Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 21:21

Rin

Waow! Ca fait des lustres que je n'ai pas écrit dans cette catégorie! Et bien, pour la reprise, j'ai décidé de vous faire découvrir un shonen-aï/yaoi magnifique, que j'ai relu il n'y a pas si longtemps.
Et au passage, je remercie mes deux co-externes qui m'ont redonné envie de faire une review, à force de parler mangas entre nous. Et pour celui qui fêtait son anniversaire aujourd'hui, je ne sais pas si tu te souviens, mais je t'avais parlé d'un manga sur le kyudo, et bah c'est celui-là! ;-)




Rin-p001.jpg


Titre: Rin
Auteur: Satoru Kannagi
Dessinateur: Yukine Honami
Tomes: 3
Remarques: l'histoire a pour pilier le kyudo (archerie traditionnelle japonaise), mais ce n'est pas nécessaire de connaître toutes les subtilités de ce sport pour lire ce manga. Bien au contraire. C'est un peu comme I'll avec le basket: c'est un support essentiel, mais ce n'est pas le but de l'histoire. En plus, il y a quelques pages explicatives auxquelles on peut se référer si on veut bien tout comprendre.
C'est la team Division XIII qui s'est chargé du scantrad de ce manga, et elle a fait du bon boulot. A télécharger ici.

Pour faire on ne peut plus simple, il s'agit d'un shonen-aï (ou yaoi, si vous voulez, parce qu'il y a quelques scènes explicites, mais vu la douceur d'ensemble, je préfère dire shonen-aï) qui mêle amour et amitié, comme bien souvent.
Yamato Kobayashi et Sô Shibata sont deux amis d'enfance en dernière année de lycée, et qui pratique le kyudo à un très bon niveau. Katsura Kobayashi est le petit frère de Yamato, et va dans le même lycée que lui et Sô, et il pratique lui aussi le tir à l'arc. Cependant, il est sujet à une anxiété chronique, qui le gêne énormément lors d'épreuves importantes, et Sô est le seul qui puisse le calmer. Pourtant, peu à peu, son arc va devenir de plus en plus perturbé...

L'histoire, comme je l'ai dit plus haut, n'est pas centrée uniquement sur le kyudo. Ou plutôt, ce n'est pas une histoire qui met en scène le kyudo, mais le kyudo qui met en scène une histoire. Comme pour I'll, c'est basé essentiellement sur les sentiments, et on se concentre surtout sur le personnage principal, Katsura. On va suivre toutes ses périgrinations sentimentales (amicales et amoureuses), et tout le manga est raconté de son point de vue, ou presque. C'est raconté avec beaucoup de justesse et de douceur, sans tomber dans le pathos ou dans le ridicule. Ce n'est caricatural à aucun moment, et on peut très facilement s'identifier à l'un ou l'autre des personnages. Cette douceur et ce réalisme sont vraiment deux choses que j'ai appréciées dans ce manga.

Le scénario est simple et peu original. Vous prenez le parcours d'un lycéen japonais, et paf! Vous avez en gros le scénar du manga. Mais c'est bien mené, sans extravagances superflues ou burlesques. Il y a vraiment une ligne de récit claire, facile à suivre, sans pour autant que cela soit ennuyeux, car les rebondissements et les questionnements sentimentaux sont foisons.

Les dessins sont magnifiques de mon point de vue, très très agréables (j'adore tout ce que fait Yukine Honami). C'est précis, épuré, trsè expressif, et il y a des cases un peu plus humouristiques pour se détendre. Le décor n'est pas très fouillé, et en général inexistant, ou alors très classique. C'est chose courante dans les mangas, donc ça ne me choque pas outre-mesure. Et puis, ça permet de se concentrer plus sur les personnages et leurs attitudes.

Bref, lisez-le, vous ne serez pas déçus! ;-)


Rin-v2-p005.jpg
Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 16:28
Je crois avoir trouvé mon maître question écriture, scénario et lenteur (du récit, pas de la publication). Il s'agit de Hiroyuki Asada! x)

Dans le manga I'll, dont je vais vous parler dans quelques lignes, il met un peu moins de trois tomes et demi pour raconter un match de basket. Les neuf dernières minutes prennent même un tome entier! Et pourtant, on ne s'ennuie pas une seule seconde! En tout cas moi, je ne m'ennuie pas une seulle seconde, peu importe le nombre de fois que je le relis, je suis toujours aussi excitée par l'enjeu du match. Bref, tout àa pour dire que moi, avec mes 60 pages Word pour raconter une nuit entière (sur ma fanficiton How does it feel?), je me sens tout petite! XD







Titre: I'll
Auteur: Hiroyuki Asada
Tomes: 14 + 1 oneshot (Crazy Kouzu BC) + 2 OAV
Remarques: d'abord édité chez Glénat (dont les couvertures sont immondes, et le titre a été changé en I'll Generation Basket), il a été arrêté au bout de quelques volumes à cause de se sfaibles ventes. Il a été repris par Tonkam, qui a ré-édité les premiers tomes et qui a fini la série, pour notre plus grand bonheur. Les couvertures sont superbes, et le nom original de l'œuvre restauré.
Un autre travail de Hiroyuki Asada est en cours de publication en France. Il s'agit de Letter Bee, que je vous conseille vivement. Deux tomes sont déjà sortis, le troisième sort le 2 octobre, et la série est toujours en cours au Japon (ils en sont à 6 ou 7 tomes).

Si l'on veut faire simple et court, I'll est un manga de basket. Mais stop, je vous arrête tout de suite, on est loin, très loin, de Slam Dunk. Car dans I'll, le basket, bien que prenant une part plus qu'importante à l'histoire, apparaît plus comme une toile de fond que le véritable moteur du récit. En effet, le manga s'attache beaucoup plus à raconter les histoires des différents membres de l'équipe de basket, en particulier de Akane Tachibana et de Hitonari Hiiragi, personnages piliers, et leurs relations, qu'à conter une bête montée vers les sphères hautes du basket national.

L'amitié est véritablement le thème principal de I'll. L'amitié et tout ce qu'elle comporte, l'amitié et toutes ses facettes, l'amitié dans toute sa splendeur. Quand Asada te raconte l'amitié, tu t'asseois et tu écoutes. Voilà ce que j'ai ressenti (après réflexion) sur le manga. Il la raconte si bien qu'il n'y a rien à dire.

Le basket tient bien sûr une place non négligeable, quel que soit le volume. Mais il est toujours au service de l'histoire. Dans le premier tome, c'est lors d'un match de basket (le dernier de leur dernière année de collège) que les deux crrrétins qui servent de protagonistes, Akane et Hitonari, vont se remarquer. Et c'est grâce au basket qu'ils vont se lier d'amitié. Le basket, c'est la chose qui relie tout ce petit monde, c'est leur endroit à eux, et on n'a qu'une seule envie: les rejoindre là-bas, sur ce bout de paradis au parquet lisse.
Pour ceux qui craignent que le basket soit un obstacle à la lecture, rassurez-vous, il n'en est rien. J'étai moi-même néophyte concernant ce sport en commençant la lecture. Et ça ne m'a posé aucun problème. Les termes techniques sont expliqués par de petites notes.

Le scénario est très bien construit. On ne s'ennuie pas une seule seconde, sans pour autant que cela fasse chargé. Au contraire, le manga donne une impression de fluidité, comme si tout s'écoulait naturellement, exactement comme dans la vraie vie. Les sujets sérieux sont abordés avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité. Et le tout est saupoudré d'humour bien placé, notamment grâce à cet imbécile d'Akane Tachibana.

Les dessins... Ah! Les dessins de Asada... *o* Ils sont superbes, magnifiques, somptueux, à tomber par terre, à couper le souffle... Bref, on est pas loin de la perfection selon moi. Les lignes sont fluides et précises. Les cases ne sont pas surchargées, et une grande attention est portée aux détails. Par exemple, tous les décors de ville sont des décors qui existent réellement à Kouzu (ville où se déroule l'histoire). Ou alors les vêtements: ils sont particulièrement soignés. Chaque personnage a un style particulier, et parfois, notamment aux en-têtes de chapitre, on a le droit à tout un déballage de la garde-robe. ^^ Et puis petit plus: les yeux des personnages sont asiatiques. On a pas le droit aux grands yeux typiquement européens, et ça fait plaisir.

Les personnages enfin, sont très travaillés. Une psychologie approfondie pour chacun d'entre eux, et une histoire derrière chacun, y compris les personnages secondaires. En effet, si la lumière est plus souvent mise sur les deux protagonistes, ce n'est pas pour autant que les personnages secondaires sont mis de côté. Au contraire, comme en témoignent les quelques chapitres négatifs, qui racontent le passé de certains personnages.

Pour finir, je dirai que ce manga reste mon manga préféré, et ce depuis des années. Il a cette particularité qui le place, pour moi, au-dessus des autres: lorsqu'on referme le volume 14, on a l'impression que l'histoire ne fait que commencer. Que les 14 volumes que l'on vient de lire n'étaient que le prologue. Et cette sensation est magique.



Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:52
Bon, je sais que j'ai rien à faire sur OB en ce moment, que je dois bosser, et tout, et tout. Mais là, rien à faire! Je viens de lire un manga tellement bien, et tellement différent du reste, que je me dois de vous en parler tout de suite, de peur de perdre mes émotions plus tard, ou de ne plus en avoir le courage. Et ce serait dommage de vous faire passer à côté de cette perle!

Les images utilisées appartiennent à Attractive Fascinante.







Titre: Ake Nure Goyou ni Furu Yuki wa
Auteur: Hori Tomoki
Tomes: 1
Remarques: le manga n'est pas édité en France, à ma connaissance. Je l'ai lu grâce à un groupe de scantrad anglais (de très grande qualié et que je vous recommande d'ailleurs): Attractive Fascinante. Pour télécharger le manga, cliquez ici.
Edit: les teams Naked Truth, Yaoi Bronze Katsuai, Tomo, Rêve Fruité, Yaoi Boy's et Le coin des fans ont fait un travail remarquable en traduisant ce manga en français. Pour le télécharger, cliquez ici ou .

Il s'agit d'un manga qui regroupe plusieurs histoires:
-"Staining the White Pine with crimson frosted Snow" (ce qui veut dire en gros "Souiller le Pin Blanc avec de la neige givrée rouge sang". Comme vous le voyez, ça rend beaucoup mieux en anglais. -_-'), qui comporte trois chapitres.
-"At First Sight" ("Au premier coup d'œil"), qui est une OS en un seul chapitre.
-"Cry for the Sun" ("Pleurer pour le soleil"), qui est aussi une OS en un seul chapitre.
-"Garance", qui est une sequel en un chapitre de la première histoire.

Je ne crois pas nécessaire de faire un résumé des histoires, car j'aurais l'impression de vous spoiler une grande partie des histoires (mais AF a fait un résumé de la première histoire). Je crois que savoir que c'est du shonen-aï/yaoï suffit, au vu de la longueur (et de la qualité) de la chose.

Venons-en justement à la qualité de ce manga. Elle réside en deux poinbts essentiels je pense: les dessins, et l'expression des sentiments.
Les dessins ont un côté réaliste marquant (je ne sais pas comment dire ça autrement: moi c'est une des premières choses qui m'a sauté aux yeux), mais assez envoûtant. On est bien loin du manga stéréotypé où les personnages ont de grands yeux qui brillent, ou du crayonné de Samura (L'habitant de l'Infini), fouillé et recherché. Ici, on est capté par la pureté et le dénudement des traits, ainsi que leur justesse. Les dessins sont focalisés essentiellement sur les personnages, et en particulier leurs visages, et en ce sens, il ressemble à de nombreux mangas, où le paysage et l'arrière-plan sont secondaires. Bref, je suis tombée sous le charme de ces dessins.
Les sentiments, quant à eux, sont exprimés de manière très douce et intuitive, avec beaucoup de non-dits, surtout au début des histoires. C'est plus clairement dit à la fin, mais pas de façon à s'imposer au lecteur je trouve. J'ai un peu de mal à m'exprimer, mais l'impression que j'ai ressentie en lisant ce manga était douceur et apaisement. De la tristesse et un peu de colère aussi (mais toujours entourés de cette douceur caractéristique-je sais, c'est bizarre), mais plutôt qu'elle soit dirigée vers les malheurs des personnages, c'était plutôt pour les injustices de la vie auxquelles ce manga pouvait me faire penser.

Et petit plus de ce manga qui rentre tout de suite dans mon top mangas, les histoires sont plutôt originales. Bien sûr, vous n'allez pas tomber des nues en le lisant, mais ça aborde des thèmes relativement connus d'une manière différente, et que j'aime beaucoup. Et puis si la première histoire se passe dans le Japon et aborde ses traditions (comme la cérémonie du thé), les autres se passent à l'étranger, en Angleterre je dirais (probablement à cause des prénoms), et c'est agréable de voir quelque chose qui se passe en dehors du Japon.



Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 19:16
Finalement, j'ai choisi un autre manga que ceux auquels je pensais lundi. Mais comme j'ai déjà fait sa review autre part, c'est plus rapide pour moi. ^^

En tout cas, ce manga là, si vous aimez Banana Fish, je vous le conseille. C'est un peu dans la même veine.

Sur ce, bonne découverte! =D







Titre: 1999 Shanghai
Auteur: Setona Mizushiro
Tomes: 4
Remarques: je ne sais pas q'il est édité en France. Personnellement, je l'ai lu en anglais sur un site de scanlation, Spectrum Nexus, ici.

Shanghai, année 1999. La ville est partagée entre deux clans, qui s'affrontent depuis des années pour la domination des territoires. Comme dans toute guerre citadine, il y a une zone de cessez-le-feu, où l'appartenance aux gangs disparaît le temps de quelques rues.
C'est là que le 7 juillet 1999, lors d'une fête de rue, vont se rencontrer Dawu et Xiaoxue.
C'est là que vont commencer à s'entrelacer les fils de leurs destins respectifs, qu'ils vont se lier entre eux à ne plus pouvoir se défaire, et qu'ils vont en entraîner d'autres dans leur pelote inextricable.

Petit yaoï très sympathique, où on relève un très très fort clin d'œil (pour ne pas dire que le mangaka a carrément repris l'idée :-p ) à Marguerite Duras et à L'Amant. Et bien sûr, grosse référence à Shakespeare et à Romeo et Juliette. Sauf que là ce serait plutôt Romeo et Tybalt! XD Et puis, comme je l'ai dit plus haut, ce manga me rappelle aussi Banana Fish par bien des aspects...
J'ai beaucoup aimé l'histoire. Elle a beau rester dans le classique, elle n'en est pas moins terriblement efficace, avec quelques rebondissements inattendus, une fin qui laisse songeur, mais qui serre drôlement la gorge quand même.
Pour le dessin, c'est très fluide, et pas trop fourni. Sauf parfois les décors, mais dans ce cas là, ce sont des cases uniquement paysages. Bref, c'est un dessin très agréable à lire. :-)


Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 01:07
Deuxième article de la section, et j'ai choisi un monument (selon moi) de la BD. Quelque chose d'incontournable. Quelque chose que tous ceux qui s'intéressent un tant soit peu à la BD doivent connaître. Quelque chose d'immense. Quelque chose de magique. Quelque chose de tragique.
J'ai nommé Sambre.






Titre: Sambre
Scénariste/Dessinateur: Yslaire
Tomes: 5 - En cours (a priori)
Remarques: il faut lire la 2ème édition, celle faite uniquement de rouge et noir, qui est bien plus belle que la première.
Un autre cycle, sous forme de prequel, a été commencé: La guerre des Sambres.


Voulez-vous connaître une histoire d'amour passionnelle?
Voulez-vous voir un drame digne des plus grands auteurs, et surtout des plus grands personnages?
Voulez-vous endurer une tragédie à vous déchirer le cœur?
Voulez-vous savoir ce qu'est la guerre des Yeux?
Voulez-vous apprendre ce qu'était une partie de la France au XIXème siècle?
Voulez-vous vivre la révolution de 1830 à travers quelques planches?
Voulez-vous savoir comment Delacroix a peint sa Liberté guidant le peuple?
Voulez-vous vous régaler les yeux à observer des dessins magnifiques aux couleurs rouge sang et noir sombre?
Voulez-vous ravir votre esprit en le laissant divaguer avec Bernard et Julie?
Voulez-vous enfin plonger dans l'univers particulier de Yslaire?


Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 11:55
Inauguration d'une nouvelle catégorie, pour vous parler des BD qui m'ont marquée, et a fortiori, influencée. Attention, dans cette catégorie, il ne s'agit que de BD, et non de mangas, et cela regroupe tous les styles, yaoi et non yaoi, de Sambre à Thorgal en passant par Le Troisième Testament ou Finkel. Ce sont des BD que je vous recommande, bien évidemment, de lire tellement elles sont bien! ^_-

Aujourd'hui, je m'attaque à une BD qui a fait très forte impression sur moi, à tel point que j'ai dû la relire un minimum de dix fois depuis que je l'ai acheté, il y a quelques mois.








Titre:
Muchacho
Scénariste/Dessinateur: E. Lepage
Tomes: 2 - Terminé

Fermez les yeux et imaginez la forêt tropicale. C'est bon? Alors là vous êtes au Nicaragua, dans un petit village où tout le monde se connaît. Où on est loin des turpitudes du pouvoir et de la capitale. Ici, la dictature de Somoza se traduit par les militaires qu'on voit constamment, qui font des contrôles à la moindre occasion. Et qui recherchent les rebelles.
Parce que oui, la révolution gronde dans le pays, dans la forêt humide où les opposants se cachent. Où, pour marquer leur opposition au pouvoir, ils utilisent un briquet pour allumer leurs cigarettes.
C'est dans cette ambiance survoltée que vous vous trouvez, et que vous rencontrez Gabriel pour la première fois. Gabriel, un tout jeune homme, entré dans les ordres, mais n'ayant pas encore prononcé ses voeux. Gabriel, le fils d'un des pontes du pouvoir. Gabriel, ce peintre extrêmement doué. Mais surtout Gabriel qui apprend et découvre la vie, et qui peu à peu "soulève la peau des choses".
Vous le suivez à la trace dans les rues boueuses du village, dans l'église où il peint, sur le marché, dans les champs. Et c'est avec lui que vous tombez sous le charme de deux yeux bleux. Seulement deux yeux perdus au milieu d'un masque cachant le reste du visage. Un rebelle. Un briquet. S+R. Fausto.

L'histoire, prenante, haletante, superbement écrite et construite, est servie par des dessins magnifiques. A chaque page, à chaque case, on dirait un véritable tableau. On se sent véritablement plongé dans la forêt tropicale. L'ambiance est retranscrite non pas fidèlement, non pas bien, elle est juste .
On est aux côtés des personnages. On ne peut pas être autre part. C'est tellement beau que c'est impossible à décrire!

Repost 0
Published by Skorpan - dans BD-Manga
commenter cet article

Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!