Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 20:11

Et voilà, il semblerait que j'ai repris les "bonnes" vieilles habitudes qui sévissent dans ma famille depuis la génération de mes parents: le retard! Donc, n'en soyez point étonnés, voici la suite avec deux jours de retard!


Et je dédis cette suite à ma carne alezane préférée: Jazz De La Griserie, qui a terminé son CCE à Jardy, avec seulement huit points sur le CSO et un sans faute sur le cross (avec un peu de temps dépassé, mais sans chrono, dur dur d'être juste). C'est la deuxième fois cette année qu'il finit un parcours, et surtout que là, j'ai servi de crash test, alors je suis fière de lui.


A Jazz! x)

 

 

 

Crampons-73.jpg

 

 

     -Bonjour, je m'appelle Mikaël Blowsworth, j'ai été convoqué, se présenta-t-il à l'accueil du commissariat.
-Je peux voir votre feuille de convocation? demanda la policière d'une bonne cinquantaine d'années, peu avantagée par la nature.
-C'est-à-dire qu'on m'a signifié cette convocation en me laissant un message sur mon répondeur. Vous voulez écouter le message? proposa-t-il en tendant son téléphone portable.

 

Elle hésita puis renonça, estimant que cela lui ferait du travail en plus et que ce jeune homme si charmant ne pouvait en aucun cas être un terroriste ou un dérangé mental.
-Non, c'est bon, merci. Je vous fais confiance. Quel est l'inspecteur qui vous a convoqué?
-Euh... Monsieur Lashon, si je ne me trompe pas.

 

Elle tapota quelques secondes sur le clavier de son ordinateur puis lui annonça le verdict.

 

-Douzième étage. Une fois là-haut, il y a un autre accueil auquel vous vous présenterez.
-Merci bien, madame.

 

Il ne lui laissa pas l'occasion de répondre et se dirigea immédiatement vers les ascenseurs. Celui de gauche arriva en premier et il s'y engouffra. Quelques instants plus tard, il sortit au douzième étage de la tour et se dirigea vers ce qui lui semblait être l'accueil. Mais il fut interpelé avant qu'il ne l'atteigne par une homme d'une trentaine d'années en costume cravate.

 

-Monsieur Blowsworth?
-Oui? Ah, vous êtes Monsieur Lashon, c'est ça? demanda-t-il en reconnaissant le collègue de Peter.
-Tout à fait, je vous attendais.
-A la sortie des ascenseurs? Vous avez peur que je le croise? ironisa-t-il.
-Euh non, du tout, fit-il, surpris de l'attitude un peu agressive de Mikaël: l'interrogatoire n'allait pas être simple. J'allais juste prendre un café, mais je vais m'en passer maintenant que vous êtes là. Allons dans la salle d'interrogatoire, si vous le voulez bien.

 

Mikaël ne répondit pas et suivit Stefen jusqu'à une porte sombre dans un couloir vide de toute décoration. Ils y entrèrent et Mikaël se retrouva face à une salle d'interrogatoire des plus typiques: une table banale, quelques chaises, et l'inévitable vitre sans tain. La dernière fois qu'il était venu, on l'avait interrogé directement au bureau même du policier, et ce changement d'attitude envers lui le laissa quelque peu songeur. Mais il ne le montra pas: il préféra encore une fois se moquer de la situation.

 

-Alors vous sortez les grands moyens pour moi maintenant? Suis-je devenu plus suspect que la dernière fois? Ou alors plus dangereux? C'est vrai que je me suis battu avec Chris ce weekend. Ca doit vous faire peur, un cavalier qui se bat.
-Jouer ce petit jeu ne vous servira pas, monsieur Blowsworth, annonça Stefen tout en lui désignant une chaise pour qu'il s'assoit.
-Vous en avez vu d'autres, c'est ça? Tout le monde en voit toujours d'autres, même les petits jeunes! Je trouve ça... étonnant, fit-il d'un ton moqueur tout en s'asseyant.

 

Stefen s'assit en face de lui et maudit le cavalier qui ne lui rendait absolument pas la tâche facile: Peter avait décidément du courage pour supporter un tel caractère. L'inspecteur sortit un dictaphone d'une poche de sa veste et le posa sur la table.

 

-Oh. Je vais être enregistré. Merveilleux!
-Cessez de faire le malin, monsieur Blowsworth, redemanda Stefen en enclenchant le dictaphone sur le mode enregistrement. Enquête D939.363, mardi 5 juillet 2011, 17h10, inspecteur Stefen Lashon, suspect Mikaël Blowsworth, interrogatoire numéro 3. Monsieur Blowsworth, pouvez-vous nous raconter ce qu'il s'est passé entre vous et votre concurrent Christopher Bullock ce samedi?

 

Mikaël, avec lassitude, raconta succinctement l'épisode de samedi. Il estimait qu'il n'avait rien à se reprocher dans cette histoire, mais il était sûr que d'avoir un suspect catégorisé comme violent devait ravir les inspecteurs de police. Puis vinrent les questions, cherchant la petite bête.

 

-Est-ce que vous vous entendiez bien avec Christopher Bullock?
-Ni plus ni moins qu'avec les autres cavaliers.
-Pouvez-vous préciser?
-Que voulez-vous que je vous dise? Que c'était l'amour fou entre nous ou qu'on se détestait à tel point que ça finissait en pugilat à chaque fois qu'on se voyait? Soyez clair, comme ça je pourrai vous donner les réponses que vous attendez.
-Je voudrais que vous me disiez la vérité, monsieur Blowsworth.

 

Mikaël se pencha par dessus la table et regarda Stefen dans les yeux.

 

-La vérité, c'est qu'il m'indiffère. Je m'en bats les couilles de Chris.

 

Puis il se redressa sur son siège.

 

-Pourtant vous partagez le même entraîneur.
-Hasard.
-Mais cela veut dire que vous passez plus de temps ensemble. Vous vous entraînez ensemble, vous passez vos journées dans le même club, et vous partagez même un cheval de concours il me semble.
-Monsieur Lashon, dois-je vous rappeler que l'équitation est un sport individuel? En tout cas, en ce qui concerne les disciplines que je pratique. Je fais rarement des concours par équipe. Et ce n'est pas parce que je suis dans le même club que Chris que je passe mon temps avec lui. On se voit pendant certains entraînements, aux repas, et encore. Je suis aimable avec lui comme je le serais avec quelqu'un rencontré au coin d'une rue. Point barre.

 

Stefen allait enchaîner lorsque la porte s'ouvrit doucement et il vit arriver avec surprise son collègue.

 

-Peter? Mais qu'est-ce que tu fais là? On avait...
-Ordre du chef, l'interrompit-il sans lancer un regard à Mikaël. Vas-y, continue.

 

Peter s'installa derrière lui, essayant de ne pas trop regarder son petit ami, et Stefen, par réflexe, signala son entrée sur la bande magnétique du dictaphone. Puis il essaya de poursuivre, un peu perturbé par ces nouvelles conditions: ils avaient convenu que Peter n'assisterait pas à cet interrogatoire.

 

-Donc... Euh... Je disais que...
-Prenez tout votre temps, Monsieur Lashon. Moi je n'ai rien de prévu ce soir, je peux rester toute la nuit pour pallier à l'incompétence de la police, si vous le voulez, commenta Mikaël, très détaché, et qui avait à peine sourcillé à l'arrivée de son amant.
-Monsieur Blowsworth, je vous ai déjà demandé d'arrêter ce petit jeu.
-Mais je ne suis pas obligé de vous écouter. Allons, mon cher, continuons, je vous en prie.

 

Stefen se crispa d'énervement et Peter se lamenta intérieurement de l'effronterie dont faisait preuve le cavalier. Cependant, l'interrogatoire continua.

 

-Donc, vous partagez un cheval de concours avec Christopher Bullock.
-Exact. About Him. Il appartient à Ellen Rockshire, qui est la plus grande chieuse de tous les Etats-Unis. Mais son cheval est plutôt performant, alors ça vaut le coup.
-Donc, si vous vous partagez un cheval, vous devez quand même vous voir un minimum, pour ne pas interférer dans vos entraînements respectifs.
-C'est Ed qui réglait tout ça. Et comme j'étais le plus doué, il avait décidé que c'était Chris qui ne devait pas interférer dans mon travail sur le cheval, plutôt que d'établir un programme commun d'entraînement pour About Him. Pas le meilleur choix, de mon avis personnel. Surtout que Chris s'en est vexé.
-Donc Christopher Bullock avait une certaine animosité envers vous.
-Si vous le voulez.
-Monsieur Blowsworth, il serait bon que vous répondiez clairement à nos questions si vous ne voulez pas être pris en grippe par certains d'entre nous, intervint Peter, essayant de lui faire comprendre par là que c'était tout à son intérêt de se montrer docile lors des interrogatoires.

 

Mais Mikaël n'en eut cure et se montra totalement détaché des questions qu'on lui posait, tout en restant cynique. Un véritable casse-tête pour les deux inspecteurs, qui ne savaient plus comment le prendre pour avoir quelques informations. Car au final, ce qu'ils apprirent au bout d'une bonne heure de questionnement fut bien maigre: Mikaël avait rompu avec Edward Fork pour des raisons purement professionnelles et il était actuellement dans ce qu'il appelait un pré-contrat avec l'autre coach de son club, Charlie Greenfield. Ce furent les deux seules choses à peu près nouvelles qu'il surent. Le reste, il le savait déjà, ou alors restait trop flou pour que cela soit réellement contributif à l'enquête. Ils allaient donc congédier le jeune homme, en ayant fini avec lui, lorsque leur supérieur arriva dans la salle d'interrogatoire, à l'étonnement général. Il s'installa à la place de Stefen, et se présenta à Mikaël.

 

-Bonsoir Monsieur Blowsworth, je suis l'inspecteur en chef Kenneth O'Brian. J'aurai quelques questions à vous poser.
-Allez-y, j'ai toute la nuit pour vous satisfaire, fit Mikaël avec un petit sourire suggestif, plus par provocation que par réelle envie.

 

Peter se mordit la lèvre inférieure face à cette nouvelle impertinence de la part de son amant. Celui-ci n'avait pas l'air de saisir dans quelle situation délicate il se trouvait, d'autant plus qu'il était rare que le chef interroge un suspect en personne. Il devait avoir une idée derrière la tête pour le faire.

 

O'Brian, amusé par la provocation de Mikaël, attrapa le dictaphone, le remit en mode enregistrement puis reprit l'interrogatoire.

 

-Mardi 5 juillet 2011, 18h20, reprise de l'interrogatoire numéro 3 du suspect Mikaël Blowsworth, par l'inspecteur en chef Kenneth O'Brian, en présence des inspecteurs Stefen Lashon et Peter MacLean. Monsieur Blowsworth, vous devez savoir que tout dossier concernant un mineur est détruit après une certaine période. Le vôtre a donc été détruit, et il n'y a plus aucun moyen d'y avoir accès. Cependant, après quelques recherches, j'ai réussi à contacter un des policiers qui s'était occupé de vous à l'époque de votre première arrestation. Et il se souvenait très bien de cette enquête.
-Waow! Bravo! Quelle persévérance! Dois-je vous applaudir? l'interrompit-il.

 

Peter voulut se taper la tête contre les murs à cette réplique et Stefen constata que le chef était un véritable acharné concernant Mikaël.

 

-Ce ne sera pas nécessaire. Vos dernières arrestations correspondent surtout à des petits vols à la tire, d'après ce qu'il m'a dit.
-Ouais, sûrement. Mais ça remonte à très longtemps, alors vous savez... annonça d'emblée Mikaël, lui faisant comprendre qu'il n'apprendrait rien de plus de lui.
-Est-ce que vous pouvez me dire pourquoi vous voliez?
-Ooh... Pour différentes raisons...
-Par exemple, le dernier vol... Une veste de costume dans une grande surface. Vous devez vous souvenir de la raison...
-Une veste de costume, vous dîtes? Attendez que je me souvienne...

 

Il fit attendre O'Brian cinq bonnes minutes, en faisant semblant d'essayer de se souvenir du fait: il se grattait la tête, faisait la moue, tirait la langue, comptait sur ses doigts, pour finalement déclarer.

 

-Ah! Celle-là! Je trouvais que 250 dollars pour une veste que je n'allais porter qu'une seule fois, ça faisait beaucoup. Et puis j'avais décidé de la rendre ensuite.
-Et c'était à quelle occasion que vous alliez la porter?
-Pour la remise de diplômes de My.
-Andersson? demanda-t-il pour confirmation.
-Non, Andersson, répliqua Mikaël, corrigeant le fort accent américain du policier et prononçant le nom à la suédoise.

 

L'inspecteur n'en prit pas offense, ni de ça, ni de toutes les précédentes piques de Mikaël, semblant préparé à ce genre de choses. Il continua donc l'interrogatoire sans problème.

 

-Et pour votre propre remise de diplôme? Pas de veste de costume?
-Pas de diplôme tout court. J'ai arrêté mes études à 15 ans. Mais ce fameux inspecteur à la mémoire d'éléphant a dû vous le dire. Comme tout ce que vous venez de me demander. Donc venez-en aux faits. J'ai beau avoir toute la nuit, je suis crevé.
-Très bien. Puisque c'est ce que vous réclamez, fit O'Brian avec un sourire qu'on aurait presque pu qualifier de vicieux. Je voudrais savoir si vous voyez encore votre frère.
-Bien sûr! Bon, je l'admets, pas très souvent, et ça me rend un peu triste. Mais on ne peut rien y faire si Dan et moi n'avons pas des emplois du temps très compatibles.
-Cessez de jouer au con, monsieur Blowsworth.
-Je joue à ce que je veux, répliqua-t-il, plus sérieux que jamais.

 

Ils s'affrontèrent du regard pendant quelques secondes et l'inspecteur fut le premier à céder: il dut reposer sa question.

 

-Est-ce que vous revoyez votre grand frère, James Blowsworth?
-Tous les 36 du mois.
-Soyez plus clair.
-Ca me paraît pourtant transparent. Un mois n'a jamais eu trente-six jours. Du moins pas dans notre calendrier actuel.
-Donc vous ne le voyez pas du tout?
-Bingo! Quel bel esprit de déduction! railla Mikaël.
-Pourtant vous êtes frères. Vous êtes de la même famille, et...
-Oh, je vous en prie. Passez-moi le couplet sur les obligations de la famille et tout le tintouin. J'estime remplir suffisamment mes obligations envers mes parents, et ne pas en avoir envers James.
-Et pourquoi donc?
-Cela ne vous regarde pas.
-Au contraire, je crois bien que ça m'intéresse.
-Et moi, je crois que non. Ou alors utilisez votre brillant cerveau pour deviner cela tout seul.

 

Le chef sentit que de nouveau il allait perdre sur ce terrain là. Le vieil inspecteur qu'il avait contacté le lui avait dit: Mikaël Blowsworth était quelqu'un de difficile à manœuvrer en interrogatoire. Et pourtant, malgré les conseils qu'il lui avait donnés, il n'arrivait à rien: le jeune homme était insaisissable, jonglant entre sarcasme et mutisme volontaire en passant par l'insolence. Alors il préféra aller droit au but et attaquer là où ça faisait mal. Peut-être qu'ainsi Mikaël se découvrirait.

 

-Monsieur Blowsworth, est-ce que vous êtes au courant des activités de votre frère James?
-De quelles genres d'activités vous voulez parler? se méfia-t-il.
-De ses activités au sein du gang qu'il dirige.
-Il est devenu chef de gang?

 

Mikaël était un peu suspicieux: il savait qu'étant un des premiers à intégrer le gang, James avait dû assez facilement monter en grade. Mais de là à ce que Dagger lui laisse la place à la tête de son groupe, il avait comme un gros doute. Dagger tenait à son gang et à ses hommes comme à son poignard fétiche: jamais il ne l'aurait laissé entre d'autres mains, à moins d'être mort. Hors il ne l'était pas. Il en aurait entendu parler sinon: il avait beau avoir quitté son quartier, il avait encore deux ou trois contacts à l'intérieur, ce qui lui permettait de garder un œil sur Dan.

 

-Non, d'après nos informations, il en est le bras droit. Alors, êtes-vous au courant de ses activités?
-Pas le moins du monde. Mais je suppose que ça ne doit pas différer de beaucoup des autres mafias.
-Effectivement, bien que cela reste à une échelle assez locale, confirma O'Brian et il commença à lire les méfaits attribués au gang de James. Trafic de marchandises, trafic d'armes, prostitution.

 

Mikaël fit la moue en entendant le dernier mot.

 

-Meurtres.

 

Mikaël ne le savait que trop bien.

 

-Et enfin, trafic de drogues.

 

Cela aussi, Mikaël le savait. Et il le regrettait chaque jour qui passait.

 

-Il me semble que vous connaissez bien ce dernier point.

 

Mikaël se crispa sur sa chaise mais essaya néanmoins de rester impassible: il voulait parler de ça. Et bien, il ne serait pas déçu!

 

-Vous avez été arrêté lorsque vous aviez neuf ans pour détention de drogue. Un bon kilo d'après mes souvenirs.

 

Il regardait intensément Mikaël pour capter le moindre changement d'attitude mais celui-ci ne se démonta pas.

 

-Je ne vous félicite pas: vous avez oublié que j'en avais pas mal pris aussi, répliqua-t-il, narquois.

 

La tension monta d'un cran dans la salle d'interrogatoire et les deux spectateurs impuissants sentirent que ce à quoi ils venaient d'assister n'étaient que les préliminaires. C'était maintenant que la véritable bataille débutait.

 

-Effectivement, vous faîtes bien de le rappeler. Et tout cela me porte à croire que vous pourriez recommencer.
-Recommencer à quoi? A me foutre de votre gueule?
-A prendre de la drogue. A vous bourrer de stupéfiants pour améliorer vos performances et celles de vos chevaux. A vous doper.

 

Mikaël resta silencieux, attendant que l'autre expose ses arguments. Mais il serrait les dents pour ne pas s'énerver, et le regard un peu désespéré, et complètement inquiet, de Peter ne l'aidait pas. Il aurait préféré qu'il ne soit pas là, ou qu'au moins, il lui fasse plus confiance. Il réalisa soudain que ce O'Brian allait révéler ce qu'il tentait de cacher à Peter. Il en avait même déjà révélé une partie et il n'avait même pas fait attention, trop concentré qu'il était sur sa joute verbale avec le policier. Il blêmit en imaginant ce que Peter allait penser de lui et O'Brian, prenant ça comme un signe de faiblesse, en profita pour attaquer.

 

-Vous avez des contacts étroits avec le milieu de la drogue de par votre frère James...
-Que je ne vois plus depuis des années, l'interrompit-il.
-Ce qui fait que vous avez plus de facilité à vous procurer toutes sortes de drogues, continua O'Brian comme si Mikaël n'avait jamais parlé. Y compris celles que l'on retrouve dans votre sang ou dans celui de vos chevaux.
-Je ne dope pas mes chevaux et je ne me dope pas! s'énerva Mikaël.
-Ce n'est pas ce que disent nos analyses.
-Vos analyses sont fausses alors!
-Je ne crois pas, non. Je crois plutôt que vous nous mentez, affirma O'Brian, et Peter dut se retenir pour ne pas intervenir.

 

Ils savaient que les analyses étaient fausses, ils l'avaient montré! Et Mikaël faisait clairement partie de ceux qui avaient des résultats qui changeaient d'un laboratoire à l'autre. Stefen posa doucement sa main sur son avant-bras et lui fit signe de se calmer. Cela ne ferait qu'empirer les choses que d'intervenir maintenant.

 

-Je. Ne. Dope. Pas. Mes. Chevaux, martela Mikaël en appuyant sa phrase d'un coup de poing sur la table.
-Ca, c'est ce que vous dîtes. Nous, le labo nous dit autre chose. Et à choisir entre un être humain capable des pires mensonges, et une machine qui ne pense pas, je préfère croire la machine.
-Une machine peut se tromper. L'Histoire avec un grand H nous l'a prouvé de nombreuses fois.
-Le sujet n'est pas là monsieur Blowsworth.
-Oh que si...
-Le sujet est que vous êtes le premier de nos suspects, et que vous avez intérêt à coopérer.
-Moi? Le premier des suspects? Alors que j'ai jamais touché à cette merde! C'est incroyable ça! Vous perdez votre temps! Y'en a pas mal qui se shootent pour tenir le coup, parce qu'ils n'en peuvent plus, parce qu'on leur en demande trop, révéla-t-il en s'agitant de plus en plus. Mais non, vous me choisissez moi! Moi, Mikaël Blowsworth, alors que je me suis jamais piqué et que je ne pourrai jamais faire du mal à un cheval. Tout ça parce que mon grand frère, mon superbe et magnifique grand frère que j'emmerde profondément fait partie d'un réseau de drogue!
-Et parce que vous êtes un consommateur de drogue!
-Je n'ai jamais été un consommateur de drogue, ok?!
-Ce n'est pas ce que j'ai entendu.
-Eh bien décrassez-vous les oreilles, inspecteur O'Brian, s'énerva Mikaël en se levant et en pointant un doigt accusateur sur le policier assis en face de lui. J'avais neuf ans! Neuf putain d'années! cria-t-il. J'avais envie de faire chier mon frère et de lui faire une farce avec la course qu'il voulait que je fasse. Alors oui, j'ai pris ce putain de paquet de sucre et j'en ai foutu un peu partout sur le trottoir! Et comme je lui trouvais une gueule bizarre, j'ai goûté. J'ai même pas mal goûté, ouais! Et ça a été la pire connerie de ma vie! La pire!

 

Il souleva légèrement la table et la fit retomber bruyamment sur le sol comme pour souligner ses propos.

 

-Ce jour-là, finit-il étonnamment calmement, j'ai dit bonjour à la mort. Et je ne suis pas près de recommencer.

 

Mikaël lança un dernier regard plein de colère à O'Brian puis se dirigea vers la porte sans même prêter attention aux deux autres. Le chef, encore sous le choc de l'attitude violente du cavalier, ne se reprit que lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir.

 

-Monsieur Blowsworth, je n'ai pas fini! Revenez ici.

 

Mikaël revint effectivement, mais pas à sa place. Il préféra se pencher sur O'Brian et lui cracher quelques mots à la figure.

 

-Et bien moi si, j'ai fini. L'interrogatoire est clos. Et rappelez-vous bien de ça, monsieur l'inspecteur en chef Kenneth O'Brian: je ne suis pas un drogué. Je ne suis pas votre coupable. Et vous feriez mieux de bien utiliser votre brosse à dents: vous puez de la gueule.

 

Mikaël lui lança un regard dégoûté et s'en alla sans plus de cérémonie, laissant les trois hommes étonné, désespéré ou en colère, au choix selon la personne.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Raf 29/06/2010 16:08



On peut pas trop blamer la police de le suspecter. et son emportement va pas arranger les choses.


C'est surtout le rapport Peter/Mickael qui va devenir houleux, héhé, je file voir ca



Skorpan 30/06/2010 21:00



XD On voit la fille avide de disputes!


C'est sûr, on ne peut pas blâmer la police de le suspecter. On peut juste la soupçonner d'archanement. :-p



Merlin 11/06/2010 17:55



Mais pourquoi il s'est comporté comme ça ? Quel cooooooooooon !!! Ca risque de très mal se passer pour lui maintenant qu'il a presque insulté un flic... Je flippe pour la suite.



Skorpan 11/06/2010 19:43



J'ai jamais dit qu'il était intelligent le Mikaël. :D *ange*


Allez, ça va aller, plus que deux jours à flipper. Ou pas. *sors vite XD*



Lilie 09/06/2010 17:25



O_O Woua ! Mais...mais ! C'est pas lui qui se dope T____T (enfin y intêret unh !) Bref, oulalala ! c'était chaud chaud !!!! J'éspère qu'on va pas le faire chier ou du moins qu'on va l'inocenté !
Parce que bien sur il est inconcevable qu'il soit dopé ! Ses chevaux pourquoi pas, n'importe qui peu doper un cheval mais lui ah ça non non et non !!!! XD


 


Enfin l'autre con là ! O'Brian je l'aime pas -_- Comment il peu dire que c'est un drogué ! A 9 ans mais quel bande d'idiot !!! Enfin bref, j'arrête de m'enervé sur la police et euh....*regard
noir* j'éspère qu'il est pas dopé unh ! *câline*


 


Bref, aller j'arrête de t'embêter et toujours superbe suite =D Surprenante aussi ! Je m'attendait pas à ça après le chapitre du diner chez les parents XD Enfin bref, j'ai hâte de lire la suite ^^


 


Ah j'ai une petite question, tu sais combien il va y avoir de chapitres ??? (la fille en mode curieuse et pressé) Bah vi parce qu'en sachant ça on peut ce dire quand on aura un peu pret telle ou
telle info au niveau de l'enquête XD


 


Bref ! Bisousssssssss ^^


A plus !



Skorpan 09/06/2010 19:57



Quel commentaire passionné! J'aime! Et je ne dirai qu'une seule chose: l'habit ne fait pas le moine! *ange*


 


Et pour te répondre, non, je ne sais pas combien de chapitres il va y avoir. Je fais un peu tout à la one-again, en free style. Tout ce que je peux te dire, c'est que là, on est début juillet, et
je pense arrêter la fic au début de l'automne. Mais ce ne sont que des prévisions, qui peuvent changer. ^^



mapuce.bb (béa) 08/06/2010 21:10



AHHHHHHHHHH!!!!!! mais c'est affreux de finir comme ça.


Moi je veux savoir ce qui va se passer ensuite! Comment va réagir Mickael lorsque Peter rentrera le retrouver chez lui? est ce qu'il y sera? Et cet inspecteur en chef, il est vraiment stupide,
j'ai envie de le frapper et de lui tordre le cou!


Pfffff, j'espère que Mickael n'aura pas plus de problèmes qu'il n'en a déjà!


Vite vite, la suite.



Skorpan 09/06/2010 19:54



Bah bah bah... Oo Je suis assillie de questions! Au secours! *se protège comme elle peut face à la pluie de questions, qui heureusement ne mouille pas, parce que se faire doucher en pleine rue,
ça suffit une fois par jour!* Mais motus et bouche cousue! Je ne dirais rien! Jusqu'à dimanche prochain! :D



Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!