Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 12:38

Et voilà! La dernière partie de Crampons avant la pause d'été! (ceci dit, je ne sais pas si elle durera tout l'été, mais comme elle commence avec les vacances d'été, autant dire que c'est une pause d'été :-p) Savourez!


La semaine prochaine, il y aura un OS d'inspiration indochinoise (d'ailleurs, attendez vous à un CR du concert d'hier dans la semaine je pense ^^), puis un OS en anglais, toujours d'insipiration indochinoise (une songfic en fait, vous pouvez toujours essayer de deviner la chanson :-p), puis autre chose que j'avais publié sur un autre blog, mais le blog ayant été supprimé, je vais le republier ici. Et enfin, vous aurez droit à la suite de Métro, boulot, dodo? Voilà! Ca nous fait six dimanches de remplis, donc j'espère qu'après tout ça, je pourrais vous offrir la partie 51 de Crampons. x)


Sur ce, bonne lecture! =D

 

 

 

Metro-Manhattan.JPG

 

 

     Avec seulement un changement de bus, les deux frères Blowsworth réussirent à arriver à moins de cinq cent mètres de l'appartement de Peter et ils finirent à pied le chemin. Une fois dans l'immeuble, ils calèrent tous les bagages dans l'ascenseur et eux avec, et ils montèrent ainsi jusqu'au septième étage. Sur le palier, alors que Mikaël sortait les clefs de sa poche, Dan tenta une dernière fois de lui soutirer quelques informations sur son amant.

 

-Allez Mikaël, dis-moi comment il est. S'teu-plaît...
-Je te l'ai déjà dit Dan: il s'appelle Peter MacLean, et il est très sympa. Et pour le reste, tu te feras ton opinion toi-même.
-Est-ce qu'il est suffisamment sympa pour me laisser m'immiscer entre vous deux alors qu'il a sûrement envie de... fit-il avec un sourire entendu. Et d'ailleurs, toi aussi tu dois avoir envie de lui faire... pleins de choses... nan?
-Si tu crois que c'est parce que t'es là qu'on va se restreindre, tu te fourres le doigt dans l'œil, mais jusqu'au coude, Dan! rit-il.
-T'oseras jamais!
-Que tu crois!

 

Et c'est en riant qu'ils franchirent la porte de l'appartement. Peter, assis devant son chevalet, à peindre pour se détendre, se leva brusquement et les rejoignit.

 

-Ah! Mikaël! J'étais tellement inquiet. Comment ça s'est passé? Tu vas bien? demanda-t-il sans lui laisser le temps de parler.

 

Puis il remarqua l'inconnu qui se tenait derrière son amant, un peu mal à l'aise.

 

-Peter, je te présente Dan, mon petit frère. Tu te souviens de lui?

 

D'abord surpris, Peter se reprit rapidement et gratifia le jeune homme d'un grand sourire. Il lui tendit la main tout en se présentant.

 

-Bien sûr que je me souviens. Enchanté Dan, moi c'est Peter MacLean, le petit ami de ton frère. Il m'a un peu parlé de toi.
-Enchanté, répondit Dan, toujours un peu gêné mais lui serrant la main sans hésiter. Par contre, je n'ai pas eu votre chance: Mikaël a totalement refusé de me parler de vous.
-Ca ne m'étonne pas de lui! plaisanta-t-il, et cela amena un léger sourire sur le visage du jeune frère. Et tu peux me tutoyer, tu sais. Déjà que j'ai quelques années de plus que Mikaël, si en plus tu me vouvoies, je vais me faire l'effet d'être un vieux.
-Mais t'es un vieux! enchaîna aussitôt Mikaël en rigolant. Au fait Dan, tu peux le remercier: c'est lui qui m'a obligé à te laisser un message l'autre jour, après qu'on soit allé voir Clem tous les deux.
-Parce que sans lui, tu ne l'aurais pas fait? s'outra-t-il.

 

Mikaël évita la question d'un rire, et invita Dan à ne pas rester dans l'entrée et à aller s'asseoir dans le canapé. Puis Peter s'excusa auprès de lui et il emmena le cavalier dans leur chambre. Une fois enfermés dans leur petit monde, Mikaël se laissa tomber sur le lit, et Peter s'assit à côté de lui. Il posa une main sur sa cuisse et la caressa lentement, pour le réconforter et lui remonter un peu le moral, qu'il sentait faible.

 

-Ca va? demanda-t-il d'une voix douce.
-Mmmh... Ouais à peu près... J'ai plus peur pour Dan. Moi, ça fait dix ans que je vois plus mes parents, alors que lui...
-Il va s'en sortir, j'en suis sûr, le rassura-t-il.
-Comment tu peux dire ça alors que tu le connais même pas?

 

Il n'y avait aucun reproche dans la voix de Mikaël, juste des interrogations.

 

-Parce qu'il a pas l'air trop con, qu'il a la volonté de faire ce qu'il a envie, et qu'il t'a comme frère.

 

Un léger sourire étira les lèvres du jeune homme, et il attrapa la main de son amant qui se promenait sur sa cuisse pour la porter à son visage.

 

-T'es vraiment un mec bien, Peter.

 

Celui-ci sourit à son tour puis s'allongea à ses côtés.

 

-Je sais, c'est pour ça que tu sors avec moi.

 

Mikaël gloussa et laisse échapper un "Peut-être..." pleins de sous-entendus. Peter était réconforté de voir Mikaël se détendre après l'entrevue houleuse qu'il avait dû avoir avec ses parents. Cependant persistait une légère inquiétude, car il avait appris que Mikaël pouvait paraître très fort tout en étant détruit de l'intérieur. Alors il passa sa main dans les cheveux bruns du cavalier et déposa quelques baisers dans son cou, sur sa joue, et sur ses lèvres. Puis il lui demanda.

 

-Comment tu te sens?
-Bien, sourit-il, et Peter eut l'impression que ce "Bien" ne correspondait qu'à l'instant présent, qu'à la seconde où il avait répondu.
-Même par rapport à tes parents?
-... Ouais, je crois... Ca fait longtemps que je les considère plus trop comme mes parents, surtout mon père. Alors l'entendre dire qu'il me renie et qu'il efface mes dettes, ça ne me fait ni chaud ni froid.
-Arrête, dis pas ça. Ca te touche, moi je le vois. Et c'est normal.

 

Mikaël se tourna brusquement vers lui et le regarda dans les yeux, avec cette lueur d'incertitude mais aussi d'espoir au fond des siens.

 

-Tu crois?
-J'en suis sûr, affirma Peter d'une voix douce tout en continuant de caresser ses cheveux.

 

Alors, comme si cela avait suffit à lever toutes ses barrières, Mikaël enfouit sa tête dans le T-shirt de son amant et se mit à pleurer.

 

-Il a dit que j'étais une... une pédale... et que... que je faisais plus... partie de la famille... Il... Il a fait somme si... j'existais pas... Il m'a même pas frappé... Il a préféré laisser... laisser James le faire.

 

Peter l'entoura de ses bras et soulagea sa douleur par de tendres caresses. Il chantonna aussi une vieille berceuse pour qu'il se calme.

 

-Il a même pas voulu me tabasser... M'apprendre à être un homme, continua-t-il pourtant de sangloter. Il m'a com... complètement ignoré... Je suis plus rien, Peter... Plus rien du tout...

 

Ces paroles firent l'effet d'un coup de poignard en plein dans le cœur de Peter. Alors d'un geste peut-être un peu brusque, il éloigna son amant de lui et l'obligea à relever la tête et à le regarder dans les yeux.

 

-Tu n'es pas rien, Mikaël. Tu es Mikaël Blowsworth, un superbe jeune homme de 25 ans, passionné par les chevaux. Tu es quelqu'un d'extraordinaire, pas seulement à cause de ton talent pour l'équitation, mais pour pleins d'autres choses aussi, et il y a pleins de gens qui t'aiment. My, William, Dan, Clem, moi... Et ça, ça veut dire que tu n'es pas rien. D'accord?
-Mais papa, il...
-Ton père est aveugle, Mikaël. Il ne te voit pas comme tu es vraiment, mais seulement à travers sa lorgnette de préjugés et d'idéaux. Il faut juste espérer qu'il ouvrira les yeux un jour.

 

Peter ne lui laissa pas le temps de répondre et lui colla un baiser sur le front, car il sentait que s'il laissait Mikaël s'enfoncer dans cette conversation et ses ruminations, rien de bon n'en sortirait. Puis il se leva et l'obligea à faire de même.

 

-Allez, efface tes larmes, va te passer un coup d'eau sur le visage, et moi je vais rejoindre ton frère. Je crois qu'on l'a laissé seul un peu trop longtemps.
-Ouais, t'as raison, acquiesça-t-il après un moment d'hésitation tout en passant maladroitement une main sur ses joues humides. Euh... Au fait... Je sais que j'abuse en te demandant ça, mais est-ce qu'il peut rester quelques jours ici? Il a décidé de partir de la maison un peu sur un coup de tête, donc il a pas d'endroit où aller.

 

Peter lui ébouriffa les cheveux et l'embrassa chastement. Puis il posa son front contre le sien, ferma les yeux, enlaça sa taille, et commença à parler d'un ton doux, sans reproche, mais avec une lassitude inhabituelle.

 

-Bien sûr qu'il peut rester. Je ne vais pas mettre quelqu'un à la rue, d'autant plus si c'est ton frère...
-Peter, si ça te gêne qu'il reste, on peut trouver une autre solution. Il peut aller dormir à l'hôtel ou chez un de ses potes, proposa Mikaël, qui refusait de s'imposer à Peter de la sorte, surtout maintenant qu'il le sentait quelque peu désemparé.
-Non, non... protesta-t-il avant de s'expliquer. Disons que ça me gêne parce que ça m'a surpris. Je croyais que tu allais rentrer seul, et qu'on allait passer la soirée que tous les deux. Mais vu la situation, c'est mieux qu'il reste. Ca lui fera du bien à lui de te voir, et à toi aussi. Et puis ça lui donnera le temps de se retourner et d'envisager correctement ce qu'il doit faire.
-Merci, merci Peter.

 

Il releva la tête de son amant et à son tour posa ses lèvres sur les siennes, juste un contact, chaleureux et aimant.

 

-Par contre, continua Peter après une ou deux minutes de silence, deux choses. Est-ce qu'il est au courant de toute cette histoire de dopage?
-Non, pas du tout.
-Très bien. C'est mieux qu'il n'en sache rien. Et pour mon métier, on n'a qu'à dire que je fous des PV aux voitures mal garées.

 

Mikaël fit de grands yeux puis se mit à rire, ce qui vexa légèrement le plus vieux.

 

-Quoi? Si tu trouves que c'est nulle comme idée, dis-le tout de suite, au lieu de te marrer comme une baleine!

 

Mikaël continua de rire pendant quelques secondes avant de réussir à se reprendre.

 

-Mais non, c'est très bien! C'est juste que je te vois pas du tout faire ça. Avec l'uniforme, la casquette, et tout...

 

Peter s'imagina à son tour en uniforme et aussitôt se mit à rigoler.

 

-C'est pas faux. L'uniforme ne m'irait pas du tout. L'ancien que je mettais à mes débuts était plus classe.

 

Ils rirent encore quelques minutes et Peter reprit la conversation en main.

 

-Et Mikaël, la deuxième chose que je veux, et tu dois me le promettre, c'est de me dire quand tu vas pas bien, quand t'as un petit coup de blues. Ou même un gros coup de blues. Je sais que tu veux tout le temps paraître fort, que tu veux pas montrer tes faiblesses, surtout devant ton frère, et je le comprends. Mais je voudrais que devant moi, tu ne joues pas à celui qui est invincible et intouchable. Si t'as envie de parler, de pleurer ou quoi que ce soit d'autre, tu viens me voir. D'accord?

 

Mikaël hésita un long moment, puis se dit qu'en réalité, il s'était déjà montré faible tellement de fois devant Peter qu'il n'avait plus aucune crainte à avoir le concernant. Alors il accepta d'un mouvement de tête.

 

-Parfait, approuva-t-il en le baisant une nouvelle fois sur le front. Bon, maintenant, va te débarbouiller et moi je vais parler avec ton frère.

 

Et de le pousser vers la salle de bains tandis que lui-même entrait dans le salon.

 

Dan tourna la tête en entendant quelqu'un revenir de la chambre et il sourit à Peter. Celui-ci lui répondit d'un petit signe de tête puis vint s'asseoir à ses côtés.

 

-Désolé, on a été un peu long, s'excusa-t-il.
-Oh... C'est pas grave. C'est normal d'avoir besoin de vous retrouver que tous les deux après... ça, fit-il, hésitant sur le terme à employer pour désigner la rupture définitive entre Mikaël et les parents.

 

Néanmoins, Peter ne fit aucune remarque là-dessus et continua la conversation comme si de rien n'était.

 

-Alors, on a un peu discuté Mikaël et moi, et donc c'est bon pour que tu restes quelques jours ici, le temps que tu trouves un endroit où te poser vraiment.
-D'accord. Merci beaucoup.

 

Puis un silence gêné s'installa entre les deux hommes. Dan faisait semblant de s'intéresser à la décoration, qu'il avait déjà eu le temps de détailler lorsque le couple était parti dans la chambre, et Peter contemplait le tapis, tout en jetant des coups d'œil discrets au jeune frère. Mikaël arriva peu de temps après, et sans se rendre compte de l'atmosphère étrange, demanda avec candeur ce qu'il y avait pour dîner. Peter ne fit aucun commentaire sur le fait qu'ils n'avaient pas mangé chez eux et se leva en disant qu'il allait voir ce qu'il y avait dans le frigo. Il embrassa brièvement Mikaël au passage et partit dans la cuisine.

 

Peter décida de faire quelque chose de très simple: steaks-pâtes. Le temps de mettre l'eau à chauffer et les steaks dans la poêle, il revint vers les deux frères et s'installa dans le canapé entre l'accoudoir et Mikaël. Il enlaça le ventre de son homme et posa la tête sur son épaule, autant pour montrer clairement leur relation à Dan que pour se réconforter mutuellement. Mikaël, un léger sourire sur ses lèvres, caressa ses mains et tourna à moitié sa tête vers lui.

 

-Eh bah alors? Qu'est-ce qui se passe? T'es kramsjuk comme dirait My?
-Si tu le dis... chuchota-t-il, ne sachant absolument pas ce que Mikaël voulait dire.

 

Il resserra néanmoins sa prise autour de lui et enfonça un peu plus son visage dans ses cheveux. Et dans un souffle à peine audible, entre quelques mèches chatouilleuses, il lui avoua qu'il avait envie de lui. Un sourire plus grand étira les lèvres de Mikaël avant qu'il ne réponde.

 

-Moi aussi... Mais pas tout de suite, d'accord?
-Hmm... D'accord.

 

Mikaël se tourna ensuite vers son frère et l'interrogea sur sa vie. Ils n'avaient pas trop parlé durant le trajet jusqu'à l'appartement, et maintenant Mikaël était plus curieux que jamais. Dan commença donc par parler de son école, de ce qu'il y faisait, et cela parut intéresser Peter. Mais dès que celui-ci dut partir à la cuisine s'occuper du repas, Mikaël dévia adroitement la conversation vers un sujet beaucoup plus croustillant: le dessin, c'était bien, mais la vie sentimentale de Dan, c'était mieux. Et c'est d'un Dan rougissant que Mikaël apprit que son frère était célibataire depuis peu mais qu'il avait une jolie fille de troisième année en vue.

 

Le plus jeune réussit néanmoins à éviter le thème "sexe" que Mikaël voulait mettre sur le tapis en questionnant le couple sur leur rencontre, dès que Peter apporta les repas. Ce fut Peter qui répondit, montant une histoire de toutes pièces sur l'instant. Il inventa qu'ils s'étaient vus pour la première fois alors qu'il tentait de mettre un PV à la voiture de William, mais que Mikaël, resté à l'intérieur en attendant son mentor qui faisait une course, l'en avait empêché. Après une prise de bec assez houleuse, Peter avait pris le numéro de Mikaël pour le convoquer au commissariat, histoire de lui rappeler qu'il ne devait pas s'opposer à un membre des forces de l'ordre. Et de fil en aiguille, ils avaient fini par sortir ensemble. Dan rigola beaucoup en entendant l'histoire, incertain de ce qui était vrai et de ce qui ne l'était pas, tellement cela semblait rocambolesque. Puis la conversation s'orienta vers l'enfance des deux frères, et de nombreux souvenirs refirent surface. Ils évitaient volontairement les mauvais et ne parlaient que des bons, et la soirée se passa ainsi.

 

Vers dix heures et demi, Mikaël décréta qu'il était l'heure de se coucher, et après avoir embrassé son frère, il alla dans la chambre. Peter sortit des draps et un oreiller à Dan puis à son tour rejoignit la chambre, où il retrouva Mikaël en train de se déshabiller. Des bleus naissants parsemaient son dos nu et Peter se fit violence pour les ignorer. Avec douceur alors, il s'approcha de lui et l'enlaça par derrière.


-Fatigué? demanda-t-il.
-Hum... Si c'est pour faire une analyse approfondie de la soirée, ce sera sans moi... Pour le reste, c'est à voir.

 

Peter sentit le sourire dans sa voix et attrapa au vol le caleçon qu'il venait d'enlever.

 

-Ce serait plutôt pour le reste.
-Alors je t'en prie.

 

Mikaël, déjà allongé, nu, sous la couette, la souleva en une invitation alléchante et Peter s'empressa de se déshabiller pour le rejoindre. Dans les instants qui suivirent, celui-ci fit tout oublier à Mikaël de la soirée, y compris que son frère dormait dans la pièce d'à côté, et les cris de plaisir du cavalier traversèrent les murs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Saru 22/10/2010 00:30



Pfffou,


50 chapitres en 4 jours. J'aurais pu faire mieux, mais je devais aller en cours (j'ai d'ailleurs faillis
louper mon bus un matin en restant un peu trop longtemps devant le pc à vouloir lire un chapitre avant de partir). Je pense que ça montre bien ce que j'ai pensé de cette histoire.


D'habitude je ne lis pas beaucoup de fiction, mais là j'ai juste adoré. C'est prenant, avec du suspens,
des sentiments et je n’ai pas pu décrocher avant la fin, enfin le dernier chapitre publié et j'aimerais bien la lire la fin (une petite publication bientôt? s'il te plait).


Pour le moment c'est la seule fiction que j'ai lu sur ton site, je vais attaquer les autres dès
demain et je pense bien relire celle ci et laisser une rewiew à chaque chapitres. J'ai déjà dit que j'avais adoré? Non. Bin je le redis : j'ai adoré.


J'espère que tu pourras rapidement te remettre à l'écriture pour nous faire une belle et longue suite
(comment ça j'en demande trop?).


Saru



Skorpan 23/10/2010 00:23



Eh bah, eh bah! Déjà bravo! Pour ton acharnement à tout lire ainsi d'une seule traite!


Je suis très contente que tu aies apprécié cette histoire, vraiment. Ca me fait plaisir. Et ça me redonne un peu de courage pour la suite.


Peut-être l'as-tu compris en lisant les en-têtes des chapitres, mais j'ai eu des problèmes au niveau études et santé, qui m'ont obligé à arrêter d'écrire. Et maintenant que je peux reprendre un
peu, je bloque, et les mots ne viennent pas. Je fais de mon mieux cependant, et suite à ton commentaire, j'ai réfléchis à la suite, et j'ai peut-être trouvé un moyen de débloquer la situation.


Pour les autres fics, je te conseillerai bien Métro, boulot, dodo? et sa suite, Mariage, amant, divorce? Et dans les OS, Cours d'éducation sexuelle. ;-)


Bref, merci beaucoup de ce commentaire plus qu'enthousiaste! =D



mapuce.bb 29/06/2010 19:43



Ah j'ai adoré cette nouvelle suite...


C'est vraiment touchant, Mickaël me fait toujours autant de peine. Le pauvre d'avoir des parents pareils, je me serais tiré une balle dans la tête! Pas étonnant qu'il ne parle jamais de sa
famille...


Au moins il peut compter sur Peter, il lui reste une bouée de sauvetage pour rester la tête hors de l'eau, hormis le cheval bien sûr.


J'ai donc hate d'être dans 6 semaines pour voir ce que tu nous a concocté pour la suite.



Skorpan 30/06/2010 21:11



Thanks!


C'est sûr que Mikaël n'est pas gâté au niveau familial, mais comme tu dis, heureusement qu'il a Peter à qui se raccrocher. Et puis Dan aussi, pour se soutenir mutuellement.


Et je vous aurai concocté pleins de trucs pour dans six semaines! *yeux qui brillent*



raf 29/06/2010 16:36



nan mais j'y crois pas, de vrais nymphos! meme pas capable de se controler une minute devant le petit frere!


Bon ben c'est sympa tout ca, ils donnent l'impression de s'en sortir malgré l'enchainement des crises. Qui sait ce que l'avenir leur reserve... Par contre, pour dan, c'est chaud, je vois pas
comment il pourrait se loger seul sans argent.



Skorpan 30/06/2010 21:09



Roooh! Nanméo! C'est pas des nymphos! Dois-je te rappeler combien de temps ils ont mis avant de faire l'amour? Pis d'ailleurs, j'ai même pas dit qu'ils avaient fait l'amour là! *je boude* Et pis,
et pis, Mikaël en avait besoin, de ce petit moment de plaisir, pour se décharger de ses idées noires et penser à autre chose.


Pour Dan, j'ai ma petite idée, ne t'en fais pas. Je ne laisse pas tomber mes chouchous, moi!


Quant à l'avenir du couple Peter/Mikaël... Bah... Seul l'avenir nous le dira! x) *sors sur ce magnifique pléonasme*



Merlin 28/06/2010 12:07



C'est trop mignon ! Je savais bien que Peter n'allait pas foutre Dan à la porte, mais ça me fait bien rire qu'ils ne se privent pas de faire l'amour alors qu'il est là xD Le pauvre, il a du se
boucher les oreilles... Ils lui avaient donné des boules quiès au moins ? Bon, merci pour ce chapitre tout mimi, et j'espère que la pause d'été ne durera pas trop longtemps !



Skorpan 28/06/2010 19:51



Pas de boules quies pour les squatteurs! XD Et puis j'ai pas dit qu'ils avaient fait l'amour hein! Juste qu'ils s'étaient fait tellement plaisir que Mikaël en a sacrément crié! *ange*


Pour la pause d'été, elle va durer au moins 6 semaines, parce que j'ai de quoi publier six dimanches de suite. Et comme ça, j'espère faire quelques réserves pour ne pas tomber en panne. ^^



Lilie 27/06/2010 15:48



Hihi ^^ Chapitre simpathique :p (avec une faute là non ? Oo)


Bref, j'ai bien aimé :p


 


Et puis bah maintenant, patience.... XD Heureusemen je vais commencer à bosser normalement LOL


 


Bref, merci pour cette superbe histoire, bisousssssss



Skorpan 27/06/2010 23:09



Thanks! (et sympathique prend un Y ;-) )


Et puis bien sûr, patience, mais il y aura de quoi lire entre temps quand même!


Bisous



Så Här Är Det!

  • : Nangilima
  • Nangilima
  • : Un blog où je vais publier mes écrits, avec des relations hétéro et homosexuelles explicites, donc ceux qui ne veulent pas lire, la croix rouge en haut à droite peut vous être utile. Aucun plagiat n'est accepté! Et aussi je vais un peu parler de ce qui influence mes écrits: musique, bouquins, etc.
  • Contact

Skorpans Nangilima


En värld där du kan bli den du vill, bara du följer ditt hjärta...


Les textes publiés sur ce blog sont de ma propre invention et sont écrits par moi, à moins que le contraire ne soit précisé en début d'article. Je vous demanderai donc de respecter mon travail et de ne pas plagier mes écrits.
Merci d'avance.

Certains textes peuvent contenir des relations hétéro ou homosexuelles explicites.
Les mineurs et tous ceux que ça dérange, vous connaissez la sortie: la petite croix rouge.
Tous les résumés et histoires à venir sont disponibles ici.
Si vous avez des questions ou autres, vous pouvez m'envoyer un mail ici.

Sökande

"Un écrivain ne confie tout ni à ses journaux intimes, ni à sa correspondance;
seules ses créatures racontent sa véritable histoire, celle qu'il n'a pas vécue, mais a souhaité vivre."

François Mauriac 

Andra saker ni kan se

lien-nan--19171a4

 
 

Vad som helst...



"Je ne suis pas homosexuel, même si certains semblent le croire."

Ola Salo





"Aime moi, alors je t'aimerai peut-être."
J. R.-P.





"Tout est une question de goût. Toi tu aimes les femmes, moi j'aime les hommes, et lui aime les deux. Où est le problème?"
J. R.-P.





"Ne plus rêver, c'est être à demi mort, c'est faire de la réalité sa seule loi."
Jean-Baptiste Pontalis





"Si tu sens que tu plafonnes, perce un trou dans le plafond."
Gilles Goddard

"Alors si tu sens l'angoisse de la page blanche, prends en une rose."
J. R.-P. 

Lyssna!