu de tarte.

-Je ne te connaissais pas si possessif, fit-il, pensif.
-Moi non plus... Quoique... Avec Jéricho, je suis très possessif, puisqu'il est à moi. Pour les autres, je sais partager. Mais question êtres humains, t'es le premier.
-Et le seul, j'espère.
-Of course! Pour qui tu me prends?

Malgré son sourire, Mikaël fit semblant de bouder et pour se faire pardonner, le plus âgé se pencha par dessus la table et l'embrassa. Il aurait voulu l'embrasser un peu plus longtemps, peut-être même y mettre la langue, mais des toussotements gênés à la table voisine le firent redescendre sur terre. Et alors que Peter fusillait du regard l'origine du toussotement, qui paraissait perturbée par la scène, Mikaël se contenta de se tourner vers l'homme d'une cinquantaine d'années, et de lui adresser un sourire mielleux.

-Hey, peace and love, monsieur... Vous savez, le slogan que vous scandiez sûrement du temps lointain où vous étiez encore jeune...

Et là-dessus, il se pencha à son tour par-dessus la table et embrassa langoureusement son amant, en y mettant la langue cette fois-ci. Il se rassit ensuite et prit un peu de tarte. Peter le regardait, amusé.

-Eh beh dis donc, j'ai de plus en plus l'impression que tu aimes la provoc', toi...
-Pas faux. La meilleur défense c'est l'attaque, on arrêtait pas de me le dire quand j'étais petit. Alors j'ai appris à attaquer, et avec l'âge, à remplacer les coups par des mots.

Peter lui caressa amoureusement la main, le réconfortant un peu, car il devinait la tristesse et la douleur qui se cachaient derrière ces mots. Lorsqu'ils eurent fini de manger, ils payèrent le repas, se partageant les frais, et se dirigèrent vers la 5ème avenue. Mikaël avait envie d'aller à Central Park et Peter voulait déambuler dans la fameuse avenue, alors ils avaient trouvé ce compromis, qui les satisfaisait tous les deux. Une fois dans la cinquième avenue, ils admirèrent les bâtiments, commentèrent leur architecture et racontèrent leur histoire. Ou plutôt Peter commenta et raconta tandis que Mikaël écoutait avec plaisir. De temps en temps, il faisait aussi quelques commentaires, mais sur les passants et non sur les immeubles qui bordaient la rue.

-Trop coco, fit-il nonchalamment.
-Pardon?
-Le mec là-bas, désigna-t-il en montrant du doigt, il est trop coco.

Peter chercha quelques secondes la personne dont parlait son petit ami avant de la voir: un homme d'une quarantaine d'années, ayant clairement un problème de poids, avançait lentement une cinquantaine de mètres devant eux.

-Je sais pas comment on fait pour en arriver là. Il est limite plus large que haut.
-Hum... C'est pas forcément de sa faute...
-Je sais, mais bon quand même. Vu le nombre d'obèses qu'il y a ici, il y en a forcément pour qui c'est de leur faute. Et puis franchement, regarde, je te parie qu'il est plus de deux fois plus large que moi!
-Arrête Mikaël, c'est pas une raison pour se moquer.
-Mais je ne moque pas! Je constate, c'est tout. Et puis je me pose des questions aussi. Ca doit poser de sacrés problèmes dans la vie de tous les jours. Rien que pour passer les portes, ou les tourniquets du métro! Ou genre dans l'avion, ou au ciné, t'es obligé de prendre deux sièges. Et au lit, je...
-Stop! Je ne veux pas en entendre plus! s'écria Peter en plaquant ses mains sur sa bouche.

Joueur, Mikaël les lécha et avec un air faussement choqué, Peter les retira immédiatement. Puis ils partirent tous deux d'un grand éclat de rire.

-Oh tiens, regarde la vieille bigote là-bas! s'exclama Mikaël toujours en riant. Je te parie 10 dollars que son chien qui est en train de pisser derrière le kiosque à journaux est un caniche.
-Pari tenu! s'esclaffa Peter.

Ils attendirent quelques minutes que le chien ait fini ses besoins, mais Mikaël s'impatienta.

-Putain, il en met du temps! Il a la chiasse ou quoi?

Peter rigola jusqu'à en avoir les larmes aux yeux, et alors qu'il commençait à se reprendre, la vieille dame se remit à avancer, et le chien sortit de derrière le kiosque.

-Yahou! s'exclama le plus jeune. Dix dollars!

Peter rit de plus belle et sortit un billet de dix pour le fourrer dans la main de son compagnon.

-Il les vaut, vu sa coupe de cheveux!
-Sa coupe de poils, tu veux dire!

Les deux hommes se fendirent de nouveau d'un grand rire et s'attirèrent un regard intrigué de la part des passants. Ils marchèrent encore pendant une bonne demi-heure, Mikaël s'étonnant devant le monde qu'il y avait dans les magasins. Certes, ils étaient samedi, mais de là à vouloir jouer les sardines en boîte dans un magasin de vêtements, il ne comprenait pas trop le principe.

Ils arrivèrent enfin à Central Park dans lequel ils rentrèrent par la 65ème. Puis traversant les pelouses, empruntant les allées, ils remontèrent vers le Nord. Mikaël semblait savoir où il allait, et Peter le laissait faire. Ce n'était pas la première fois qu'il venait à Central Park, donc cela lui importait peu. Ils dépassèrent le musée d'Art Métropolitain ainsi que le plus grand lac du parc, Le Réservoir, pour ne ralentir qu'en vue de la dernière étendue d'eau du parc: Harlem Meer. Mikaël monta sur un banc, scruta les bords du lac, et ne descendit que quelques minutes plus tard, un sourire étirant ses lèvres. Il attrapa fermement la main de Peter, et se dirigea sans hésiter vers l'Ouest.

-Mikaël, qu'est-ce que tu fais? On aurait pu s'installer sur le banc, il y avait une très belle vue.
-Je voudrais te présenter quelqu'un. Tu vas voir, il est un peu space, mais c'est quelqu'un de génial.
-C'est qui? voulut-il savoir, désormais très curieux. Quelqu'un de ta famille? Un ami?
-Disons que... hésita-t-il, disons que je le considère un peu comme mon grand-père. Même si on a aucun lien du sang.
-Ah, et...
-Regarde, l'interrompit Mikaël. Il est là!

Il pointait en direction de la rive du lac, et Peter remarqua un homme, aux cheveux grisonnants, en train de peindre.

-Le peintre tu veux dire?
-Ouaip. Allez viens, on va le saluer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

raf 18/03/2010 15:23


Oh mais j'ai du retard a rattraper!! Tant mieux, ca m'en fera plus!
Sympa le passage. j'imaginais pas Mickael jaloux!


Skorpan 18/03/2010 20:34


Eh oui! Beaucoup de retard, que t'as vite repris il me semble. ^^
Et Mikaël est quelqu'un de possessif quand il tient vraiment à quelque chose, donc forcément il va être jaloux. :p


Merlin 02/03/2010 18:04


j'aime bien la petite réplique que lance mikael au restaurant ^^ j'ai hâte de savoir qui est ce "grand-père", son histoire, son lien avec mikael...
bisous


Skorpan 02/03/2010 20:11


Tu sauras tout, ou presque, au prochaine épisode! =D Mais qui sait? Avec un petit sort, peut-être que tu sauras avant... Après tout, si tu es magicien, ce n'est pas pour rien! (ouh, la rime
-_-')
Bisous


Lilie 01/03/2010 23:29


Ohhhhh, il était court le chapitre non ?
Enfin j'ai bien aimé =D Surtout le restaurant MDR j'imagine trop Mickaël complétement jaloux =D Et le baiser yaaaaaa

Skorpan 02/03/2010 02:20


Ouais, il était assez court. Mais il fallait bien que je coupe quelque part par rapport à la suite. Et j'avais le choix entre faire une grande et une toute petite, ou deux moyennes. J'ai choisi
deux moyennes. ;-)

Le restaurant, j'ai adoré écrire cette scène! Je voyais trop Mikaël dans ma petite tête en train de fusiller du regard la serveuse, et puis de rouler une pelle à Peter devant tout le monde! *o*

Bisous à toi et à dimanche pour la prochaine suite! =D


Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!