Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 12:15

Alors d'abord, désolée pour la non-publication de la semaine dernière, mais j'ai été en CCE toute la journée (debout à 3h45 du mat', comprenez ma douleur, mais ça en valait le coup: notre carne adoré de cheval a fini le concours! \o/). Et puis comme je n'ai plus beaucoup de réserves, je me préserve. :-p J'espère au moins que vous en avez profité pour lire le petit article sur la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie.


Et au passage je vous rappelle aussi que Métro, Boulot, Dodo? est en lice pour les Manuscrits Awards ici, en bas de pages (il n'a que 3 votes pour l'instant, allez un petit effort, chers lecteurs! :-p).


Sur ce, bonne lecture! x)

 

 

 

Cheval-4.JPG

 

 

     Stefen, de mauvaise humeur après un weekend épuisant où il avait à peine vu Nathaniel, trouva que Peter était particulièrement heureux ce lundi matin. Beaucoup plus que d'habitude. Après moins d'une minute de réflexion, il en devina la cause. Il ne lui restait plus qu'à en avoir la confirmation. Alors il titilla son collègue toute la journée, essaya différentes ruses, employa le chantage affectif, et c'est finalement en fin d'après-midi que Peter craqua. Ils étaient seuls tous les deux dans une petite salle, à re-visionner les parcours de leurs suspects lors du CSO du weekend.


-Oui, c'est bon, t'as raison! On a fait l'amour avec Mikaël! Ca te va? fit-il, légèrement exaspéré par l'attitude de Stefen.
-Ah! Je le savais! Bravo Peter! Félicitations!

 

Stefen avait un grand sourire collé au visage, et cela ramena la bonne humeur de Peter: son ami était sincèrement heureux pour lui, malgré son côté fouineur.

 

-Alors? C'était bien?
-Superbe, avoua-t-il en rougissant un peu. J'aurais jamais cru que ça pouvait être si... hésita-t-il un instant avant de continuer. Si extraordinaire de faire l'amour.

 

Il avait un sourire rêveur accroché aux lèvres, comme s'il replongeait dans sa soirée, et Stefen après quelques minutes dut le ramener à terre pour qu'ils continuent de travailler. Car ce n'était pas ainsi qu'ils allaient avancer. Mais moins de cinq minutes plus tard, ce fut Stefen qui brisa leur bonne volonté à bosser en questionnant de nouveau Peter sur sa nuit.

 

-Et toi? Ce matin, c'était pas trop dur?
-Comment ça? fit-il, ne comprenant pas vraiment où Stefen voulait en venir.
-Je veux dire, t'avais pas trop mal ce matin en te levant?
-Pourquoi j'aurais eu mal?
-Bah parce que t'ét... commença-t-il avant de s'interrompre, pris d'un sérieux doute. Attends, me dis pas que t'étais pas passif?
-C'était Mikaël qui étais passif, confirma Peter, un peu mal à l'aise de parler ainsi de sa première fois avec lui.
-T'es sûr? C'est pas Mikaël qui étais actif?
-Heu... Stefen, aux dernières nouvelles, hier soir, c'est moi qui était en train de faire l'amour avec lui, donc oui, je suis sûr de qui était qui, dit-il, de nouveau un peu agacé par l'incrédulité de son ami.
-Mais euh... Il avait pas trop mal ce matin?
-En tout cas, il ne l'a pas montré.

 

Il y eut un silence gêné entre eux deux puis Stefen laissa échapper ses pensées en quelques murmures.

 

-Le pauvre... J'aimerais pas être à sa place aujourd'hui...
-Arrête de marmonner tes trucs et dis clairement ce que tu penses, Stefen! s'énerva Peter. Tu me poses des questions comme si t'avais une idée derrière la tête et moi j'y comprends que dalle.

 

Stefen soupira, se passa la main sur les yeux puis expliqua calmement à Peter pourquoi il plaignait son amant en ce moment.

 

-Peter, je t'apprends rien quand je te dis qu'être passif, ça peut être douloureux. Surtout lors de la première fois. Ce qui était le cas de Mikaël, a priori. Donc aujourd'hui, logiquement, il a mal au cul, pour dire ça clairement. Tu me suis? Et qu'est-ce que fait Mikaël tous les jours?
-Il monte à cheval. C'est quoi cette question con?
-Ok... Et à cheval, qu'est-ce qu'on fait?
-Euh... là franchement, je vois pas trop ce que tu attends comme réponse, Stefen.

 

L'inspecteur soupira de plus belle face à la naïveté de son ami puis avisa la télécommande qu'il tenait toujours en main. Il ré-enclencha le lecteur DVD et lors d'une grande courbe au galop entre deux obstacles, il attira son attention sur les mouvements du cavalier.

 

-Et là? Tu vois ce qu'il fait le mec, ou pas?
-Il accompagne son cheval dans la courbe, c'est bien comme ça qu'on dit, non?
-Oui, et comment?
-En bougeant les hanches de l'arrière vers l'avant, et... oh putain de merde...

 

Peter plaqua ses mains sur sa bouche entr'ouverte de surprise. Il venait de comprendre où Stefen voulait en venir. Pourquoi il n'avait pas envie d'être à la place de Mikaël. Et surtout, pourquoi Mikaël avait insisté pour ne pas être passif.

 

-Allez, c'est pas très grave, le consola Stefen. Il devait le savoir lui-même, que ce ne serait pas une partie de plaisir aujourd'hui.
-Mais justement, il le savait, répliqua Peter, soudain en proie à un stress intense. Et moi... Et moi, j'ai pas voulu l'entendre. J'ai refusé. J'ai refusé comme un con. Faut que je l'appelle, faut que je m'excuse, faut que je...

 

Le téléphone qu'il cherchait avec empressement tomba par terre en glissant de sa poche et Stefen le ramassa. Mais il ne le lui rendit pas.

 

-Et qu'est-ce que tu vas lui dire?
-Je... Je sais pas... Je vais m'excuser... Je vais lui dire que je suis désolé...
-Et s'il te demande pourquoi?
-Bah, je suis désolé de pas l'avoir écouté, de pas avoir été attentif à ce qu'il voulait... D'avoir été nul.

 

Quelques larmes de remords et de stress apparurent au coin de ses yeux, mais Stefen ne se laissa pas attendrir. Il en avait vu d'autres, et c'était important pour Peter de mettre des mots sur ce qui le mettait dans cet état.

 

-Et s'il veut savoir pourquoi tu ne l'as pas écouté, tu vas lui dire quoi?
-Que je... Que je voulais... Que je... Je sais pas! Merde, je sais pas!

 

Peter, angoissé, se leva et se mit à faire les cent pas dans la petite pièce. Il n'arrivait même plus à retrouver les raisons qui l'avaient poussé à refuser à Mikaël le droit d'être actif. La peur n'était pas une excuse valable: Mikaël avait dû ressentir exactement la même. Son esprit était complètement vide et il ne se comprenait plus lui-même. A la fin, il se tourna vers Stefen et le supplia du regard.

 

-Stefen... Comment je vais faire? Comment je vais faire s'il m'en veut? Et s'il me quitte? Comment je vais pouvoir continuer?

 

Stefen se leva et alla le prendre dans ses bras.

 

-Après avoir fait l'amour, vous avez un peu parlé?
-Oui.
-Et qu'est-ce qu'il a dit?
-Il... Il m'a demandé de l'embrasser, et puis il a dit que c'était waow et qu'il espérait qu'il y aurait d'autres moments comme ça.
-Tu vois... Et ce matin, il était comment?
-... Il avait l'air... bien. Heureux, ouais.
-Alors tu n'as pas de souci à te faire. Il ne va pas te quitter pour ça.

 

Peter baissa la tête et resserra son étreinte autour de son ami.

 

-J'espère... En tout cas, il faut que je l'appelle pour m'excuser.
-Est-ce que tu sais au moins pourquoi tu n'as pas voulu être pris?
-... Hier, je savais. J'avais pleins de raisons, mais au final, ça devait être que du vent, parce que là, je sais plus.
-Moi, je pense que tu as eu peur, expliqua avec douceur Stefen. C'est normal d'avoir peur, tu sais. On sait tous que ça fait mal la première fois.
-Oui, mais Mikaël avait peur aussi! Il m'a demandé plusieurs fois de ne pas le prendre! s'exclama-t-il.
-Mikaël a mieux géré sa peur que toi. Probablement parce qu'il sait ce que c'est que d'avoir peur. Et il a vu que toi aussi, tu avais peur, alors il a préféré prendre sur lui, plutôt que de t'imposer cette peur.
-Mais... Mais c'est pas juste! Je suis vraiment nul! Pourquoi j'ai pas vu tout ça? Merde à la fin! Je me déteste!
-Peter, calme-toi... Mikaël est quelqu'un de courageux et il t'aime énormément. S'il n'avait pas voulu que tu le prennes, il t'aurait éjecté du lit sans ménagement, si tu veux mon avis. Alors arrête de culpabiliser, ce n'est sûrement pas ce qu'il voulait. Appelle-le et excuse-toi si tu veux. Et dis-lui que pour la prochaine fois, vous inverserez les positions. Tu t'en sens capable?
-De l'appeler?
-D'être passif?
-Ouais, je crois... Ouais... Il avait l'air de prendre son pied, alors pourquoi pas?
-Est-ce que t'as encore peur d'être pris?
-Ouais, bien sûr. Mais après tout, on dit que la peur, c'est fait pour être dépassée, non?

 

Stefen approuva d'un signe de tête et Peter sortit son téléphone pour appeler Mikaël. Lorsque les sonneries retentirent, il recommença à marcher de long en large, stressé de ne pas savoir comment Mikaël allait réagir.

 

 

     Mikaël était en train de ramener Little Big Horse, un jeune shetland en plein débourrage, à sa stalle lorsque la petite Anna arriva en courant vers lui. Elle s'arrêta pile devant lui, et il la réprimanda gentiment.

 

-Anna, tu sais bien qu'il ne faut pas courir dans le club. Ca peut faire faire peur aux chevaux. Regarde, t'as vu la tête de Little?

 

En effet, le shetland avait fait un écart à l'arrivée de la petite fille et il lui lançait un regard effrayé, les oreilles couchées en arrière. En quelques caresses, Mikaël le calma et demanda à Anna la raison de sa venue si pressée.

 

-Y'a quelqu'un au téléphone pour toi, au bar. Tess m'a dit que c'était pressé, c'est pour ça que j'ai couru.
-D'accord. Est-ce que tu sais qui c'est?
-Non, elle m'a pas dit.
-Merci Anna. Est-ce que tu peux ramener Little à sa stalle s'il-te-plaît?
-Oui! C'est laquelle?
-Euh... Je sais plus. Il est avec Cochise et Lollipop, c'est tout ce que je peux te dire.
-Ok, merci.
-De rien.

 

Ils partirent chacun de leur côté, Mikaël désobéissant immédiatement à la règle de base qu'il venait de répéter à Anna, puisqu'il se mit à courir en direction du club-house. Après tout, c'était pressé. Quelques secondes plus tard, il était dans la salle et Tess le héla. Tout en cachant le micro du téléphone, elle lui annonça qui était à l'autre bout du fil.

 

-Mikaël, c'est la police. Ils veulent te parler.
-Ok, merci Tess.

 

Il prit le combiné tandis qu'elle retournait en cuisine faire un peu de rangement.

 

-Bonjour, Mikaël Blowsworth à l'appareil. Si c'est à propos de la convocation de demain, j'aurais un petit problème. Est-ce qu'il est possible de la mettre en fin de journée, plutôt qu'en fin de matinée? Ca éviterait de bousiller tout mon entraînement de demain.
-Euh... Mikaël, c'est moi. J'arrivais pas à te joindre sur ton portable. Mais c'est quoi cette histoire de convocation?
-Euh... Effectivement, c'est un sujet délicat. Pouvez-vous me rappeler sur mon portable dans cinq minutes? Je suis actuellement dans le club-house, et ce n'est pas très privé et calme comme endroit.
-Ok, je te rappelle dans cinq minutes. Et la prochaine fois, par pitié Mikaël, aie ton portable avec toi, et allumé s'il-te-plaît. J'en ai marre de passer par l'accueil du club. En plus, c'est pas des plus discrets.
-Oui, c'est entendu. A tout de suite Monsieur.

 

Mikaël raccrocha et Tess sortit aussitôt de la cuisine.

 

-T'es convoquée demain?
-Ouais, ils m'ont laissé un message ce matin sans me dire pourquoi. Mais tu sais, Tess, c'est pas bien d'écouter aux portes. Bon, je te laisse, on va me rappeler et je dois encore sortir des chevaux. Salut!
-Salut!

 

Il passa dans le vestiaire pour récupérer son portable dans son casier puis sortit du club-house en maudissant la curiosité de Tess. Il avait bien fait en tout cas de couper court à sa conversation avec Peter. Il se dirigea vers les écuries, attrapa deux licols, les enfila à Jewel et Jéricho et sortit les deux chevaux. Il venait d'emprunter le chemin menant aux prés lorsque Peter le rappela.

 

-Allô?
-Salut, c'est moi. C'est bon là? T'es tout seul?
-Ouais, c'est bon. Je vais aux prés. Y'a jamais personne. Jewel, putain, arrête de bouffer! T'auras autant d'herbe que tu veux dans deux minutes!
-T'es avec Jewel?
-Et Jéricho. Mais t'inquiète, ils ne diront rien, plaisanta Mikaël.

 

Peter rit aussi puis reprit son sérieux, abordant la raison première de son appel.

 

-En fait, Mikaël, je t'appelais pour m'excuser.
-Ah bon? Et de quoi?
-Pour cette nuit. Je t'ai pas écouté quand tu m'as demandé de pas te prendre, et je l'ai quand même fait alors que tu voulais pas, expliqua-t-il d'une voix pleine de remords. Et aujourd'hui, ça a pas dû être super agréable à cause de... enfin tu vois.
-Arrête Peter, cette nuit, c'était... Jéricho! T'arrêtes tout de suite! Je suis en train de discuter, alors arrête de tirer comme un grand malade! Oui, tu vas pouvoir galoper comme tu veux, mais laisse-moi t'enlever le licol. Bon, Peter, tu m'excuses deux secondes, je vais devoir relâcher Jewel et Jéricho, ils sont en train de péter en l'air maintenant qu'ils sont dans le pré.

 

Aussitôt, Mikaël glissa son téléphone dans sa poche et s'approcha de Jewel, un peu plus calme. Il défit la boucle du licol mais garda d'une main le licol autour de sa tête. De l'autre main, passant sous l'encolure de la jument, il réussit à défaire la boucle du licol de Jéricho. Et d'un même mouvement, il enleva les deux licols et les deux chevaux partirent au galop à travers le pré, levant de temps à autre les postérieurs de joie. Il reprit ensuite son téléphone et la conversation.

 

-C'est bon, ils sont lâchés. Alors qu'est-ce que je disais? Ah oui! Cette nuit, c'était très bien Peter. J'ai pris énormément de plaisir, alors t'as pas à t'excuser. C'est vrai qu'au début, je voulais pas trop être passif, surtout parce que j'imaginais que ça allait être terrible aujourd'hui. Mais en fait, à part la mise en selle de ce matin, ça allait pas trop mal. J'ai passé plus de temps en équilibre que d'habitude, mais au moins, ça m'a fait travailler les cuisses!
-Mais... essaya-t-il.
-Peter, faut bien que tu te mettes une chose dans la tête: ok, j'avais pas imaginé être pris mais au final, je m'en foutais d'être au-dessus, en-dessous, ou tout ce que tu veux. Tout ce que je voulais, c'était de faire l'amour avec toi, d'accord?

 

Ce n'était pas tout à fait la vérité, ou plutôt hier soir, cela n'aurait pas été tout à fait la vérité, mais maintenant, ça l'était. Alors, à quelques heures près, si cela pouvait rassurer Peter, tant mieux, se dit-il.

 

-Mais... tenta-t-il de protester une seconde fois avant de se souvenir de sa nouvelle résolution. Bon, si tu le dis, je te crois, mais je m'en veux vraiment de ne pas t'avoir écouté. Et la prochaine fois, on échange les rôles.
-T'es pas obligé Peter, tu sais. T'étais terrifié hier de t'imaginer en passif.
-Mais non... J'avais peur, d'accord, mais j'étais pas terrifié.
-Peter, j'étais là, et j'ai vu ce qui se passait dans tes yeux quand on en a parlé. Alors je t'assure que t'étais terrifié. Mais si la prochaine fois qu'on fait l'amour, tu te sens prêt à essayer en passif, y'a pas de problème.

 

Mikaël s'étonna lui-même d'être aussi détaché de sa position lors de leur prochaine nuit de sexe, alors qu'il y avait accordé une importance certaine auparavant. Peut-être que d'y avoir réfléchi toute la journée, et d'en avoir parlé avec Jéricho l'avait aidé et lui avait permis d'y voir plus clair. Maintenant, tout ce qu'il voulait, c'était recommencer. Avec Peter. Et seulement avec lui. Et peu importe comment.

 

-Merci, merci Mikaël, souffla Peter après un moment de silence. T'es un ange.
-Oh! J'irais pas jusque là si j'étais toi! rit-il. Je peux être diabolique quand je veux!
-Si tu le dis! Pour l'instant, t'es un ange avec moi, alors t'es mon ange, et tu discutes pas! Sinon, Stefen s'est renseigné pour cette histoire de convocation, il était même pas au courant! Je te jure, la communication ici! Parfois on dirait qu'on est encore à l'ère des pigeons voyageurs tellement c'est lent! M'enfin, il a réussi à changer l'heure de ta convoc', puisque ça dérangeait ton entraînement et que la fédé est très chatouilleuse avec ça. Donc c'est demain, 17h, ça te va?
-C'est parfait! Et tu sais pourquoi je suis convoqué?
-C'est rapport à ce qui s'est passé avec ton coach ce weekend.
-Ok. Je m'en doutais que c'était pour ça. Au fait, c'est bien ce soir que tu vas voir tes parents pour leur dire?
-Ouais.
-Tu dînes chez eux?
-A priori oui.
-Ok. Dans ce cas, je resterai peut-être un peu plus longtemps au club ce soir, vu que je dois partir plus tôt demain. En tout cas, je te souhaite bon courage pour ce soir.
-Merci. J'ai une boule au ventre depuis ce matin, et elle arrête pas de grandir.
-Ca va bien se passer Peter. Tes parents t'aiment, alors ils t'accepteront, le rassura-t-il, alors qu'il croyait lui-même qu'à moitié à ses paroles. Bon, c'est pas que je me fasse chier, mais je ne peux pas mettre trois heures pour lâcher deux chevaux dans un pré.
-Je vais te laisser alors. A ce soir!
-Ouais, à toute!
-Mikaël?
-Oui?
-Je t'aime.
-Et tu sais que c'est réciproque, Peter. Et si ce soir, tu en doutes, rappelle-toi de cette nuit, et de la nuit précédente, dans la paille. Et si jamais tu doutes encore, tu m'appelles. D'accord?
-D'accord. Merci.
-De rien. Allez, je te laisse là. Bisous.
-Bisous.

 

Mikaël raccrocha et rangea son téléphone dans sa poche. Puis il sortit du pré et partit vers le club, tête baissée face au vent qui venait de se lever.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mapuce.bb 26/05/2010 22:42



bonjour,


je viens de lire votre histoire d'une traite et je l'ai vraiment adoré.


J'ai été beaucoup touché par la profondeur de vos personnages et je me suis laissé transporter comme jamais.


J'ai toujours été passionnée par les animaux et cette histoire est tout bonnement magnifique.


Alors bonne continuation et à trés vite pour la suite.



Skorpan 26/05/2010 23:06



Bienvenue en Nangilima, chère nouvelle lectrice! Ca fait toujours plaisir à voir, de nouvelles têtes (et les anciennes aussi ^^).


Ton com me touche et finalement, je me dis que ça vaut le coup d'écrire, et surtout de publier, si ça touche ainsi certaines personnes. Alors merci! Merci d'zvoir pris le temps de lire et d'avoir
apprécié! x)


Et à dimanche pour la suite! ;-)



Merlin 24/05/2010 09:43



Ben ça doit être parce qu'il ne s'y passe qu'un coup de téléphone que ça m'a paru court... (Pour la suite de Rupture tu attendras elle est même pas écrite, na ! ça t'apprendre à avoir une semaine
de retard xD)



Skorpan 24/05/2010 12:17



Roooh... Il ne s'y passe pas q'un coup de téléphone. Tu exagères Merlin! *ange*


Et pour Rupture, tu as intérêt à l'écrire et à la publier. Sinon, attention à ma vengeance *niark* XD



Merlin 23/05/2010 19:39



Hééééééééééé c'est quoi ce chapitre hypra court ! Mais bon, c'est bien quand même (n'empêche tu as une semaine de retard, méchante !), et c'est mignon, alors on va dire que je te pardonne pour le
moment.



Skorpan 23/05/2010 23:59



Comment ça ultra-court? Oo Il fait la même taille que les autres, environ quatre pages. Bon, d'accord, j'aurais pu faire plus long, étant donné que j'ai une semaine de retard, mais ça collait pas
à l'histoire.


Heureusement que tu me pardonnes! Me sens soulagée! x) (mais ze veux la suite de Rupture quand même! *o*)



Lilie 23/05/2010 14:48



Yaaaaaaaaaaa la suite !!! XD


J'ai cru qu'elle arriverais pas ^^ Enfin, ce n'est pas grave de ne pas avoir eu celle de la semaine dernière XD Ca nous donne encore plus envie de la lire ^^


Très bien sinon :p Comme d'habitude de toute façon =D Que dire d'autre ? Je sais pas trop...Oh ! J'ai hâte de voir ce qu'il va se passer avec les parents de Peter, j'éspère que ça ira =D


 


Aller, je te fais de gros bisous !!



Skorpan 23/05/2010 23:57



Mais si, tu vois! Elle est arrivée! (tout arrive à point à qui sait attendre, ou un truc du genre, n'est-ce pas? :-p) Pis la semaine dernière, c'était overbooké de overbooké. Désolée.


Contente que tu aimes! Ca fait chaud au cœur! Et avec les parents de Peter, bah... tu le sauras la semaine prochaine. Pas avant! (et peut-être même après... *ange*)


Bisous



Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!