Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 16:07

Et voilà, une nouvelle semaine de passée, et je suis étonnée du peu de réactions sur le précédent chapitre. Où enfin Peter et Mikaël passent le cap. M'enfin... c'est pô si grave que ça.


Sur ce, bonne lecture! =D

 

 

 

Reveil---1---B-W.jpg

 

 

    Le tic-tac régulier du réveil égrenait les secondes les unes après les autres et Peter les comptait distraitement. Il était réveillé depuis quelques minutes et avait découvert avec plaisir son amant encore endormi auprès de lui. Mikaël avait toujours les jambes enlacées avec les siennes et pendant la nuit, il avait passé un bras possessif sur son ventre. Il se servait également du bras de Peter comme oreiller, et celui-ci malgré un engourdissement certain dans son membre, ne le retira pas. Il était trop bien ainsi, collé à lui au réveil d'une nuit d'amour. Il contemplait avec tendresse son visage apaisé, souriant pour lui-même de le voir ainsi détendu. Avec sa main libre, il passait lentement ses doigts dans les cheveux bruns du jeune homme, défaisant avec délicatesse chacun des nœuds qu'il rencontrait, remettant de temps en temps une mèche derrière l'oreille.

 

A sept heures, le réveil sonna, et malgré la rapidité de Peter pour l'éteindre, le bruit réveilla Mikaël. Il grogna un peu, se rapprocha un peu plus à Peter et resserra sa prise autour de sa taille. Après quelques minutes, il consentit à ouvrir les yeux, qu'il referma aussitôt, assaillis par un trop plein de lumière. Il se les frotta vigoureusement avant de refaire une nouvelle tentative, qui fut couronnée de succès.


-Bonjour, fit-il d'une voix endormie à Peter qui lui souriait.
-Bonjour, répondit-il d'un ton heureux. Bien dormi?
-Mmmmh...

 

Peter rit quelque peu avant de constater à voix haute.

 

-T'es toujours en train de dormir, j'ai l'impression. Tu veux que j'aille préparer le petit déjeuner le temps que tu te réveilles, et après on se le mange au lit?

 

Mikaël grogna et Peter ne sut dire si c'était un oui ou un non. Alors il attendit une réponse plus intelligible.

 

-Mmmh, je vais surtout me prendre une douche pour me réveiller. Sinon, je vais être dans le coltar jusqu'à midi.
-D'accord, prends ton temps, je vais préparer le petit-déjeuner.

 

Peter déposa un baiser sur le front de son amant avant de sortir du lit, d'enfiler le premier caleçon qui lui tomba sous la main, et qui se trouva être celui de Mikaël, et fila à la cuisine.

 

Mikaël, toujours dans le lit, tenta tant bien que mal de s'en extraire. Mais au premier mouvement, une douleur fulgurante lui traversa le corps. Il gémit et s'immobilisa pendant quelques minutes. Cela lui rappelait un peu les matins après une séance de mise en selle très intense, sauf que les douleurs n'étaient pas situées aux mêmes endroits. Sinon, elles étaient assez similaires: le même remède -une bonne douche chaude et une gramme d'aspirine- devrait donc avoir le même effet. Et d'ici quelques heures, il ne ressentirait presque plus rien. Le tout était d'arriver à la salle de bains sans s'écrouler.

 

Il serra les dents et avec des mouvements exagérément lents, il s'assit au bord du lit. Il souffla un bon coup, prit son courage à deux mains, et se leva. Il fit quelques pas prudents et constata que la marche n'allait pas trop mal. Par contre, il n'était pas sûr de pouvoir se baisser pour ramasser son jeans ou son T-shirt. Il alla donc directement à la salle de bains, nu comme un ver, et entra dans la douche. L'eau chaude ne tarda pas à arriver et il la laissa couler sur ses muscles endoloris. Cela lui faisait du bien, mais pas autant que d'habitude, et malgré plusieurs massages au savon, la douleur persistait. Notamment au niveau de ses reins, qui avaient été particulièrement sollicités et pendant le weekend et pendant la nuit, et de ses fesses, qu'il ne pouvait contracter sans déclencher des décharges de douleur. Après un quart d'heure passé sous l'eau chaude, Mikaël finit par sortir de la douche, et il se promit qu'à l'avenir, il n'enchaînerait plus jamais un concours et une nuit de sexe, dans un ordre ou dans un autre.

 

-Peter! Je suis sorti, tu peux prendre ta douche, cria-t-il à l'attention de son amant lorsqu'il sortit de la salle de bains.

 

Celui-ci le remercia et il alla s'y enfermer pour se laver à son tour quelques secondes plus tard. Mikaël, lui, se dirigea lentement vers la chambre et enfila directement ses vêtements d'équitation. Il sentait qu'il n'aurait pas le courage de se changer au club, surtout qu'il avait déjà du mal à s'habiller sans provoquer la douleur. Fin prêt, ou presque, il alla dans la cuisine où il se servit un verre d'eau. Il prit une aspirine et l'avala d'une gorgée. Puis il s'installa à table et se servit un bol de café. Tout en contemplant le liquide presque noir, il se raisonnait mentalement pour essayer de faire diminuer la douleur, ou au moins, pour ne pas la montrer. Il était encore plongé dans ses pensées lorsque Peter sortit de la salle de bains et qu'il vint se placer derrière lui pour lui coller un bisou dans le cou.


-Alors, il est si intéressant que ça ton café?
-Oui, il a beaucoup de conversation, répondit-il en tournant la tête vers lui pour lui sourire.
-Ah? Et qu'est-ce qu'il raconte?

 

Peter tira la chaise en face de celle de Mikaël et s'y assit. Il commença à beurrer ses tartines lorsque Mikaël lui répondit.

 

-Rien que des conneries, en fait.

 

Peter rit et Mikaël se retint pour ne pas gémir: tout son corps le lançait de nouveau. La douche ne faisait déjà plus d'effet et l'aspirine pas encore. Néanmoins, il réussit à passer un bon moment en partageant le petit déjeuner avec Peter, qui semblait de très bonne humeur, quoiqu'un peu fatigué. Lorsqu'ils eurent fini de manger et de tout ranger, les deux hommes se quittèrent sur un dernier baiser tendre et chacun partit de son côté pour son travail. Peter prit sa voiture, d'autant plus qu'il devait aller directement chez ses parents le soir-même, et Mikaël se dirigea vers la bouche de métro la plus proche.

 

Une heure plus tard, vers neuf heures, il était au club d'équitation. Il aperçut My qui sortait du club-house et alla lui faire la bise.

 

-Salut, ça va?
-Ouais, pas trop mal. Et toi?
-Plein de courbatures partout, comme d'hab.
-Petite nature, va! plaisanta-t-elle. Au fait, le directeur te cherche, il est furieux.
-Je m'en doute.
-Tu l'as mis dans une situation compliquée, Mikaël. Ed veut absolument que tu te barres du club. Mais le directeur ne peut pas te faire partir comme ça. T'es le meilleur élément du club. Celui qui rapporte le plus de trophées et le plus d'argent. Donc il est pris entre deux feux, tout ça à cause de toi.
-Et de Edward. S'il avait bien fait son boulot, rien de tout cela ne se serait arrivé.
-Et si tu étais un peu moins colérique, aussi.

 

Mikaël fronça les sourcils et ne répondit pas. Ses emportements violents avaient toujours été un côté de sa personnalité que My ne supportait pas, et elle lui en faisait souvent le reproche.

 

-En plus, continua-t-elle, les proprios sont au courant de toute cette affaire.
-Merde, qui leur a dit? Je pensais leur présenter les choses à mon avantage, pour que je continue à monter leurs chevaux.
-C'est probablement Ed, en pensant pouvoir garder les chevaux. Manque de pô pour lui, et coup de chance pour toi, ils ne veulent pas changer de cavalier, surtout que t'as des bons résultats avec eux.

 

Mikaël soupira de soulagement: il avait son talent et les propriétaires pour lui, c'était déjà ça. Et My et William, et peut-être même Charlie, plaideraient en sa faveur.

 

-Bon, je vais aller le voir pour régler ce problème.
-A mon avis, ce qu'il va te proposer, c'est de reprendre un coach du club.
-Donc Charlie, c'est le seul autre coach pour un niveau international.
-Ouais. Donc tu signes un contrat avec Charlie, et comme ça, le directeur ne peut plus te virer. Et Ed n'aura qu'à fermer sa gueule, conclut-elle, fière du stratagème.
-Bonne idée, sauf que je ne veux pas, dit-il d'un ton ferme et involontairement agressif.
-Et pourquoi? T'avais déjà prévu de prendre Charlie comme coach après la fin de ton contrat avec Ed! s'énerva-t-elle. Arrête de faire ton chieur et fais ce qu'on te dit, ça sera mieux pour tout le monde!
-Je ferai ce que je veux My! T'as pas à me donner d'ordre, ok?! cria-t-il après elle. Je commence à en avoir ras-le-bol d'avoir toujours quelqu'un sur mon dos, à me dire ce que je dois faire ou ne pas faire! Que ce soit mon coach ou quelqu'un d'autre! Je veux juste qu'on me foute la paix! Merde à la fin!

 

Mikaël agita sa main au-dessus de sa tête dans un mouvement de colère, puis rentra dans le club-house, furieux. Il se calma du mieux qu'il put en avalant un grand verre d'eau froide et en se passant un peu d'eau sur le visage, puis il monta à l'étage, dans le bureau du directeur. Il en ressortit une bonne demi-heure plus tard, accompagné de Charlie, qui les avait rejoints entre temps. Ils se serrèrent la main puis Mikaël partit vers les écuries. Il y retrouva My qui sellait Jéricho.

 

-Salut, dit-il en se postant à l'entrée du box.

 

Elle se retourna, le toisa, ne dit rien et passa sous l'encolure du cheval.

 

-Je suis désolé pour tout à l'heure, j'aurais pas dû te gueuler dessus.
-Tu veux gogue, rênes allemandes ou rien du tout?
-Rênes allemandes. My, écoute-moi s'il te plaît.

 

Elle le poussa pour sortir du box, attraper les rênes puis re-rentrer. Elle les installa sur le cheval puis le sangla. Enfin, elle consentit à regarder Mikaël.

 

-Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Tu veux encore t'excuser? Désolé, mais je commence à en avoir marre. C'est à chaque fois la même chose. Je prends tout dans la gueule, et ensuite tu viens t'excuser, comme si ça résolvait tout. Mais non, Mikaël! Non! Ca ne résout pas tout!
-My, s'il te plaît, j'ai pas envie de me disputer.
-Et moi, j'ai pas envie de me faire engueuler à chaque fois que t'es contrarié. Ok, je suis ta meilleure amie, mais y'a des limites à tout!

 

Mikaël à ce moment là se sentit plus honteux et plus pitoyable que le dernier des vauriens. Il baissa la tête et regarda les pointes sales de ses boots. Il repoussa quelques brins de paille dans le box, puis, toujours la tête baissée, il reprit la parole, mal à l'aise.

 

-My... Je sais que ça sert à rien, mais vraiment, je suis désolé. Je sais que je dois pas te crier dessus, mais j'arrive pas à me contrôler... C'est un peu comme si mon cerveau me disait de ne pas le faire, mais que mon corps le faisait quand même. Comme si y'avait deux personnes en moi qui se battaient pour avoir le contrôle et que quand l'autre gagne, je m'énerve, et je perds le contrôle... En plus...

 

Il marqua une pause, ravalant quelques larmes, puis reprit ses aveux d'une petite voix.

 

-En plus, parfois, c'est pas seulement sur moi, sur mon corps, que j'ai l'impression de rien contrôler du tout, mais sur toute ma vie. Que tout qui m'entoure part en grand n'importe quoi. Dès que j'arrive à construire un truc, y'a autre chose qui s'effondre. Et des fois, j'en peux plus, vraiment plus du tout. J'ai juste envie de tout foutre en l'air, et dans ces moments-là, le moindre petit truc me met dans une rage folle... Je suis vraiment désolé que ça tombe à chaque fois sur toi.

 

My eut un petit sourire triste face aux confessions de son ami: c'était bien que cela sorte enfin, même si ce qu'il avouait n'avait rien de réjouissant. Sa relation avec Peter l'avait rendu optimiste sur la vie, avait occulté certaines choses, mais la rupture avec Edward l'avait brutalement ramené à la réalité, bien plus que toute cette histoire d'enquête et de dopage. Cependant, ce n'était pas une raison pour se laisser aller à ressasser son malheur et ses petits problèmes: il fallait avancer, toujours plus loin. Les solutions viendraient avec le temps. My était là pour l'aider, pour aller de l'avant avec lui, malgré toutes les disputes qu'ils avaient eues et toutes celles qu'ils auraient. Alors elle le serra fort dans ses bras, posa un baiser dans ses cheveux et sur son front puis le regarda dans les yeux.

 

-C'est bien que ça sorte, Mikaël. T'en avais besoin. Mais maintenant que c'est dit, c'est dehors, pfiou, envolé avec le vent! T'as plus à t'en soucier. Alors il est totalement hors de question que j'aie un Mikaël qui tire la gueule toute la journée. Souris et monte à cheval! Y'a une heure de torture volontaire qui nous attend.

 

Mikaël releva la tête et lança un regard plein de gratitude et de remerciement muet à la jeune femme. Celle-ci eut un rire léger, puis sortit du box, laissant Jéricho aux mains de Mikaël. Elle alla vers la sellerie où elle avait laissé sa bombe. Lorsqu'elle revint, Mikaël était dans l'allée avec Jéricho: il l'attendait pour monter. En passant près de lui, elle lui glissa quelques mots à l'oreille.

 

-Alors? Prêt à les faire souffrir?

 

Et elle asséna une grande tape sur ses fesses. Ne s'y attendant absolument pas, Mikaël ne put retenir un "Aïe" bruyant. My le regarda avec étonnement, avant de comprendre et d'éclater de rire.

 

-Je te préviens: c'est pas parce que tu t'es fait défoncer le cul toute la nuit que t'es dispensé de mise en selle! déclara-t-elle avec un grand sourire.

-Je ne me suis pas fait défoncer le cul, j'ai fait l'amour, nuance! corrigea-t-il, légèrement vexé de s'être fait découvert aussi facilement.
-M'en fous, de toute façon le résultat est le même: t'as mal au cul! Tu vas passer une heure dé-li-cieuse, conclut-elle en détachant chaque syllabe.

 

Il grogna et elle rit de plus belle, puis elle sortit Jazz du box d'à-côté et ils se dirigèrent vers le petit manège.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Wendy 31/05/2010 15:48



Salut j'aime bien t'es récits, je t'es donc ajouter a mes partenaires ! Pourrais tu faire de même ?



Skorpan 31/05/2010 20:08



Je n'ajoute parmi mes liens, que ce soit les noms simples ou les bannières, que les blogs que j'apprécie particulièrement. Et je suis désolé, mais le tien je n'accroche pas. Trop de fautes
d'orthographe, trop de fautes de construction et de syntaxe pour que cela me donne envie de continuer au-delà du chapitre deux.



Raf 20/05/2010 17:11



J'ai bien aimé ce chapitre!! Effectivement, je serais Mickael je me vengerais le soir meme pour que Peter comprenne, non mais!


Marrant la petite colere de Mickael qui conclut l'accord juste apres. ce type est décidemment timbré mais c'est pour ca qu'on l'aime, hein!XD


HS: Tiens en ce moment c'est space oddity qui passe sur ton blog mais je connaissais pas cette version, marrant!


En fait je prefere ce genre de chapitre que celui d'avant. Je suis peut etre plus dans les sentiments que les actes, qui sait. La grande scene Peter/Mickael était bien faite, comme toujours (
t'as trop lu Les Enfants de la Terre, tu es devenue experte) mais c'est pas mes moments préférés. A vrai dire, c'est bete mais ca me gene quand meme un peu, trop détaillé. Je prefere les scenes
avant ou apres!


Bref, continue comme ca! Et écris, sacrebleu!



Skorpan 21/05/2010 00:10



Oui, mais la vengeance est un plat qui se mange froid. Tu devrais le savoir, chère maître! =)


Et toujours oui, Mikaël est complètement timbré. Jeté même! (comme sa créatrice) Mais c'est ce qui fait son charme. (contrairement à sa créatrice)


Pour Space Oddity, j'ai pris ce que j'ai réussi à trouver sur Deezer, hein. Pas fait dans le détail, donc je peux pas t'expliquer le pourquoi du comment tu l'as jamais entendu. :-p


A vrai dire, moi aussi je préfère les scènes un peu tendres (ou celles avec des grosses collères) que des scènes de sexe pur. Donc j'essaie de mélanger un peu des deux, pour pas que ça soit trop
brut (et j'aime tout particulièrement la fin du chap 43, avec le petit "Embrasse-moi" de Mikaël, tout en lascivité d'après coup).


Et oui, je vais essayer d'écrire. Je avis essayer de livrer une suite pour mon anniv' sur le forum. Je ne pourrai pas avant je pense, psychologiquement j'entends. :-s


Bisous



Merlin 10/05/2010 16:40



Héhé, j'aime bien les derniers échanges entre My et Mikael... Le pauvre, ça doit franchement être une vraie torture de monter à cheval en ayant mal là xD Je le plains ! Et Peter qui ne se doute
de rien, petit rigolo. La prochaine fois, j'espère bien que Mikael lui fera subir la même chose pour se venger !



Skorpan 10/05/2010 20:32



Le petit humour entre amis, je vois qu'il n'y a pas que moi que ça fait marrer ('fin, je dois être la seule à rigoler toute seule rien qu'en y pensant -_-'). Et tu crois que Mikaël serait capable
de se venger? Hum... Je suis pas sûre... *ange*



Lilie 09/05/2010 22:29



Oo je viens de remarquer que mon pseudo avait changé pour mes commentaires ?!!! Enfin bref, c'est pas bien grave :p Du moment que je commente (enfin j'ai remis l'ancien ^^)


 


Bref que dire ! Je suis morte de rire ! Surtout la fin mouhahaha ! Le pauvre quand même ! Ca doit faire mal !! En plus monter à cheval en même temps outch ! Ca doit pas être très agréable !! Pov
Michaël (toujours avec le mauvais orthographe je suis sur -_- moi et les prénoms !)


 


Enfin super =D Comme d'habitude de toute façon :p J'adore te lire =D Mon petit moment tant attendu de la semaine ! Dommage qu'il soit toujours trops court MDR (enfin je ne dis pas que tu fait des
chapitres trop court XD) Je lis juste trop vite :p (j'ai d'ailleurs déjà tout relus une fois ^^)


 


Bref j'arrête de raconter ma vie et te fait de gros bisous en attendant avec impatience la suite =D


 


Bisoussss



Skorpan 10/05/2010 00:53



Ouais, j'avais remarqué aussi grâce aux adresses mail (c'est pas moi qu'est changé hein! J'ai rien touché du tout! *lève les deux bras en signe d'innocence* XD).


Pour la fin, je confirme: ça fait très mal! J'ai jamais testé exactement dans son cas, mais rien qu'une séance de mise en selle, ça fait mal. Alors pour un mec (et oui, les filles sont moins
sensibles de l'entrejambe pour ce genre de choses, heureusement!), et après avoir fait tout ce qu'il a fait, j'ose même pas l'imaginer! XD


Et pour l'orthographe de Mikaël, c'est avec un K. Pas CH. T'as qu'à te dire que je prends toujours l'écriture la moins courante. Comme pour Stefen. Avec un F et pas PH. ;-)


Effectivement, tu lis trop vite! Et pis si je mettais plus long, de une, tu lirais toujours aussi vite, et t'en aurais pour moins longtemps (moins de semaines quoi :-p). Ceci dit, je te comprends
et je compatis: c'est exactement la même chose quand je lis les autres! XD


Pour finir, suite la semaine prochaine, et bisous à toi aussi. x)



Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!