Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 20:00
Deuxième publication de la journée, et pour la peine, c'est une petite suite! :-p Nan, je rigole, c'est pas pour ça! C'est parce que je suis sadique, qu'elle est petite! XD

Allez, bonne lecture à vous! En espérant que vous êtes content(e)s de retrouver Peter et Mikaël! =D




Crampons-57-copie-1.jpg


     Mercredi, peu avant midi, les résultats du laboratoire de la police tombèrent. Mikaël faisait partie de la petite dizaine de cavaliers dopés, une fois de plus. Et Jewel de Blasty était aussi sur la liste des chevaux dopés. Ithaque, Jéricho et Spunk Of Troy, par contre, en étaient absents. Maigre soulagement pour Peter, face à la portée de ce qu'il venait d'apprendre. La nouvelle était telle qu'elle lui coupa l'appétit et qu'il passa sa pause déjeuner à travailler, seul, ou presque, dans les locaux. Il continua de s'acharner sur son travail pendant l'après-midi, essayant quasi-frénétiquement de trouver quelque chose pour disculper Mikaël, oubliant complètement l'autre suspect dont il avait la charge, Christopher Bullock.

 

Stefen l'obligea cependant à s'arrêter, ne voulant pas que Peter découvre certaines choses sur le passé de Mikaël dans cet état d'esprit là. Il le contraignit à manger un bout de sandwich, et ensuite à n'enquêter que sur Bullock, qui était également apparu dans la liste noire du matin. Maugréant, il obéit à son collègue, et ce n'est que vers 19h30 qu'il cessa ses investigations, tout comme Stefen. Ils rangèrent leurs bureaux respectifs, et s'apprêtèrent à partir, en bons derniers de leur service, lorsque le portable de Peter sonna.

 

Croyant qu'il s'agissait de Mikaël, il le sortit vivement de sa poche et fut déçu lorsqu'il vit "Numéro inconnu" affiché. Il décrocha néanmoins, et après quelques minutes de conversation, un léger sourire apparut sur ses lèvres, et une lueur d'espoir brilla dans ses yeux. Dès qu'il raccrocha, il se précipita sur le fax, et trépigna devant. Lorsqu'enfin l'appareil fit des bruits bizarres, et que des feuilles en sortirent, il faillit les arracher. Il lut rapidement les quelques pages puis hurla de joie tout en sautant sur place.

 

Stefen, qui observait le spectacle avec amusement, se douta de ce que venait de délivrer le fax. Au bout de plusieurs minutes, Peter consentit à se calmer et montra à Stefen le résultat des tests sanguins de Mikaël. Négatifs. Tous les tests sanguins envoyés étaient négatifs. Et de tête, il repérèrent une autre discordance entre les différents résultats: un positif de leur propre labo s'était transformé en négatif dans le laboratoire externe. Par contre, il n'y avait aucune conversion dans l'autre sens. Peter exultait.

 

-Je le savais! Je le savais! Je le savais qu'il y avait un truc qui clochait! Maintenant j'ai la preuve que Mikaël est innocent! s'exclama-t-il en brandissant les feuilles devant les yeux de Stefen, qui souriait devant la joie évidente de son ami.

 

Pourtant, il n'hésita pas à tempérer son ardeur et à re-situer les choses dans leur contexte.

 

-Cela ne prouve pas du tout qu'il est innocent, Peter. Ca montre juste qu'il y a un sérieux problème au sein de l'enquête. Ce n'est pas sur un test qu'on peut disculper quelqu'un, tu le sais aussi bien que moi.

 

Le jeune homme se calma aussitôt et lança un regard noir teinté de bouderie à son collègue.

 

-Espèce de rabat-joie, va! Tu veux pas me laisser profiter un peu?
-Je préférais recadrer avant que tu ne te montes la tête avec cette histoire, expliqua-t-il, toujours souriant.
-Je sais, je sais... soupira-t-il. Le chemin est encore long avant de pouvoir retirer Mikaël de la liste des suspects. Comme pour Doscientos: j'ai beau eu expliquer ma théorie au chef, il ne voulait rien entendre. "On ne base pas des enquêtes sur des théories fumeuses!" qu'il gueulait.
-Je sais, j'ai entendu.
-Il gueulait si fort que ça? s'étonna Peter, alors qu'il appelait l'ascenseur.
-Ouais. Il a quand même une sacrée voix le chef. Je sais pas comment tes oreilles ont tenu le choc, rit-il.
-Quoi? Qu'est-ce que t'as dit? Parle plus fort, j'entends pas! fit Peter, mort de rire, en mettant ses mains en cornet devant son oreille gauche.

 

Les deux hommes rigolèrent devant la plaisanterie et descendirent jusqu'au rez-de-chaussée en se racontant des anecdotes croustillantes sur leur chef. Au moment de se quitter, Stefen proposa qu'il vienne à la maison trinquer à la bonne nouvelle de la soirée.

 

-A moins que Mikaël ne doive venir chez vous ce soir, ajouta-t-il, les yeux malicieux. D'ailleurs, j'ai pas besoin de te dire qu'il ne doit rien savoir de tout ça.
-Non, tu n'as pas besoin. Et non, Mikaël ne vient pas ce soir. Je lui ai envoyé un texto tout à l'heure, en lui disant de me prévenir, s'il le pouvait, de quand il viendrait à la maison, que je ne prévois rien à la place. Et il m'a dit qu'il essaierait et qu'en tout cas, ce soir il ne pourrait pas. Il devait rester au club pour régler un truc, il m'a pas dit quoi.
-Ok. Bah dans ce cas-là, on va trinquer tous les deux avec Nathaniel à la maison! Ce n'est que le début de notre enquête parallèle, mais c'est un bon début! fit-il, tout sourire.

 

Les deux hommes rejoignirent chacun de leur côté leur voiture, et après quelques minutes, ils se retrouvèrent l'un derrière l'autre à un feu rouge.

 

 

 

    Le jeudi matin arriva trop vite pour les deux inspecteurs, et la journée passa bien trop lentement: ils avaient la vague impression que les heures s'amusaient à ralentir de plus en plus. Lorsque le soir arriva, ils rentrèrent chacun chez soi, et se couchèrent rapidement, voulant récupérer les heures de sommeil qu'ils n'avaient pas eues la veille.

 

Le vendredi matin arriva donc plus lentement, après une nuit complète, et les deux hommes étaient en forme. Ils travaillèrent même quelques heures supplémentaires le soir, alors que leurs collègues étaient partis retrouver femme et enfants, ou autre. Ils préféraient être seuls pour parler de leur enquête alternative et leur discussion du moment porta sur quelle autre preuve ils pourraient fournir pour montrer qu'il y avait un problème avec l'enquête elle-même. Il fallait revoir toute la chaîne partant du cavalier jusqu'au laboratoire et l'analyse des résultats. Or faire cela discrètement relevait du miracle. D'autant plus qu'il s'agissait d'une sorte d'enquête interne totalement officieuse, et même carrément aux bords de la légalité.

 

Ils émirent quelques idées pour mener tout cela à bien, mais leurs esprits se tarirent bien vite, et dépités, ils quittèrent le commissariat. Stefen avait prévu une petite soirée cocooning avec Nathaniel, chose dont ils avaient envie tous les deux depuis longtemps, et Peter avait repéré sur le programme télé un film de science fiction qu'il avait déjà vu à plusieurs reprises. En rentrant, il alla acheter de quoi manger au restaurant chinois non loin de chez lui. Il prit même un peu trop, se disant que ça lui ferait également le déjeuner du lendemain.

 

Une fois chez lui, il déposa son sac dans l'entrée et alla directement dans la cuisine, où il déposa son repas. Il hésita longuement sur la boisson qui irait le mieux avec le repas et son humeur morose, et se décida finalement pour du Coca-Cola, espérant gagner un peu de peps ainsi. Mais, peu attentif, il se saisit mal de la bouteille et celle-ci explosa au sol, éclaboussant à la fois son carrelage, ses meubles, son pantalon et même un peu sa chemise, Peter ayant eu le réflexe de sa baisser pour essayer de rattraper la bouteille.

 

-Shit! jura-t-il, furieux contre lui-même.

 

Rapidement, il nettoya la cuisine et se dirigea tout en déboutonnant sa chemise vers sa chambre. Là, il balança la chemise par terre, enleva le pantalon et les chaussettes, qui la rejoignirent sur le parquet, et prit des affaires propres. En boxer, il rejoignit la salle de bains, d'où il ressortit deux secondes plus tard, ayant oublié de prendre un boxer propre.

 

Il sursauta violemment en s'apercevant qu'il y avait quelqu'un dans son lit, replié sous les couvertures. Sans bruit, il s'approcha de l'inconnu, prêt à l'assommer au moindre mouvement suspect. Il fit le tour du lit et souleva délicatement la couette qui cachait presque toute la tête. Il découvrit alors une tête brune aux traits bien connus, et il explosa de rire devant son imagination un peu trop débordante.

 

Le bel endormi remua un peu et Peter se calma, craignant de le réveiller. Il voulait d'abord contempler un moment ce visage, si calme dans son sommeil. Il attrapa avec précaution le deuxième oreiller et s'installa sur le parquet. Avec sa main droite, il se mit à jouer avec quelques mèches brunes, un sourire bienheureux étirant ses lèvres.

 

-Mikaël... Mikaël... Mikaël... répéta-t-il doucement, comme pour s'imprégner totalement du nom de son petit ami, et par là même, s'imprégner un peu de lui aussi. Tu sais que tu m'as fait peur gros bêta? Bon, je sais, c'est ma faute aussi. Je t'ai dit de venir ici quand tu voulais, de considérer cet appart' comme ta maison. Mais je ne t'ai pas reconnu, vu comment t'étais emmitouflé dans la couette... En tout cas, ça me fait plaisir que tu sois là... vraiment plaisir.

 

Peter continua son monologue pendant quelques minutes, et en même temps, il faisait dériver ses doigts dans le cou de son amant, provoquant quelques frissons inconscients. Quelques froncements de sourcils aussi, mais Peter ne les vit pas. Avide de sentir complètement la peau du jeune homme sous ses doigts, il posa finalement sa main à plat contre sa joue, et se rendit alors compte qu'elle était légèrement moite. Inquiet, il posa ensuite sa main sur le front de Mikaël, et le trouva un peu trop chaud. L'angoisse commença à remonter de ses entrailles jusqu'à sa gorge, et à ses yeux, qui le picotèrent. Les mains malhabiles, il tenta de retirer la couette sans réveiller son petit ami.

 

-Ca m'étonne pas que t'aies chaud. T'as vu comment tu dors? murmura-t-il plus pour lui-même que pour Mikaël. Limite enroulé dans la couette alors qu'on est en plein été! Et en plus t'es tout habillé. Ca va pas du tout. J'aurais dû remarquer ça tout de suite.

 

Un geste un peu plus sec que les autres réveilla le jeune homme, qui s'assit brusquement dans le lit. Il tourna la tête dans tous les sens, les yeux effrayés, essayant probablement de reconnaître où il était. Son regard se posa enfin sur Peter, et un soulagement fugace mais certain l'éclaira. Mikaël se jeta dans ses bras et l'enlaça fortement, pris de tremblements incontrôlables.

 

Surpris, Peter mit quelques secondes à réaliser ce qu'il venait de se passer, puis il le serra dans ses bras à son tour, avec plus de douceur. Sentant ces bras l'enlacer tendrement, Mikaël se mit à hoqueter et à trembler avec plus de force encore, et il resserra sa prise autour du corps de son amant, lui faisant même un peu mal.

 

Ne sachant que faire face à cette crise, Peter se contenta de caresser amoureusement son dos et de lui murmurer des mots rassurants. Des mots doux. Encore et encore. Sans s'arrêter. Jusqu'à ce qu'il arrête de trembler. Jusqu'à ce qu'il arrête de s'accrocher à lui comme si sa vie en dépendait. Jusqu'à ce qu'il puisse redresser la tête et sourire. Un petit sourire incertain, mais un sourire quand même.

 

-Désolé, s'excusa le plus jeune, la voix rendue faible par les larmes.
-T'as pas à t'excuser, c'est pas ta faute, murmura-t-il en lui essuyant les quelques larmes qui trainaient sur ses joues.

 

Mikaël secoua la tête mais ne dit rien de plus, ne voulant pas apparemment pas entrer dans les détails des raisons de sa crise. Seulement Peter ressentait toujours une certaine angoisse, et ignorant involontairement le silence de son amant, il chercha à savoir.

 

-Mikaël... Est-ce que t'es malade? T'avais l'air d'avoir de la fièvre juste avant de faire ta crise.

 

Le jeune homme renifla un bon coup, se tritura les doigts, hésita encore, puis marmonna tout bas.

 

-J'ai toujours un peu de fièvre avant mes crises...

 

Un ange passa dans la chambre et s'y installa quelques minutes avant que Peter ne le fasse partir.

 

-Tes crises? Ce n'est pas la première fois que tu as une crise comme celle que tu viens d'avoir?
-... Non...
-Et tu... Tu sais pourquoi tu as ces crises? osa-t-il, sachant qu'il touchait à un domaine délicat.

 

De ses genoux, le regard de Mikaël passa à la fenêtre, et il observa stoïquement les nuages avancer lentement dans le ciel rougeoyant du coucher de soleil.

 

-D'accord... reprit Peter. Tu ne veux pas me dire... Ce n'est pas grave... Mais est-ce que je peux juste savoir si cela a un rapport avec ce qu'il s'est passé dans ton enfance?

 

Peter faisait allusion à ce qu'il avait appris au cours de l'épisode de la vieille dame qui les avait insultés et Mikaël le savait. Alors il ne bougea pas, et l'inspecteur prit son silence pour un oui. Qui ne dit mot consent, dit-on.

 

-Est-ce qu'il y un remède contre tes crises? Quelque chose que je dois faire pour qu'elles passent plus vite? Ou ne pas faire? Parce que si à chaque fois tu mets plus d'une heure à te calmer, c'est moi qui vais finir par criser d'angoisse, plaisanta-t-il doucement.

 

Le brun tourna la tête vers lui et lui fit un petit sourire triste.

 

-Il n'y a rien à faire, à part ce que tu viens de faire... Lorsque je suis tout seul, je mets minimum entre trois-quatre heures pour me calmer, révéla-t-il avec précaution, passant sous silence que cela continuait de l'affecter, bien que plus faiblement, pendant plusieurs jours.
-D'accord, se résigna Peter, acceptant avec difficulté la fatalité des crises de son amant.

 

Puis, il changea soudain de sujet, voulant éloigner leurs esprits de toutes les questions qui y tourbillonnaient.

 

-Dis, j'ai amené de la bouffe chinoise pour ce soir. Y'en a assez pour deux. Et y'a Le cinquième élément qui passe à la télé, ça te dit?
-Oui, dit-il en se relevant. Tu te douches, je mets la table, et quand t'as fini, je me douche, et tu réchauffes les plats?
-Ca me va.

 

La soirée passa tranquillement: ils déclenchèrent une bataille entre les baguettes et les nems, rigolèrent devant la coiffure orange du cinquième élément, et se câlinèrent à de nombreuses reprises. Cependant, l'ambiance avait quelque chose de particulier, entre tendresse et inquiétude. On aurait dit que l'un avait enclenché le bouton avance rapide tandis que l'autre avait le doigt fermement appuyé sur pause. Mikaël voulait ranger sa crise au fin fond de son cerveau et ne plus y penser, tandis que l'esprit de Peter ne cessait d'y revenir. Plus la soirée avançait, plus il angoissait, craignant que la nuit ne se passe mal. Et il n'eut pas tout à fait tort.

 

Ils allèrent se coucher un peu avant minuit, et après plusieurs minutes de chastes caresses, Mikaël s'endormit, rompu de fatigue. Peter par contre, ne put trouver le sommeil avant deux heures du matin. Il observait avec beaucoup d'attention Mikaël, guettant le moindre signe de fièvre, le moindre signe avant-coureur de crise. Chaque mouvement de son amant mettait tous ses sens en alerte, mais peu à peu, voyant que tout se passait bien, l'adrénaline redescendit, et il finit par s'endormir.

 

Il s'éveilla vers sept heures du matin, croyant avoir oublié d'enlever son réveil et que celui-ci avait sonné. Mais en fait de réveil, il s'aperçut que c'étaient les mouvements de Mikaël, agrémentés de quelques paroles, qui l'avaient tiré de son sommeil. Inquiet, il se mit à caresser délicatement son visage, espérant le calmer ainsi. Mais ce fut peine perdue: des gouttes de sueurs apparurent sur son front brûlant, et il s'agitait de plus en plus. Il parlait aussi, de plus en plus et de plus en plus fort, jusqu'à crier.

 

"Non... Non... James... Pas ça... James... James... James... S'il te plaît... JAMES!"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lilie 21/02/2010 13:46


O_O oula ! C'est qui ce James !!!!!
Enfin, j'suis contente d'avoir la suite =D Je l'attendais avec impatiente et pis, elle est très bien, comme d'hab' je pourrais ajouter ^^

Bref, encore superbe et euh.....Mince c'est qui l'autre là ! James...James -_- J'aime pas ce prénom XDDD (j'ai rien contre les James unh :p mais dans ce contexte je les aiment pas ^^)

Enfin bref, j'arrête de dire des bêtises moi et encore un grand merci et bisous :p


Skorpan 21/02/2010 14:17


Merci! :D

Et pis James... bah c'est James! (ouais, je sais, ça apporte beaucoup, comme info! XD) Mais allons, encore un peu de patience, la réponse viendra dans l'après-midi... peut-être... *sadique
powa*

Puis, les bêtises, mois j'aime bien. Surtout si elles sont aussi rigolotes que les tiennes, alors ne te prive pas! ;D
Bisous


raf 18/02/2010 23:38


Ah ben oui tiens j'avais oublié Sonia! j'imagine qu'elle va réapparaitre tot ou tard!
C'est quand meme une certaine forme de sadisme de pas avoir posté de suite depuis fort fort longtemps donc t'aurais pu contenter la clientele en offrant une suite plus longue. Mauvaise commerçante
va!


Skorpan 18/02/2010 23:49


Bah, ça faisait vraiment trop trop long sinon. Un véritable pavé. Pire que Zola. Et ça n'aurait pas été agréable pour une reprise: faut commencer en douceur! XD

Et Sonia, je me la garde sous le coude! =D


Raf 17/02/2010 22:59


sadisme que tu n'avais pas fait depuis longtemps??! Tu plaisante là, t'es tombée dans la sadisme quand t'étais bébé!
C'est quoi cette histoire? C'est qui james?
Enfin merci pour cette suite qui ne demande qu'a etre comblée.
Il est con peter, de pas piger que c'est Mickael sous les couettes! Puis tu vois un voleur piquer un roupillon en plein cambriolage?


Skorpan 18/02/2010 01:26


Comme Obélix qu'est tombé dans la marmite de potion magique! XD Mais t'avoueras que je n'avais pas été très sadique ces derniers temps, quand même. Ou plutôt, je n'avais pas fait montre de tout mon
talent! =D
Et James... bah, c'est James! XD
Et pis Peter, il est pas con. Il est surpris! Et comme toute personne surprise dans ce genre de situation, il s'imagine des trucs farfelus qu'on imagine qu'à la télé, ou dans des histoires
glauques, d'autant plus que dans son métier il en voit pas mal. :o Et puis, on n'est jamais à l'abri d'une Sonia... *ange*


Merlin 15/02/2010 18:18


je suis trop contente ^^ enfin la suite de cette histoire ! mais la suite de cette suite a intérêt à arriver vite ! quelle idée de couper comme ça !
bref, on va dire que je t'en veux pas trop ^^
bisous


Skorpan 15/02/2010 19:24


Bah dimanche prochain! =D C'est mon sadisme, que je n'avais pas exercé depuis un certain temps, qui m'a dicté cette coupure! XD
Bisous


Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!